En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Marronnier d’Inde

Mis à jour : Lundi 06 Août 2012

Le marronnier d’Inde est un arbre qui pousse fréquemment dans les jardins et sur le bord des routes. Ses marrons et son écorce sont utilisés pour préparer des produits de phytothérapie destinés à soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse. Le marronnier d’Inde est l’une des plantes dont les propriétés ont été les mieux évaluées.

Origine et usages du marronnier d'Inde

marronnier d'Inde

Originaire de Turquie (et non d’Inde), le marronnier d’Inde (Æsculus hippocastanum) est un arbre majestueux qui, à l’automne, produit des graines, les marrons (à ne pas confondre avec les châtaignes). Les marrons ainsi que l’écorce sont récoltés et traités pour permettre d’en extraire les principes actifs et d’en éliminer une substance toxique, l’æsculine. Les extraits de marron d’Inde sont essentiellement utilisés pour traiter l’insuffisance veineuse : jambes lourdes, varices et hémorroïdes.

Les autres usages traditionnels du marronnier d’Inde
Traditionnellement, le marron d’Inde a été proposé pour soulager les problèmes de prostate, les troubles liés à la ménopause et les engelures.

Comment le marronnier d'Inde agit-il ?

Les graines et l’écorce du marronnier d’Inde contiennent de l’æscine (des savons naturels) et de l’æsculoside, une substance aux effets proches de ceux de la vitamine P. Ces substances auraient un effet protecteur et stimulant sur les parois des veines et les petits vaisseaux sanguins, ainsi qu’une capacité à réduire les œdèmes (gonflements) et l’inflammation.

Quelques autres plantes contre l'insuffisance veineuse
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes suivantes pour soulager les symptômes de l’insuffisance veineuse :

Quelle efficacité pour le marronnier d'Inde ?

Le marronnier d’Inde a fait l’objet de plus d’une vingtaine d’études sérieuses contre placebo portant sur des milliers de patients. Sa capacité à réduire les symptômes de l’insuffisance veineuse (jambes lourdes et douloureuses, démangeaisons des jambes, crampes nocturnes des mollets, etc.) est considérée comme scientifiquement bien établie. Ces études ont également montré que les extraits de marron d’Inde sont généralement bien supportés, avec peu d’effets indésirables.

En revanche, l’efficacité du marron d’Inde dans le traitement des hémorroïdes n’est suggérée que par une seule étude contre placebo.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

… l’EMA

L’Agence européenne du médicament reconnaît l’usage traditionnel du marronnier d’Inde dans le traitement de « l’insuffisance veineuse avec jambes lourdes et gonflées, varices, douleurs, démangeaisons et crampes des mollets ».

… la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand confirme l’utilité du marronnier d’Inde dans le traitement de l’insuffisance veineuse, mais insiste sur le fait que son usage doit se faire en complément des autres traitements : bas de contention, massages à l’eau froide, etc.

… l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage du marronnier d’Inde dans « le traitement de l’insuffisance veineuse et des varices » et précise que son efficacité semble « similaire à celle des traitements de référence et des bas de contention (qui sont souvent mal supportés par les patients) ».

Comment utiliser le marronnier d'Inde ?

Formes et dosage du marronnier d'Inde

Le marronnier d’Inde est parfois présenté sous forme de plante sèche, mais il est toujours préférable d’utiliser des produits contenant des extraits débarrassés de la présence d’æsculine. Ces produits ont des concentrations d’æcine et d’æsculoside contrôlées, ce qui permet de mieux doser le traitement. Ils sont destinés à être pris par voie orale ou à être appliqués localement (gels).

Pour être efficaces, les traitements à base de marron d'Inde doivent le plus souvent être suivis pendant au moins quatre semaines.

Contre-indications du marronnier d'Inde

Aucune contre-indication formelle n’a été signalée avec le marronnier d’Inde. Les personnes qui souffrent d’insuffisance cardiaque ou rénale sont néanmoins invitées à consulter avant de prendre des extraits de marron d’Inde.

Effets indésirables et surdosage du marronnier d'Inde

Les seuls effets indésirables signalés avec le marron d’Inde sont des nausées, des troubles digestifs, des maux de tête, des vertiges et, rarement, une allergie de la peau.

Interactions du marronnier d'Inde avec d’autres substances

Le marronnier d’Inde (sous forme de plante sèche) pourrait interagir avec les plantes et les médicaments qui inhibent la coagulation sanguine (fluidifiants du sang) ou qui diminuent le taux de sucre dans le sang (hypoglycémiants), ainsi qu’avec les suppléments destinés à enrichir l’apport alimentaire en fer.

Ce type d’interaction n’a pas été signalé avec la prise de marron d’Inde sous forme d’extrait.

Marronnier d'Inde, grossesse et allaitement

Deux essais cliniques ont étudié les effets des extraits de marron d’Inde sur les problèmes veineux des deux premiers trimestres de la grossesse, sans toxicité notable. Néanmoins, l’Agence européenne du médicament déconseille le marron d’Inde pendant la grossesse et l’allaitement.

Le marronnier d'Inde chez les enfants

Le marronnier d’Inde ne doit pas être utilisé chez les personnes de moins de dix-huit ans. Attention, la consommation de marrons d’Inde frais est toxique chez les enfants. Apprenez-leur à les distinguer des châtaignes.

L'avis du spécialiste sur le marron d'Inde

Le marron d'Inde est très utilisé dans l'industrie pharmaceutique. Parmi les plantes veinotoniques, le marronnier d'Inde est probablement celle dont l'efficacité a été la mieux établie sur le plan scientifique. Son usage ne doit se faire que sous la forme d'extraits standardisés.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire

HYLO CONFORT PLUS soulage les symptômes de sécheresse oculaire sévères ou persistants (illustration).

Sécheresse oculaire : HYLO CONFORT PLUS désormais remboursable

Patient souffrant d'un syndrome d'apnées du sommeil et dormant avec un dispositif de pression positive continue (illustration).

Apnées du sommeil, maladies cardiovasculaires et PPC : résultats mitigés d'une vaste étude