En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Orthosiphon

Mis à jour : Mardi 07 Août 2012

Parmi les plantes qui augmentent le volume des urines, l’orthosiphon est l’une des plus fréquemment rencontrées dans les produits de phytothérapie européens et asiatiques. Cette plante entre également dans la composition de nombreux compléments alimentaires destinés à accompagner un régime amincissant, sans aucune efficacité à long terme dans cette utilisation.

Origine et usages de l'orthosiphon

othosiphon

Originaire du Sud-Est asiatique (Malaisie, Indonésie), l’orthosiphon (Orthosiphon stamineus) est un arbuste qui peut atteindre deux mètres. Au printemps, avant la floraison, les feuilles et les extrémités des tiges sont récoltées puis séchées.

L'orthosiphon est utilisé dans la médecine indienne depuis des siècles pour soulager les infections urinaires (cystites). Il est également connu sous le nom de « thé de Java », de « barbiflore » ou de « moustaches de chat » à cause de ses longues étamines. Aujourd'hui, l'orthosiphon est proposé comme diurétique (pour favoriser l'élimination d'eau par le rein) et cholagogue, pour stimuler la vidange de la vésicule biliaire. Il est fréquemment contenu dans les produits de phytothérapie destinés à faire perdre du poids.

Les autres usages traditionnels de l’orthosiphon
L’orthosiphon est également proposé dans le traitement de la goutte (dépôts d’acide urique dans les articulations) et des douleurs articulaires de l’arthrose (rhumatismes).

Comment l'orthosiphon agit-il ?

Le mécanisme d’action de l’orthosiphon est mal connu. Cette plante contient des flavonoïdes (par exemple la sinensétine et l’eupatorine), des dérivés de l’acide caféique (par exemple l’acide rosmarinique) et du potassium en grande quantité. L’activité diurétique de l’orthosiphon pourrait être due à la sinensétine et aux sels de potassium.

En cas d’infection urinaire, l’augmentation du volume des urines (y compris par le fait de boire davantage) permet d’empêcher en partie les bactéries d’adhérer aux parois des voies urinaires. Lorsque l’on est sujet aux calculs rénaux, hors de période de crise, l’augmentation du volume des urines est destinée à éviter la formation des cristaux.

Quelques autres plantes utilisées pour favoriser l'élimination urinaire
La phytothérapie traditionnelle utilise également les plantes diurétiques suivantes :

Quelle efficacité pour l'orthosiphon ?

Si l’activité légèrement diurétique de l’orthosiphon a été confirmée chez l’animal (avec une augmentation de l’élimination de l’urée et de l’acide urique), les études cliniques sur des patients ont donné des résultats contradictoires. Les études les plus anciennes semblent confirmer cette activité, mais deux études récentes contre placebo portant sur des sujets sains et des sujets souffrant de calculs rénaux n’ont pas montré d’augmentation du volume des urines.

L’action cholagogue de l’orthosiphon a été mal étudiée (une seule étude portant sur quelques patients).

Enfin, comme pour les autres plantes diurétiques, l'orthosiphon n'a jamais prouvé son efficacité dans les régimes amaigrissants. La perte d'eau peut se traduire par une légère perte de poids, mais cet effet cesse à l'arrêt de la prise du traitement. Il ne présente donc aucun intérêt pour perdre du poids de manière durable.

Ce qu’en pensent les autorités de santé

... l’EMA

L’Agence européenne du médicament considère comme traditionnellement établi l’usage de l’orthosiphon comme « traitement adjuvant (en complément d’un traitement médicamenteux) des troubles urinaires mineurs ». Elle en déconseille l’utilisation chez les patients de moins de dix-huit ans.

... la Commission E

La Commission E du ministère de la Santé allemand reconnaît l’usage de l’orthosiphon « pour drainer les voies urinaires lors de maladies inflammatoires ou infectieuses des voies urinaires et de la vessie, ou lors de calculs rénaux ».

... l’ESCOP

La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage de l’orthosiphon « pour irriguer les voies urinaires lors d’inflammation locale ou de calculs, et comme traitement adjuvant des infections urinaires ».

Comment utiliser l'orthosiphon ?

Formes et dosage de l'orthosiphon

L’orthosiphon se présente sous forme de plante séchée, de gélules contenant de la poudre de plante séchée ou d’extraits liquides. La plante séchée s’utilise en infusions (6 à 12 g de plante séchée pour un litre d’eau bouillante, pris tout au long de la journée). La prise d’orthosiphon doit être accompagnée de la consommation d’au moins deux litres d’eau par jour.

Contre-indications de l'orthosiphon

Les personnes qui souffrent de troubles du cœur ou des reins, avec ou sans œdèmes (gonflements traduisant une rétention d’eau), doivent s’abstenir de prendre de l’orthosiphon.

En cas de crise de colique néphrétique, il faut éviter de prendre de l’orthosiphon, mais également résister à la tentation de boire davantage. En effet, s’il y a obstruction des voies urinaires (notamment de l’uretère), la prise de boissons ou de diurétiques va provoquer une augmentation de la pression dans le rein et entraîner des douleurs encore plus fortes.

Effets indésirables et surdosage de l'orthosiphon

Lors des études cliniques portant sur l’orthosiphon, aucun effet indésirable n’a été noté. Son usage à long terme ne semble pas entraîner d’effets négatifs.

Interactions de l'orthosiphon avec d’autres substances

Aucune interaction n’a été rapportée avec l’orthosiphon. Néanmoins, les personnes qui prennent un traitement médicamenteux devraient signaler son usage à leur médecin et à leur pharmacien.

Orthosiphon, grossesse et allaitement

Compte tenu du manque d’information sur les effets de l’orthosiphon pendant la grossesse et l’allaitement, son usage est contre-indiqué chez les femmes enceintes et celles qui allaitent. De plus, toute rétention d’eau chez la femme enceinte nécessite une consultation médicale, car elle peut être le signe d’un trouble grave.

L'orthosiphon chez les enfants

L’usage de l’orthosiphon est déconseillé chez les enfants et les adolescents de moins de dix-huit ans.

L'avis du spécialiste sur l'orthosiphon

L'orthosiphon peut constituer un traitement adjuvant des cystites, en particulier s'il s'accompagne de la consommation d'au moins deux litres d'eau. Il pourrait également être intéressant pour prévenir les récidives de colique néphrétique. Il n'a aucun intérêt pour les personnes cherchant à perdre du poids.

Sources et références

  • Guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010
  • PDR for Herbal Medicines 4th edition, Thomson Healthcare, US 2007
  • European Scientific Cooperative On Phytotherapy Monographs - The Scientific Foundation for Herbal Medicinal Products 2nd edition, ESCOP, UK 2003
  • PDR for Nutritional Supplements, Thomson PDR, US 2001
  • The Complete German Commission E Monographs - Therapeutic Guide to Herbal Medicines, American Botanical Council, US 1998

Actualités

HYLO CONFORT PLUS soulage les symptômes de sécheresse oculaire sévères ou persistants (illustration).

Sécheresse oculaire : HYLO CONFORT PLUS désormais remboursable

Patient souffrant d'un syndrome d'apnées du sommeil et dormant avec un dispositif de pression positive continue (illustration).

Apnées du sommeil, maladies cardiovasculaires et PPC : résultats mitigés d'une vaste étude

10 idées reçues sur les dispositifs d'inhalation passées au crible de la médecine fondée sur les preuves

Aérosols-doseurs et inhalateurs de poudre sèche : 10 idées reçues au banc d’essai