En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

AVÈNE Soin déodorant régulateur

Mis à jour : Mardi 21 Mars 2017
Domaines d’utilisation : Déodorants, antitranspirants

La source thermale d'Avène, située au cœur de l'Hérault, est reconnue d'utilité publique en dermatologie.

Présentation

Roll-on de 50 ml (ACL 3401345851734).

Composition

Eau thermale d'Avène. Déolite. Capteur d'odeur. Sphérulites de déolite. Formule hypoallergénique* et non comédogène. Sans alcool.

*
Élaborée en vue de minimiser les risques de réaction allergique.

Propriétés

Ce déodorant répond aux besoins des peaux sensibles grâce aux sphérulites : pour une libération progressive de l'agent déodorant et une efficacité durable tout en respectant la physiologie cutanée (sans sel d'aluminium). Riche en Eau thermale d'Avène, il en restitue les propriétés apaisantes et anti-irritantes. Sans alcool, il pose un voile de douceur sur la peau, qui reste fraîche et protégée.

Utilisation

Soin déodorant régulateur des peaux sensibles.

Mode d'emploi

Appliquer sur une zone propre et sèche.

Documents utiles Avène

45, place Abel-Gance. 92100 Boulogne

Tél : 01 49 10 80 00

Service médical et commercial :

Tél : 05 63 58 88 00

Documents utiles Avène

Actualités

Les données disponibles ne permettant pas de confirmer l'intérêt des dispositifs médicaux à base d'acide hyaluronique en solution injectable dans la stratégie thérapeutique de l'arthrose du genou (illustration).

Gonarthrose : déremboursement des solutions viscoélastiques d'acide hyaluronique pour injection intra-articulaire

HYLO CONFORT PLUS soulage les symptômes de sécheresse oculaire sévères ou persistants (illustration).

Sécheresse oculaire : HYLO CONFORT PLUS désormais remboursable

Patient souffrant d'un syndrome d'apnées du sommeil et dormant avec un dispositif de pression positive continue (illustration).

Apnées du sommeil, maladies cardiovasculaires et PPC : résultats mitigés d'une vaste étude