En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Conseil santé au voyageur : Afrique australe dont Afrique du Sud

Mis à jour : Mardi 05 Juillet 2016

Continent : Afrique

Zones du continent : Afrique australe, Afrique équatoriale, Afrique de l’Est et îles de l’océan Indien, Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest.

Pays :

  • Afrique du Sud
  • Angola
  • Botswana
  • Lesotho
  • Malawi
  • Namibie
  • Swaziland
  • Zambie
  • Zimbabwe

Les pays d’Afrique australe jouissent de climats très variés, du désert de Namibie jusqu’aux vignobles d’Afrique du Sud. Les risques sanitaires y sont, de ce fait, très différents. L’histoire politique récente de cette zone est agitée et les pays paient malheureusement un lourd tribut à la pandémie de VIH/Sida.

Vaccins recommandés en Afrique australe

seringue
  • Vaccins usuels : diphtérie, tétanos, poliomyélite (DTP), coqueluche, rougeole.
  • Grippe saisonnière : en cas de voyage en groupe.
  • Hépatite B : en cas de séjours répétés ou prolongés.
  • Hépatite A : quelles que soient les conditions de voyage.
  • Fièvre typhoïde : en cas de séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions.
  • Fièvre jaune : obligatoire pour l'Angola. La vaccination est exigée dans les autres pays de la zone pour les personnes arrivant d'un pays où sévit la maladie.
  • Rage : pour tous les pays de la zone, en cas de séjour prolongé en zone rurale ou de séjour aventureux.
  • Méningites à méningocoques : en Angola et au Swaziland, en cas de séjour dans des conditions de contact prolongé ou étroit avec la population locale.
  • Tuberculose : pour les enfants en cas de séjours fréquents ou supérieurs à un mois.

Problèmes liés au climat et à la géographie

  • En Afrique australe, le climat est principalement chaud et sec, avec des hivers plus frais. Les températures peuvent être très élevées dans les régions désertiques (jusqu'à 50°C). Protégez-vous du soleil et de la chaleur et veillez à ne pas vous déshydrater.
  • Dans le nord de la région, le climat est tropical, chaud et humide, avec des précipitations importantes (saison des pluies de novembre à mars) qui peuvent provoquer des inondations.
  • Les excursions dans le désert (Namib, Kalahari) ne s’improvisent pas (véhicules, matériel, mesures de sécurité, réserves de nourriture et d’eau, etc.). Adressez-vous à des agences spécialisées et partez avec un guide.
  • Le massif de Mulanje au sud du Malawi est une zone dangereuse notamment en raison des changements météorologiques brutaux et de son point culminant à plus de 3 000 mètres d’altitude.

Problèmes liés aux transports

Transports routiers

Les routes sont parfois dangereuses : mauvais état des routes secondaires, conducteurs parfois indisciplinés, mauvaise signalisation, véhicules vétustes, piétons et animaux divagants, intempéries, pirates de la route, etc. De très nombreux touristes sont chaque année victimes d’accidents dans ces pays. Évitez de conduire la nuit, prenez plutôt un taxi. Circulez vitres fermées et portières verrouillées, surtout la nuit dans les grandes villes. Préférez toujours une voiture avec chauffeur.
Attention, on conduit à gauche dans tous les pays d’Afrique australe, excepté en Angola.
Un permis international est nécessaire en Afrique du Sud. La Namibie accepte le permis français accompagné de sa traduction en anglais.

Transports maritimes

La navigation de plaisance est déconseillée en Angola. Évitez la région de Cabo Ledo, au sud de Luanda, car elle abrite des installations militaires.

Transports aériens

Les compagnies aériennes privées n’offrent pas toujours des garanties suffisantes de sécurité. Dans toute la zone, assurez-vous que votre compagnie aérienne ne figure pas sur la liste noire des compagnies déconseillées par les autorités européennes.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

  • La diarrhée du voyageur reste fréquente en Afrique australe. Respectez les règles d’hygiène alimentaire. L’eau du robinet est parfois potable dans les grandes villes et les hôtels de luxe. Elle ne l’est quasiment jamais dans les petites villes et les zones rurales. Elle peut néanmoins être utilisée pour se brosser les dents. Il existe des risques de pollution ou de contamination du réseau de distribution d’eau au Botswana et au Zimbabwe.
  • Le risque d’hépatite A et de typhoïde existe partout (sauf dans les grandes villes d’Afrique du Sud). Pensez à vous faire vacciner.
  • Les parasitoses intestinales sont également répandues dans toute la zone.
  • Des cas de larva migrans cutanée sont régulièrement signalés dans la région. L’ankylostomose est présente dans le nord de la zone. Évitez de marcher pieds nus. Ne vous allongez pas directement sur le sable.
  • Les épidémies de choléra existent, surtout en zone rurale et pendant la saison des pluies.
  • Évitez toute activité en eau douce, à cause du risque de bilharziose (Afrique du Sud, Botswana, Namibie, Swaziland) et de leptospirose. Toutefois, le rafting peut être pratiqué sur les torrents rapides, lorsque cette activité est proposée sur des sites touristiques ou si des informations locales fiables vous y autorisent.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

  • Une flambée de fièvre jaune s’est déclarée en Angola fin 2015. La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour tous les voyageurs pour les séjours en Angola et fortement recommandée en Zambie en raison des risques dans ce pays. En outre, elle est obligatoire en Afrique du sud, au Botswana, au Malawi, en Namibie, au Swaziland, en Zambie et au Zimbabwe pour les voyageurs en provenance d’un pays à risque de transmission (zone tropicale ou intertropicale d’Afrique ou d’Amérique du Sud). Munissez-vous de votre certificat de vaccination antiamarile.
  • La dengue et le chikungunya sont présents dans certains pays de la zone. Protégez-vous des moustiques. En cas de fièvre d’apparition brutale, éventuellement associée à des maux de tête, des douleurs articulaires, de la fatigue prenez un avis médical.
  • D’autres maladies peuvent être transmises par les insectes : fièvre de la vallée du Rift (Afrique du Sud, Botswana), rickettsioses (dans toute la zone). Protégez-vous des morsures de tiques.
  • La maladie du sommeil est présente au nord de l’Angola, au Botswana, au Malawi, en Namibie, en Zambie et au Zimbabwe (Mana Pools), mais le risque est faible pour le voyageur.

Prévention du paludisme

moustique

Le paludisme à Plasmodium falciparum est présent dans plusieurs pays de la zone, parfois de manière saisonnière. Il est résistant aux antipaludiques les plus anciens. En complément des mesures de prévention contre les insectes, les antipaludiques recommandés sont Malarone et ses génériques (Atovaquone + Proguanil), Doxy/Doxypalu/Granudoxy (Doxycycline) ou Lariam (Méfloquine).

Les zones nécessitant une chimioprophylaxie sont les suivantes :

  • Afrique du Sud : Est et Nord-est en basse altitude (province de Mpumalanga, y compris le parc national Kruger, province de Limpopo et nord-est du KwaZulu-Natal jusqu’à la rivière Tugela, dans le sud). Le risque est plus élevé pendant la saison des pluies (octobre à mai) ;
  • Angola : dans tout le pays ;
  • Botswana : de novembre à juin dans la moitié nord du pays (districts de Boteti, Chobe, du nord du Ghanzi, Kasane, Ngamiland, Okavango, Tutume) ;
  • Malawi : dans tout le pays ;
  • Namibie : toute l’année le long du fleuve Kunene et dans les régions de Caprivi et de Kavango ; de novembre à juin dans les régions suivantes : Ohangwena, Omaheke, Omusati, Oshana, Oshikoto et Otjozondjupa ;
  • Swaziland : district de Lubombo et toutes les zones de basse altitude, essentiellement Big Bend, Mhlume, Simunye et Tshaneni ;
  • Zambie : dans tout le pays ;
  • Zimbabwe : toute l’année dans la vallée du Zambèze ; de novembre à juin dans les zones situées au-dessous de 1 200 m.

Il n’est pas nécessaire de prendre de chimioprophylaxie dans les zones suivantes :

  • Botswana : moitié sud du pays, à Francistown et Gaborone ;
  • Namibie : deux tiers sud du pays, y compris la ville de Windhoek.

Maladies transmises par d’autres animaux

  • La rage existe dans toute la zone. Évitez tout contact avec les animaux errants.
  • Des épidémies de fièvre hémorragique virale se déclarent régulièrement dans la région. Évitez tout contact avec les animaux sauvages, morts ou vivants.

Autres maladies infectieuses

  • La rougeole est encore présente en Afrique. Les adultes et les enfants non immunisés (vaccin et maladie) doivent se faire vacciner avant d’y séjourner.
  • La tuberculose est présente dans tout le continent africain, parfois sous forme de tuberculose très résistante aux traitements. En cas de séjours fréquents ou supérieurs à un mois, il est recommandé que les enfants soient vaccinés par le BCG.
  • L’Afrique australe est très touchée par le VIH/Sida. L’utilisation du préservatif doit être systématique. L’hépatite B y est également très répandue. Si vous n’êtes pas immunisé (vaccin ou contact avec le virus), pensez à vous faire vacciner.
  • Attention, le matériel médical à usage unique n’est pas toujours correctement utilisé en Angola et au Malawi. Préférez si possible les traitements par voie orale et assurez-vous que les emballages stériles sont ouverts devant vous.

Piqûres et morsures

  • Prenez garde aux animaux venimeux (serpents, araignées, scorpions), surtout en zone rurale.
  • Sur le littoral, attention à certains animaux marins : requins (dont le grand requin blanc), méduses, serpents de mer, poissons-pierre, coraux, etc. Les attaques de requins ne sont pas rares, notamment en Afrique du Sud.
  • La prudence est de rigueur dans les parcs animaliers où il convient de ne jamais sortir du véhicule lors de safaris.

Restez vigilant

  • Méfiez-vous des courants et des vagues puissantes. Baignez-vous de préférence dans les zones surveillées. Sinon, renseignez-vous auprès de la population locale sur les plages à éviter.
  • De nombreuses mines antipersonnel sont toujours présentes sur le territoire de l’Angola.

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

  • En cas de maladie ou d’accident grave, les patients sont généralement évacués vers la France ou l’Afrique du Sud. La qualité des infrastructures médicales est très inégale d’un pays à l’autre, et de bonne qualité en Afrique du Sud, par exemple. Contractez une assurance voyage avant de partir, avec couverture de vos frais médicaux sur place et rapatriement sanitaire.
  • Partez avec la quantité de médicaments nécessaires, accompagnés de l’ordonnance. La Zambie est très stricte avec la possession de certains médicaments comme les somnifères, antidépresseurs, etc.
  • La délinquance et la criminalité sont en recrudescence dans toute l’Afrique australe, en particulier en Afrique du Sud où les autochtones sont fréquemment victimes de vols, d’attaques à main armée, de cambriolages, de viols, de meurtres, etc. Des touristes étrangers y sont régulièrement victimes de violences. Renseignez-vous sur les zones à éviter et soyez d’une extrême prudence.
  • Il est déconseillé de se rendre en Angola (dans la province du Cabinda et au Lunda), au nord de la Zambie, au Zimbabwe (nord et mine de Marange).
  • Les ambassades de France en Namibie ou en Zambie disposent de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise. Vérifiez les termes de votre contrat d’assurance.
  • L’accès à certaines zones de la Namibie est réglementé et peut nécessiter un permis.
  • Il est souvent interdit de prendre en photo les bâtiments officiels (sites militaires ou administratifs). Ne photographiez personne sans en avoir obtenu le consentement au préalable.
À garder à l’esprit
note
  • Les routes sont parfois dangereuses, évitez de conduire la nuit et préférez une voiture avec chauffeur.
  • Adressez-vous à des agences spécialisées pour vos excursions dans le désert.
  • Les risques alimentaires sont importants, respectez les règles élémentaires d’hygiène.
  • Faites-vous vacciner contre la fièvre jaune. Le traitement préventif contre le paludisme ne dispense pas de se protéger des piqûres d’insectes.
  • Les risques liés aux VIH/Sida et aux IST sont très élevés en Afrique australe. Protégez-vous systématiquement.
  • Soyez vigilant vis-à-vis de la délinquance et de la criminalité.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

Sources :

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !