En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Conseil santé au voyageur : Amérique Centrale, Caraïbes

Mis à jour : Jeudi 07 Juillet 2016

Continent : Amérique

Zones du continent : Amérique australe, Amérique centrale et Caraïbes, Amérique du Nord, Amérique du Sud (hors Bassin amazonien), Bassin amazonien.

Pays :

  • Bahamas
  • Belize
  • Costa Rica
  • Cuba
  • Grenade
  • Guatemala
  • Haïti
  • Honduras
  • Iles Caïman
  • Jamaïque
  • Mexique
  • Nicaragua
  • Panama
  • Petites Antilles (dont Antilles françaises)
  • Porto Rico
  • République Dominicaine
  • El Salvador
  • Trinité-et-Tobago

L’Amérique centrale et les Caraïbes regroupent un grand nombre de destinations touristiques populaires : Mexique, Cuba, Antilles françaises. Le principal risque infectieux reste d’origine alimentaire, notamment la diarrhée du voyageur.

Vaccins recommandés en Amérique centrale et Caraïbes

seringue
  • Vaccins usuels : diphtérie, tétanos, poliomyélite (DTP), coqueluche, rougeole.
  • Grippe saisonnière : en cas de voyage en groupe.
  • Hépatite B : en cas de séjours répétés ou prolongés.
  • Hépatite A ; Fièvre typhoïde (en cas de séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions) : dans presque tous les pays de la zone, en particulier Costa Rica, Cuba, Grenade, Guatemala, Haïti, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama, République Dominicaine, El Salvador et Trinité-et-Tobago.
  • Fièvre jaune : dans la majeure partie de la région pour les voyageurs en provenance de certains pays d’Afrique ou d’Amérique du Sud où sévit la maladie.
  • Rage : pour des séjours de longue durée ou aventureux dans la majorité des pays de la zone.

Problèmes liés au climat et à la géographie

  • L’ensemble de la zone connaît un ensoleillement important et intense. La protection solaire doit être supérieure à 15 et appliquée régulièrement.
  • Les déserts du nord du Mexique sont… des déserts : protégez-vous de la chaleur et de la déshydratation.
  • Mexico City est située à 2 250 m d’altitude, ce qui peut provoquer le mal aigu des montagnes. Sachez aussi que la pollution y est très importante.
  • Les mois de mai à novembre, en fonction des pays, sont marqués par des tempêtes tropicales (fortes pluies) et des ouragans (fortes pluies et vent violent) dont le nombre et l’intensité sont en hausse depuis quelques années. Ils sont annoncés par les autorités locales : respectez les consignes de sécurité.
  • L’activité sismique et volcanique de la région est intense. Avant votre départ, vous pouvez vous informer sur les mesures à prendre en cas de séisme ou d’éruption volcanique.
  • Au Costa Rica, les plages sont rarement surveillées alors que des courants très dangereux existent le long des côtes.

Problèmes liés aux transports

Transports routiers

La conduite de nuit est dangereuse par manque de signalisation et d’éclairage des véhicules dans plusieurs pays : Belize, Costa Rica, Cuba, Guatemala, Haïti, Mexique, Nicaragua, El Salvador. L’état des routes est très inégal d’un pays à l’autre.

Saint-Vincent et les grenadines, en Jamaïque et dans certaines îles des Antilles, la conduite est à gauche. Dans les îles, le réseau routier est souvent mal entretenu, les routes sont étroites et tortueuses, notamment dans les parties montagneuses. Il peut être préférable de louer un 4x4. Un permis local temporaire est nécessaire dans certaines îles.

Au Guatemala et à Haïti, la conduite de jour peut être dangereuse du fait de la délinquance. La location d’un véhicule avec chauffeur est conseillée.

Les transports en commun sont déconseillés au Guatemala, à Haïti, au Salvador et au Panama ("diablos rojos"). Privilégiez les circuits touristiques.

Transports maritimes

Les côtes caraïbes du Guatemala, du Honduras, d’Haïti, du Mexique et du Nicaragua sont déconseillées aux plaisanciers (risque d’agression, de piraterie et présence d’un important trafic de drogue maritime).

Transports aériens

Dans de nombreux pays de cette zone, les vols intérieurs peuvent être assurés par de vieux appareils qui appellent à la plus grande vigilance.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

  • La diarrhée du voyageur est le risque majeur de la zone. Les mesures d’hygiène alimentaire doivent être impérativement respectées partout. Il est conseillé de boire de l’eau en bouteille à capsule. Attention à la consommation de fruits de mer, de fruits et légumes crus non épluchés.
  • La ciguatera est présente dans toutes les régions de la mer des Caraïbes. Ne consommez du poisson qu’après contrôle par des autochtones, en particulier pendant la saison des cyclones.
  • Des maladies parasitaires sont signalées dans la zone : amibiase, giardiose, anguillulose, cysticercose, etc. ; bilharziose en République Dominicaine ; cysticercose au Guatemala ; douve à Cuba, par exemple.
  • La brucellose est présente dans l’ensemble des pays d’Amérique centrale. Évitez les produits laitiers non pasteurisés.
  • Les personnes qui souhaitent pratiquer des sports aquatiques en eau douce (rafting par exemple) doivent le signaler à leur médecin pour une éventuelle vaccination contre la leptospirose.
  • Des cas de larva migrans cutanée sont régulièrement signalés dans la région. Évitez de marcher pieds nus et de vous allonger à même le sable.
  • Le choléra est endémique à Haïti depuis 2010. Le climat et les conditions d’hygiène au Guatemala créent un risque épidémique, notamment pendant la saison des pluies (de mai à octobre). Des cas ont été signalés à Cuba, au Mexique et en République Dominicaine.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

  • La dengue est présente dans tous les pays de la région, en particulier pendant la saison des pluies. Une épidémie de chikungunuya sévit dans les Antilles depuis décembre 2013. De nombreux pays de la zone sont également touchés par le virus Zika. La protection contre les moustiques s’impose partout.
  • D'autres maladies parasitaires transmises par les insectes sévissent : maladie de Chagas au Honduras ; leishmaniose au Mexique ; filarioses au Costa Rica. Mais le risque reste faible pour le voyageur.
  • Les tiques peuvent également transmettre des infections (rickettsioses). Des précautions s’imposent pour vos promenades dans les prairies ou en forêts.
  • Certaines pays exigent un certificat de vaccination contre la fièvre jaune (vaccination antiamarile). Renseignez-vous avant de partir.

Prévention du paludisme en Amérique centrale et Caraïbes

moustique

La chimioprophylaxie du paludisme n’est pas systématique. Elle est plutôt réservée à des séjours prolongés ou très exposés avec nuits passées en zone rurale. Les antipaludiques recommandés sont selon les régions :

  • Guatemala (zones rurales au-dessous de 1500 m, risque faible ailleurs), Haïti, Honduras (notamment dans les zones rurales de certaines régions), Mexique (zones rurales dans les états de Chiapas et d'Oaxaca), Nicaragua (certaines municipalités Atlántico Norte, Boaca, Chinandega, Jinoteca, Léon et Matagalpa), ouest du Panama (côte atlantique, pas de risque à Panama City, ni dans la zone du canal), République Dominicaine (si soirée ou nuitée en zone rurale dans les provinces occidentales de Dajabon, Elias Pina et San Juan) : Nivaquine (chloroquine).
  • Est du Panama (province de Darien, îles de San Blas) : Malarone et ses génériques (Atovaquone + Proguanil), Doxy/Doxypalu/Granudoxy (Doxycycline) ou Lariam (Méfloquine).

Maladies transmises par d’autres animaux

  • La rage sévit dans la région, transmise par les chiens errants et autres animaux sauvages. Évitez tout contact avec les animaux.
  • Attention aux visites de grottes : les chauves-souris ont parfois été à l’origine de cas d’histoplasmose (infection des poumons causée par un champignon microscopique et qui peut parfois s’étendre à d’autres organes) ou de rage.

Autres maladies infectieuses

  • La tuberculose sévit dans de nombreux pays d’Amérique centrale et des Caraïbes, en particulier dans ceux où règne une grande pauvreté (Haïti, Honduras, El Salvador, par exemple) ou ceux qui accueillent de nombreux immigrants (les Petites Antilles, par exemple).
  • Des cas de lèpre ont été enregistrés dans le sud du Honduras.
  • L’infection par le VIH/Sida est fréquente dans de nombreux pays de cette zone. Il est conseillé d’éviter tout comportement à risque et d’utiliser des préservatifs.

Piqûres et morsures

  • Les serpents venimeux sont présents dans de nombreux pays (en particulier Costa Rica, Honduras, Mexique, Panama). Dans les îles, la situation est variable (par exemple, il y a une espèce venimeuse en Martinique mais pas en Guadeloupe).
  • Les araignées venimeuses (tarentules, veuves noires) sont présentes dans de nombreux pays d’Amérique centrale.
  • La mer des Caraïbes est riche en oursins et poissons de récif venimeux, ainsi qu’en méduses et coraux urticants. Les requins sont présents dans la région.
  • Panama et Cuba se distinguent par la présence de caïmans dans certaines régions.

Restez vigilant

  • Les plantes et arbres de la région peuvent être toxiques, comme les fruits de l’aki, en Haïti. Dans ce pays, comme dans les Petites Antilles, les mancenilliers sont responsables de brûlures de la peau chez les personnes qui les manipulent ou se protègent de la pluie sous leur ramure : leurs feuilles sécrètent des sucs acides. Dans certains pays, ils sont signalés par affichage ; ce n’est pas le cas en Haïti.
  • Mexico City se distingue par une pollution intense qui peut gêner les personnes souffrant de maladies respiratoires.
  • De nombreux accidents de sports nautiques ont lieu aux Bahamas. Evitez les plages non surveillées qui peuvent être dangereuses.

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

  • La qualité des soins et des infrastructures médicales est inégale d’un pays à l’autre de la zone.
  • Il est vivement conseillé de souscrire, avant votre départ, un contrat d’assurance prévoyant le remboursement des frais engagés et le rapatriement sanitaire, en vérifiant le plafond de couverture. Cuba exige que les voyageurs détiennent une assurance médicale avec attestation. Attention Haïti est un pays exclu de certaines assurances.
  • Dans la plupart des pays, évitez de photographier les installations policières ou militaires. Si vous désirez photographier des enfants, demandez l’autorisation à leurs parents : des problèmes ont été signalés au Guatemala.
  • Les régions les plus pauvres connaissent des problèmes de violence, de délinquance et de gang dont les touristes peuvent être victimes. Certaines régions peuvent être déconseillées. Le Salvador connaît le taux d’homicides le plus élevé au monde. Renseignez-vous auprès du Ministère des affaires étrangères avant votre départ. Une fois sur place, il est conseillé de placer si possible vos documents d’identité en lieu sûr et de conserver sur vous une photocopie. Evitez certains quartiers la nuit.
  • Les ambassades de France au Honduras, en Jamaïque et à Trinité-et-Tobago ont des moyens d’intervention limités en cas de crise.
  • Prenez vos médicaments en quantité suffisante ainsi que votre ordonnance..
À garder à l’esprit
note
  • L’hygiène personnelle et alimentaire est particulièrement importante en Amérique centrale et dans les Caraïbes. Il vaut mieux boire de l’eau en bouteille capsulée, ou à défaut, faire bouillir de l’eau du robinet plusieurs minutes.
  • Les mesures de protection contre les moustiques sont à respecter en permanence, ainsi que celles visant à éviter les coups de soleil.
  • Pour la plupart des maladies, le risque sanitaire augmente pendant la saison des pluies et des ouragans. Mieux vaut voyager en saison sèche (de janvier à mai).
  • Évitez les contacts avec les animaux.
  • Méfiez-vous des contacts avec l’eau douce (lacs, étangs, rivières, etc.) si vous pratiquez un sport aquatique (rafting par exemple).
  • Évitez de marcher pieds nus.
  • Attention aux actes de violence et de délinquance.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

Sources :

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !