En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Conseil santé au voyageur : Amérique du Sud dont Brésil

Mis à jour : Jeudi 07 Juillet 2016

Continent : Amérique

Zones du continent : Amérique australe, Amérique centrale et Caraïbes, Amérique du Nord, Amérique du Sud (hors Bassin amazonien), Bassin amazonien.

 

Pays (hors Bassin amazonien) :

  • Bolivie
  • Brésil
  • Colombie
  • Équateur (y compris les îles Galápagos)
  • Paraguay
  • Pérou
  • Venezuela

Comme dans toutes les régions tropicales, les maladies transmises par les insectes, par l’eau et par les aliments sont fréquentes en Amérique du Sud. Le voyageur devra prendre certaines précautions. La région est également particulièrement frappée par la délinquance et la criminalité.

Vaccins recommandés en Amérique du Sud (hors Bassin amazonien)

seringue
  • Vaccins usuels : diphtérie, tétanos, poliomyélite (DTP), coqueluche, rougeole.
  • Grippe saisonnière : en cas de voyage en groupe.
  • Hépatite B : en cas de séjours fréquents ou prolongés.
  • Hépatite A : quelles que soient les conditions de voyage.
  • Fièvre typhoïde : en cas de séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions.
  • Fièvre jaune : Bolivie (est des Andes à moins de 2300 m et Chuquisaca, Cochabamba, la Paz et Tarija en fonction de l’altitude), Brésil (sauf extrême est et zone côtière du sud-ouest), Colombie et Équateur et Pérou (au-dessous de 2300 m sauf certaines zones), Paraguay, Venezuela. Pour les zones côtières (Pacifique) de l’Équateur, de la Colombie et du nord du Pérou, la vaccination contre la fièvre jaune n’est recommandée qu’en cas de séjour prolongé, d’exposition importante aux piqûres de moustique ou d’impossibilité d’éviter ces piqûres. Néanmoins, il est préférable de se faire vacciner contre la fièvre jaune pour ne pas se retrouver empêché de faire un séjour dans les terres.
  • Rage : en cas de séjour prolongé ou aventureux.

Problèmes liés au climat et à la géographie

  • Le climat est principalement tropical, avec une saison des pluies de novembre à mars (de mai à octobre au Venezuela). Le sud de la région est plus tempéré, avec des hivers plus froids. En altitude (cordillère des Andes), le climat est sec, très chaud la journée et très froid la nuit.
  • Protégez-vous du soleil (intense en altitude) et de la chaleur, particulièrement étouffante pendant l’été.
  • De nombreux incendies ravagent le Brésil pendant la saison sèche.
  • Les pluies intenses entraînent fréquemment des inondations, des coulées de boue et des glissements de terrain. Évitez si possible la saison des pluies.
  • Les côtes et les îles du Venezuela sont régulièrement frappées par des ouragans de mai à novembre.
  • Certaines régions sont situées en altitude (Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou, Venezuela). Les aéroports de Bogotá, Sucre et Quito sont situés à plus de 2 500 m d’altitude, ceux de La Paz et de Cuzco à plus de 3 500 m. Prenez garde au mal aigu des montagnes.
  • L’activité sismique est importante dans les pays de la cordillère des Andes. Certains volcans sont en activité en Colombie, en Équateur et sur les îles Galápagos.

Problèmes liés aux transports

Transports routiers

Les routes sont parfois mal entretenues (souvent inondées pendant la saison des pluies) et les conducteurs indisciplinés. Les accidents sont fréquents. La plus grande prudence est requise au volant et la conduite de nuit est vivement déconseillée. Vous aurez besoin d’un permis international en Colombie.

Transports maritimes

Les côtes caraïbes de la Colombie et du Venezuela sont déconseillées aux plaisanciers (risque de piraterie et présence d’un important trafic de drogue maritime).

Transports aériens

Dans toute la zone, assurez-vous de la bonne renommée des compagnies aériennes locales et de la fiabilité des appareils.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

  • Les maladies liées à l’eau et aux aliments sont fréquentes : diarrhée du voyageur, hépatite A, typhoïde, parasitoses intestinales, etc. Des cas de choléra ont été signalés en Équateur. Le risque est plus élevé lorsque les conditions climatiques sont défavorables (pluies, inondations). Respectez les mesures d’hygiène alimentaire et corporelle. Il est déconseillé de boire l’eau du robinet, préférez l’eau en bouteille capsulée.
  • La brucellose est présente au Paraguay. Mieux vaut ne pas consommer de produits laitiers non pasteurisés (risque néanmoins faible).
  • La baignade en eau douce peut être dangereuse, en raison du risque de leptospirose et de bilharziose (Brésil, Colombie, Venezuela, Équateur). Renseignez-vous sur place.
  • Des cas de larva migrans cutanée sont possibles, notamment sur les plages. Évitez de marcher pieds nus et de vous coucher à même le sable.
  • Les poissons de mer des côtes de la Colombie et du Venezuela sont parfois porteurs de la ciguatera.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

  • Le climat tropical humide favorise la multiplication des insectes (moustiques, mouches, tiques, punaises, etc.) et le développement des maladies qu’ils transmettent. Des mesures de protection sont nécessaires.
  • La dengue est répandue dans toute la région, en particulier dans les villes côtières. De plus en plus de cas sont rencontrés, notamment au Brésil et en Équateur. De nombreux pays connaissent depuis 2015 des cas d’infections par le virus Zika, également transmis par le moustique tigre (du genre Aedes). Depuis 2013, le chikungunuya sévit en Guyane et s’est propagé sur en Amérique du sud. La protection contre les piqûres de moustiques s’impose partout.
  • La fièvre à virus Oropouche, transmis par des insectes, touche le Pérou.
  • La maladie de Chagas (Trypanosomiase américaine), transmise par des punaises, est présente en Bolivie.
  • La leishmaniose, transmise par la piqûre d’une mouche, est présente dans certaines zones du Brésil, du Paraguay, de Bolivie et d’Équateur.
  • La vaccination contre la fièvre jaune est recommandée à tous les voyageurs. La côte est du Brésil est plutôt épargnée. La vaccination est obligatoire dans la majeure partie de la région si vous êtes en  provenance d’un pays d’Afrique ou d’Amérique du sud où sévit un risque de transmission du virus (notamment de la Guyane française).

Prévention du paludisme en Amérique du Sud (hors Bassin Amazonien)

moustique

En dehors du bassin amazonien, le risque de paludisme est globalement faible et la résistance des souches aux antipaludiques varie selon les régions. En cas de séjour prolongé avec nuits passées en zone rurale en dehors du Bassin amazonien, les antipaludiques préconisés sont les suivants :

  • dans l'est du Paraguay, au Pérou (zone rurale au-dessous de 2000 m) et au Venezuela (zone rurale des États d’Amazonas, Anzoátegui, Bolívar, Delta Amacuro) : Nivaquine (Choloroquine) ;
  • en Colombie (zones rurales ou de jungle jusqu’à 1600 m), en Équateur (au-dessous de 1500 m hors de Quito, de Guayaquil et des villes de la région inter-andine) : Malarone et ses génériques (Atovaquone + Proguanil) ou Doxy, Doxypalu, Granudoxy (Doxycyline) ou Lariam (Méfloquine).

Maladies transmises par d’autres animaux

  • La rage sévit dans toute la région. Évitez tout contact avec les chiens errants et les animaux sauvages. Discutez d’une éventuelle vaccination avec votre médecin si vous prévoyez un séjour prolongé ou aventureux.
  • Les rongeurs peuvent également transmettre, par leurs excréments, des fièvres hémorragiques à arénavirus. En cas de séjour prolongé en zone rurale, évitez de dormir à même le sol dans des maisons anciennes et aérez régulièrement votre habitation.
  • Évitez tout contact avec les rongeurs ou autres animaux sauvages (raton-laveur, renard, mouffette, chauve-souris, etc.) qui peuvent transmettre diverses maladies : fièvres hémorragiques à Hantavirus (au Brésil).

Autres maladies infectieuses

  • Le Brésil connaît actuellement une recrudescence de cas de rougeole, notamment dans le nord du pays. Faites-vous vacciner si vous n’êtes pas immunisé (vaccin ou antécédent de maladie).
  • Des cas de méningites à méningocoque sont régulièrement signalés en Équateur.
  • Le risque de VIH/Sida et autres IST est non négligeable. Protégez-vous en utilisant des préservatifs.
  • L’hépatite B est répandue. Si vous n’êtes pas immunisé (vaccin ou contact avec le virus), pensez à vous faire vacciner.

Piqûres et morsures

  • Vous pouvez rencontrer certains animaux dangereux, en particulier en zone rurale : serpents, araignées, scorpions, grenouilles venimeuses, chauves-souris agressives, etc.
  • Des requins sont présents sur les côtes du Brésil (Recife), du Venezuela et du Pérou (attention également aux méduses dans ce pays).

Restez vigilant

  • La forte pollution atmosphérique à Lima peut gêner les personnes souffrant de troubles respiratoires.
  • Des mines antipersonnel restent enfouies à la frontière entre le Pérou et le Chili (régions de Junin et Huancavelica). Renseignez-vous sur place.
  • La mer est dangereuse sur le littoral péruvien : les courants sont forts et les lames de fond fréquentes.

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

  • Les soins sont généralement de bonne qualité dans les hôpitaux où les médecins sont souvent formés en Europe, aux États-Unis ou à Cuba, mais ils peuvent être très onéreux. Il est indispensable, notamment en cas de séjour au Brésil, de contracter une assurance voyage avec couverture de vos frais médicaux sur place et rapatriement sanitaire. Si ce n’est pas le cas, prenez une extension de garantie ou faites jouer la complémentarité entre vos différentes assurances.
  • Certains pays connaissent des pénuries de médicaments. Il est recommandé de partir avec un stock suffisant de médicaments, accompagnés de l’ordonnance. Attention, la Bolivie exige une autorisation préalable pour certains médicaments dont les substances sont considérées comme stupéfiants.
  • Les tensions sociales et politiques étant récurrentes dans les pays d’Amérique du Sud, certaines destinations sont fréquemment déconseillées par le ministère des Affaires étrangères. La Colombie et le Venezuela comportent de nombreuses régions fortement déconseillées. Consultez le site www.diplomatie.gouv.fr avant de partir. La situation politique en Bolivie est particulièrement instable.
  • Il est vivement déconseillé de visiter les régions frontalières entre la Colombie et ses voisins. Le taux de criminalité y est élevé : trafic de drogue, guérilleros et autres groupes paramilitaires, attentats, enlèvements, attaques à main armée aux feux rouges, etc.
  • La criminalité et la délinquance sont importantes dans certaines régions : escroqueries, vols, agressions, etc. Ne portez pas d’objet de valeur et déplacez vous avec une copie de vos pièces d’identité, les originaux devant être gardés en lieu sûr comme le coffre de l’hôtel.
  • Le risque d’enlèvement est à prendre en considération dans certaines régions. Prenez garde aux faux chauffeurs de taxi et aux faux policiers (en cas de contrôle inopiné, refusez de monter dans leur véhicule et demandez immédiatement l’assistance de votre ambassade).
  • Évitez le camping sauvage et les promenades nocturnes.
  • Faites preuve de discrétion, notamment dans les zones les plus reculées ou les plus pauvres. Demandez l’accord des autochtones avant de les photographier. Dans certains cas, attendez-vous à une demande d’argent en retour.
À garder à l’esprit
note
  • Soyez prudent au volant et ne conduisez pas la nuit.
  • Protégez-vous de la chaleur et du soleil. En altitude, protégez-vous du froid et prenez garde au mal aigu des montagnes.
  • Les maladies transmises par l’eau et les aliments sont très répandues. Respectez les mesures d’hygiène alimentaire et corporelle.
  • Les mesures de protection contre les insectes sont indispensables.
  • Évitez tout contact avec les animaux.
  • Restez sur vos gardes, la délinquance et la criminalité sont importantes dans certaines régions.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

Sources :

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !