En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Conseil santé au voyageur : sous-continent indien dont Inde et Maldives

Mis à jour : Mercredi 06 Juillet 2016

Continent : Asie

Zones du continent : Asie du Sud-Est, Sous-continent indien, Proche-Orient et Moyen-Orient, Extrême-Orient.

Pays :

  • Bangladesh
  • Bhoutan
  • Inde
  • Maldives
  • Népal
  • Pakistan
  • Sri Lanka

Le climat très humide dégrade les conditions sanitaires du sous-continent indien. L’essentiel des problèmes de santé est lié à l’eau et à l’alimentation. Le risque de paludisme est faible (mais pas nul) et se situe uniquement au-dessous de 2 000 mètres d’altitude.

Vaccins recommandés dans le Sous-contient indien

seringue
  • Vaccins usuels : diphtérie, tétanos, poliomyélite (DTP), coqueluche, rougeole.
  • Grippe saisonnière : en cas de voyage en groupe.
  • Hépatite B : en cas de séjours fréquents ou prolongés.
  • Hépatite A : quelles que soient les conditions de voyage.
  • Fièvre typhoïde : en cas de séjour prolongé ou dans de mauvaises conditions.
  • Rage : en cas de séjour prolongé en zone rurale ou de séjour aventureux, dans tous les pays de la zone (particulièrement en Inde), excepté aux Maldives.
  • Méningites à méningocoques : en cas de séjour prolongé ou de contact étroit avec la population locale, en période sèche et en zone d’épidémie, au Bhoutan, au Népal, en Inde et au Pakistan. Le risque est très faible pour le voyageur.
  • Encéphalite japonaise : dans tous les pays de la zone en cas d'exposition importante en milieu extérieur en zone rurale (hormis au Bhoutan).
  • Fièvre jaune : la vaccination est exigée eu Bhoutan, en Inde et aux Maldives pour les voyageurs en provenance d'une région où sévit la maladie (Afrique, Amérique latine, Papouasie-Nouvelle-Guinée).

Problèmes liés au climat et à la géographie

  • Le climat de la région est principalement tropical, chaud et humide. Protégez-vous du soleil et de la chaleur, particulièrement aux Maldives où les brûlures solaires sont fréquentes et graves en cas d’exposition prolongée. Si vous passez des heures à admirer les fonds marins avec un masque et un tuba, pensez à vous enduire le dos de protection solaire toutes les deux heures ou à nager avec un T-shirt (en particulier pour les enfants).
  • Les pluies diluviennes qui accompagnent la mousson d’été (de mai à septembre) provoquent bien souvent des inondations, des coulées de boue et des glissements de terrain (notamment le long des rivières). La mousson d’hiver, qui a lieu d’octobre à mars au nord-ouest des Maldives et au nord-est du Sri Lanka, s’accompagne de pluies moins abondantes.
  • Il est fortement déconseillé de naviguer au Bangladesh en avril-mai voire jusqu’en septembre en raison des orages soudains et violents.
  • Au nord de la région s’étend l’Himalaya, la plus haute chaîne de montagnes du monde, avec son point culminant, l’Everest, à 8 848 mètres. Les hivers y sont rudes et les étés frais. Protégez-vous du froid, en particulier la nuit et prenez garde au soleil. Les sommets de l’Himalaya sont parmi les plus dangereux du monde. Une préparation et un matériel adéquat sont indispensables. Ne vous y aventurez pas seul : prenez un guide connaissant parfaitement la région et assurez-vous d’être suffisamment entraîné.
  • Attention, l’aéroport de Leh au Ladakh est situé à plus de 3 500 m d’altitude. De même, la capitale du Bhoutan (Thimphu) ainsi que l’aéroport de Paro sont situés à 2 300 mètres d’altitude.
  • Dans les zones d’altitude, il existe un risque de mal aigu des montagnes (troubles respiratoires de type essoufflement et/ou troubles-neurologiques tels que des maux de tête, vomissements). Il est conseillé de subir une visite médicale préalable au voyage, d’être en bonne condition physique et de se munir d’un traitement contre le mal d’altitude, pas toujours disponible sur place.
  • Des cyclones dévastent régulièrement le golfe du Bengale.
  • L’Inde, le Népal et le Pakistan sont situés dans une zone de très forte activité sismique.

Problèmes liés aux transports

Transports routiers

La conduite est plutôt risquée dans toute la région (routes en mauvais état, inondations pendant la mousson, conducteurs indisciplinés, densité de la circulation, etc.). Avant de prendre le volant, écoutez toujours les derniers bulletins météorologiques et renseignez-vous sur l’état des axes routiers. Un permis de conduire international est obligatoire en Inde ainsi qu’un « carnet de passage » si vous entrez en Inde avec votre véhicule personnel. Au Sri Lanka, vous devez obtenir un permis local temporaire. La conduite à gauche est généralisée à tous les pays de la région. Vous avez tout intérêt à louer une voiture avec chauffeur.

Évitez les transports en commun dès la tombée de la nuit en raison du risque d’agression, variable selon les régions.

Certaines zones de l’Est et du Nord du Sri Lanka n’ont pas encore été déminées.

Transports maritimes

Les actes de piraterie sont en recrudescence dans les eaux indiennes. Les bateaux qui naviguent au Bangladesh n’offrent pas toujours les normes de sécurité requises. N’empruntez pas de bateau ou ferry pendant la saison des orages.

Transports aériens

Dans toute la zone, assurez-vous que votre compagnie aérienne ne figure pas sur la liste noire des compagnies aériennes déconseillées par les autorités européennes.

Maladies transmises par l’eau ou les aliments

  • Les maladies transmises par l’eau et les aliments sont plus fréquentes pendant la saison des pluies.
  • La diarrhée du voyageur et les parasitoses intestinales sont très répandues. Respectez scrupuleusement les règles d’hygiène corporelle et alimentaire. Sauf dans les hôtels de luxe, il est déconseillé de boire l’eau du robinet mais on peut l’utiliser pour se laver les dents. Préférez les aliments cuits et évitez les crudités et fruits non pelés.
  • Les risques d’hépatite A et de typhoïde sont importants. Pensez à vous faire vacciner.
  • L’hépatite E existe en Inde, mais aussi aux Maldives, au Népal et au Sri Lanka.
  • Aux Maldives, prenez garde à la ciguatera présente dans certains poissons.
  • Évitez de vous baigner en eau douce dans les lacs, les étangs et dans les eaux à faible courant.
  • Des cas de larva migrans cutanée sont régulièrement signalés sur les plages. Évitez de marcher pieds nus et de vous allonger directement sur le sable.

Maladies transmises par des insectes (hors paludisme)

  • La dengue est très répandue dans tous les pays de la zone, en particulier en période de mousson. Le chikungunya sévit épisodiquement dans plusieurs régions de l’Inde et du Sri Lanka. Le virus Zika est désormais présent en Inde et au Pakistan. Respectez les mesures de protection contre les piqûres de moustiques, particulièrement en fin d’après-midi.
  • L’encéphalite japonaise est présente dans tous les pays de la zone (hormis au Bhoutan). Discutez d’une éventuelle vaccination avec votre médecin si vous effectuez un séjour dans des conditions à risque (camping, nuit à la belle étoile, randonnée) en zone rurale, en particulier dans des zones où l’irrigation par inondation est pratiquée.
  • Des cas mortels d’encéphalites à Naegleria fowleri ont été signalés au Pakistan.
  • Il existe un risque de leishmaniose (notamment au Sri Lanka), et plus rarement, de filariose lymphatique en Inde, au Bangladesh et au Népal.
  • D'autres maladies peuvent être transmises par les insectes : tungose en Inde et au Pakistan, encéphalite Chandipura par épidémies en Inde.

Prévention du paludisme dans le Sous-continent indien

moustique

Le paludisme sévit dans toute la zone au-dessous de 2 000 m d’altitude. Au Bangladesh, au Bhoutan et en Inde, il s’agit majoritairement de paludisme à Plasmodium falciparum. Au Népal et au Pakistan, la transmission est essentiellement associée à Plasmodium vivax.

Pour les séjours touristiques courts classiques avec nuits passées en ville (où le risque est nul à très faible), il est raisonnable de s’abstenir de chimioprophylaxie sous réserve de bien se protéger contre les moustiques et de signaler le séjour tropical en cas de fièvre au retour. En effet, dans ces conditions de voyage, on estime que le risque d’effets indésirables liés aux antipaludiques est supérieur au risque de paludisme.

Dans les cas où le risque est plus élevé (séjour prolongé, nuits en zone rurale, zones d’exposition particulières), la chimioprophylaxie est la suivante (toujours en complément des mesures de prévention des piqûres) : Malarone et ses génériques (Atovaquone + Proguanil), Doxy/Doxypalu/Granudoxy (Doxycyline) ou Lariam (Méfloquine):

Les zones à risque nécessitant une chimioprophylaxie sont les suivantes :

  • Bangladesh : dans les zones rurales des districts du Nord et du Nord-Est de Chittagong Hill Tract, Chit-tagong et Cox Bazaar.
  • Bhoutan : toute l’année dans la zone sud (disctrict de Chukha, Dagana, Pemagatshel, Samdrup Jonkhar, Samtse, Sarpang, Zhemgang) ; pendant les mois pluvieux d'été dans des foyers dans le reste du pays.
  • Inde : états du nord-est (Arunachal Pradesh, Assam, Manipur, Mizoram, Meghalaya, Nagaland, Tripura), sur les îles d’Andaman et de Nicobar, dans les états de Chhattisgarh, du Gujarat, du Jharkhand, du Karnataka, du Madhya Pradesh, du Maharashtra, de l’Orissa et du Bengale-Occidental.
  • Népal : si nuitées en zones rurales du Teraï situées le long de la frontière avec l’Inde de juillet à octobre.
  • Pakistan : zones rurales au-dessous de 2000 m.
  • Il n’est pas nécessaire de prendre de chimioprophylaxie dans les zones suivantes :

  • Bangladesh : à Dhaka.
  • Bhoutan : dans les districts de Bumthang, Gasa, Paro et Thimphu.
  • Inde : dans le Kerala, dans les zones à plus de 2 000 mètres des États de Himachal Pradesh, Jammu-Kashmir et Sikkim et dans les villes de Bangalore, de Bombay, de Nagpur, de Nasik, de Pune et de Calcutta.
  • Népal : à Kathmandu, à Pokhara et lors des treks himalayens.
  • Maldives.
  • Sri Lanka.

Maladies transmises par d’autres animaux

  • Le risque de rage est important dans tous les pays du sous-continent indien, sauf aux Maldives. En Inde, d'après l'OMS, on compte plus d'un tiers des cas humains de rage dans la monde chaque année. Elle est transmise le plus souvent par une morsure de chien ou de singe. Évitez d’approcher ces animaux. En cas de morsure, la vaccination préalable ne dispense pas de doses complémentaires de vaccin, à faire dans des centres à normes internationales, car le vaccin « local » n’est pas recommandé.
  • La grippe aviaire est présente au Bangladesh, en Inde et au Népal. Dans toute la région, évitez les élevages et les marchés aux volailles (ou restez à plus de deux mètres des étalages) et ne manipulez pas les oiseaux morts.
  • Des cas de grippe porcine H1N1 ont été identifiés au Bangladesh, en Inde, au Népal.

Autres maladies infectieuses

  • La rougeole est encore très présente dans certains pays, notamment en Inde. Les adultes et les enfants non immunisés (vaccin ou maladie) doivent se faire vacciner avant d’y séjourner.
  • La tuberculose est présente en Inde. En cas de séjours fréquents ou supérieurs à un mois, il est recommandé que les enfants soient vaccinés par le BCG.
  • Plusieurs cas de poliomyélite ont été signalés au Pakistan depuis 2014. Les autorités pakistanaises contrôlent que la vaccination DTP est à jour. Pensez à vous munir de votre carnet de vaccination. Il est fortement recommandé d’utiliser le carnet de vaccination international (normes de l’OMS).
  • Des épidémies de méningites à méningocoques sévissent de temps en temps au Bhoutan, en Inde (dans la région de Delhi), au Népal et au Pakistan, surtout pendant la saison sèche. Votre médecin pourra vous proposer une vaccination en cas de séjour prolongé et exposé (contact avec la population locale).
  • Les cas de VIH/Sida et autres IST sont de plus en plus nombreux dans tous les pays de la région. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’Inde hébergerait le plus grand nombre de personnes infectées par le VIH en Asie (plus de 5 millions) et ce nombre serait sous-estimé. L’hépatite B est également répandue. Si vous n’êtes pas immunisé (vaccin ou contact avec le virus), pensez à vous faire vacciner.
  • Attention, le matériel médical à usage unique n’est pas toujours correctement utilisé. Préférez si possible les traitements par voie orale et assurez-vous que les emballages stériles sont ouverts devant vous.

Piqûres et morsures

  • Si vous faites de la marche, prenez garde aux animaux venimeux (serpents, araignées, scorpions), surtout en zone rurale. Évitez les randonnées nocturnes.
  • Au Sri Lanka, des attaques de frelons sont régulièrement signalées sur le sentier forestier menant au Rocher du Lion de Sigiriya.
  • Aux Maldives, on trouve des anémones de mer urticantes et des poissons venimeux (poissons-pierre, titans, etc.). Les requins y sont habituellement peu agressifs.

Restez vigilant

  • Restez extrêmement prudent sur le littoral des Maldives, de l’Inde et du Sri Lanka, en raison de la hauteur et de la puissance des vagues, ainsi que de la force des courants. La baignade est déconseillée pendant la mousson du fait des risques élevés de pollution par le ruissellement des eaux.
  • Le Gange en Inde est sans doute le fleuve le plus pollué du monde.
  • Les personnes souffrant de troubles respiratoires (asthme, bronchite chronique, etc.) doivent se méfier de la pollution atmosphérique dans les grandes villes indiennes.
  • Pour la pratique des sports sous-marins, un certificat médical peut être exigé aux Maldives.
  • Ne consommez pas de boissons alcoolisées artisanales, elles peuvent contenir des substances toxiques.

Problèmes liés aux situations politiques et sociales

  • L’infrastructure médicale est souvent précaire dans la région, sauf dans les grandes villes indiennes et dans les capitales où l’on trouve des cliniques privées de bon niveau. Il est essentiel de contracter une assurance voyage avant de partir, avec rapatriement sanitaire et couverture de vos frais médicaux sur place.
  • Certaines régions du sous-continent indien sont vivement déconseillées aux touristes en raison de troubles politiques, d’actes de terrorisme ou de la présence de bandes armées : Pakistan, frontière indo-pakistanaise, montagnes du Népal, nord de l’Inde (Jammu-Cachemire), Bangladesh. Avant de partir, renseignez-vous auprès du ministère des Affaires étrangères.
  • La situation sécuritaire aux Maldives se dégrade. Des groupes islamistes extrémistes s’associent avec des membres de gangs pour mener des actions violentes ponctuelles.
  • Les touristes sont souvent les cibles des voleurs à la tire, des pickpockets et autres harceleurs, ainsi que de fraudes sur les cartes bancaires. En Inde, méfiez-vous des faux sadhus et des faux ashrams. Renseignez-vous afin d’éviter de vous faire délester de tous vos biens, voire de subir des déconvenues plus graves.
  • L’Inde et le Sri Lanka connaissent une recrudescence d’agressions sexuelles. La plus grande prudence est requise.
  • L’ambassade de France au Népal dispose de capacités limitées pour venir en aide aux Français en cas de crise. Vous êtes donc seuls responsables de votre sécurité.
  • Le Pakistan, l’Inde, le Bangladesh et les Maldives ont une population musulmane importante. Respectez les règles de l’islam : portez des vêtements décents (en particulier les femmes, qui devront parfois porter le voile), évitez de manger, de boire ou de fumer en public pendant la journée au moment du ramadan, abstenez-vous de manifestations publiques d’affection, etc.
  • Ne prenez pas en photo certains bâtiments officiels (aéroports, ponts, bâtiments militaires, etc.), vous vous exposeriez à des poursuites pénales, voire à des ennuis plus sérieux.
À garder à l’esprit
note
  • Si possible, évitez la région pendant la mousson.
  • Les infections alimentaires sont très fréquentes. Respectez scrupuleusement les règles d’hygiène alimentaire et corporelle.
  • Protégez-vous des piqûres d’insectes, notamment en fin d’après-midi (prévention de la dengue).
  • Gardez vos distances avec les chiens et les singes à cause du risque de rage.
  • Protégez-vous lors de toute relation sexuelle.
  • Renseignez-vous avant de partir pour connaître les régions à éviter, que ce soit à cause de l’instabilité politique, du terrorisme ou de la criminalité.

Les informations médicales sont en constante évolution. Ces informations ne prétendent pas se substituer à un avis médical. Suivez toujours les recommandations de votre médecin traitant ou de votre pharmacien.

Sources :

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !