En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Fièvres hémorragiques virales

Mis à jour : Mardi 10 Avril 2012

Les fièvres hémorragiques virales sont dues à des virus présents chez diverses espèces de rongeurs.

Comment se protéger des fièvres hémorragiques virales ?

Les fièvres hémorragiques virales sont des infections qui provoquent toutes, des hémorragies souvent mortelles. La fièvre jaune, la dengue, la fièvre de la vallée du Rift et la fièvre de Crimée-Congo font partie de ces maladies, mais il en existe de nombreuses autres, moins répandues.

La fièvre Ebola et la fièvre de Marburg touchent l’homme, les singes et d’autres mammifères. Depuis leur apparition récente (en 1967 pour Marburg, en 1976 pour Ebola), ces virus voisins ont provoqué plusieurs épidémies dramatiques en Afrique équatoriale (Gabon, Soudan, Côte-d’Ivoire, République du Congo, etc.). Elles surviennent néanmoins dans des régions limitées et s’éteignent rapidement. Le risque de contamination pour le voyageur est faible, essentiellement par contact avec des personnes infectées ou avec des espèces animales qui hébergent ces virus sans en présenter les signes.

Pour éviter ces infections (et probablement de nombreuses autres), mieux vaut éviter tout contact avec des carcasses d’animaux sauvages quand on voyage, même lorsque ces animaux font partie des spécialités gastronomiques locales. Par exemple, on a récemment découvert que les chauves-souris, mets apprécié au Congo, étaient les réservoirs du virus Ebola. Restez à l’écart des étals de viande sur les marchés, en particulier dans les pays où on vend de la « viande de brousse » (il s’agit de diverses espèces sauvages, des reptiles aux grands singes).

Des fièvres hémorragiques peuvent également être provoquées par des virus de la famille des Arénavirus (fièvre de Junin en Argentine, fièvre de Machupo en Bolivie, fièvre de Guanarito et fièvre de Sabia au Venezuela, fièvre de Lassa au Nigéria, en Guinée, au Sierra Leone et au Libéria et, récemment, fièvre Lujo en Afrique du Sud) ou ceux de la famille des Hantavirus (fièvre de Hantaan et fièvre de Séoul en Extrême-Orient, maladie Sin Nombre dans le sud-ouest des États-Unis, et fièvre de Puumala de la Scandinavie à la Yougoslavie, voir encadré). Ces virus sont hébergés par diverses espèces de rongeurs et la contamination humaine se fait à partir de l’inhalation ou de l’ingestion de poussière ou d’aliments contaminés par les déjections de ces animaux. Ce sont essentiellement des maladies rurales. Pour les éviter, mieux vaut dormir dans des lieux régulièrement lavés et éviter de dormir à même le sol.

La fièvre de Puumala en France
De petites épidémies de fièvre de Puumala sont régulièrement observées dans le nord-est de la France : Ardennes, Lorraine, Franche-Comté, Aisne et Oise. Cette infection virale touche essentiellement le foie et se traduit par de la fièvre, des maux de tête et du ventre, des vomissements, puis des saignements du nez et des gencives, ainsi que la présence de sang dans les urines et les selles. Cette maladie guérit spontanément dans 99 % des cas.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !