En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres. ×

Doit-on se méfier des soins à l'étranger ?

Mis à jour : Lundi 28 Septembre 2009

Tous les pays ne bénéficient pas de soins médicaux de la même qualité que ceux disponibles en France, notamment les pays en voie de développement. En cas de problème de santé, mieux vaut prendre certaines précautions vis-à-vis des soins qui vous seront prodigués.

Dans un pays où les infrastructures et les moyens médicaux sont insuffisants, il peut être difficile, voire risqué, de se faire soigner, surtout lorsqu’il s’agit de soins particuliers ou de chirurgie. De plus, les services d’urgence y sont bien souvent inexistants. Toutefois, vous trouverez en général sur place des médecins compétents, parfois formés dans des pays industrialisés. Dans la limite de leurs moyens techniques, ils sont pour la plupart tout à fait à même de soigner les problèmes de santé les plus courants. Leur connaissance des maladies locales peut également s’avérer précieuse. N’hésitez cependant jamais à appeler votre compagnie d’assistance santé voyage pour faire confirmer une prise en charge (notamment si l’on vous propose une intervention chirurgicale ou un traitement lourd comme, par exemple, une transfusion) ou pour avoir un avis. Ayez toujours sur vous les coordonnées du centre d’appel. Pour les interventions particulières, le rapatriement sanitaire peut être nécessaire, d’où la nécessité d’être couvert par un contrat d’assurance-assistance voyage.

Quels sont les risques ?

santé à l'étranger

Dans les pays où les structures sanitaires sont insuffisantes, les transfusions sanguines et les soins médicaux par injection représentent un risque de contamination infectieuse (hépatite B, hépatite C, VIH/sida, etc.). Ces pays ne possèdent pas toujours de matériel médical à usage unique ou ne l’utilisent pas comme tel : les aiguilles ou les seringues sont réutilisées plusieurs fois. Cependant, il est en général possible de se procurer ce matériel dans les pharmacies privées et de vérifier qu’il soit utilisé dans les conditions adéquates.

Les conditions d’hygiène et la stérilisation du matériel ne sont pas respectées partout : le risque de contracter une infection à l’hôpital (infection nosocomiale) peut être important. De plus, dans ces pays, il n’y a pas toujours de banques du sang, ni de contrôles sur les poches de sang destinées aux transfusions.

Dans ce type de pays, il est recommandé de refuser autant que possible tout soin par voie injectable sauf urgence absolue. Demandez que soient plutôt utilisés des traitements administrés par voie orale (comprimés, gélules, etc.) lorsque cela est possible : contrairement à une idée répandue, les traitements injectables ne sont pas forcément plus efficaces que les traitements par voie orale. Si des injections sont indispensables à vos soins, réclamez du matériel médical à usage unique et faites ouvrir le paquet devant vous, ou utilisez votre propre matériel à usage unique (si vous en avez emporté pour votre traitement). Si ce matériel ne peut pas être obtenu, les soins peuvent être effectués avec du matériel stérilisé correctement, mais cela reste difficile à vérifier.

Les soins dentaires et chirurgicaux doivent être évités dans la mesure du possible, ainsi que les tatouages, les piercings (y compris le perçage des oreilles), la fréquentation des barbiers, l’acupuncture et autres rites locaux utilisant des instruments non stérilisés. Consultez votre dentiste avant de partir.

Les risques liés à un accouchement peuvent également être importants. C’est une des raisons pour lesquelles il est préférable qu’une femme enceinte ne voyage plus, passé le deuxième trimestre de sa grossesse.

Où se faire soigner ?

L’ambassade ou le consulat de France sur place pourront vous fournir par téléphone les coordonnées des médecins locaux habituellement consultés par les ressortissants français, en précisant s’ils sont anglophones ou francophones. Ils pourront également vous recommander un hôpital, une clinique et quelques pharmacies. Pensez à prendre les coordonnées des services consulaires avec vous ou la liste des adresses du Cimed. Votre compagnie d’assurance-assistance peut également vous communiquer les coordonnées de médecins ou d’hôpitaux de leur réseau local et dont les compétences ont été vérifiées.

Découvrir sa grossesse à l'étranger
Les vacances sont souvent propices aux oublis de pilule. En cas de doute, faites un test de grossesse, on en trouve partout dans le monde. Cependant, inutile de vous alarmer au moindre retard de règle, les voyages et le décalage horaire perturbent souvent le cycle menstruel. Si la grossesse est confirmée, évitez de voyager dans des conditions trop inconfortables (par exemple, pistes défoncées en 4x4) et contactez votre médecin traitant ou votre gynécologue obstétricien en cas de problème. Si vous prenez un traitement préventif contre le paludisme, sachez que certains médicaments peuvent avoir des effets néfastes sur le fœtus (essentiellement la doxycycline). En cas de maladie au cours de votre séjour, n’oubliez pas de préciser au médecin sur place que vous êtes enceinte pour qu’il puisse adapter votre traitement.
Si vous souhaitez interrompre votre grossesse, il est préférable d’attendre de rentrer en France, afin de pratiquer l’intervention dans les meilleures conditions possibles, notamment sur le plan de l’hygiène. La pilule du lendemain (lévonorgestrel) peut également être une solution dans les 72 heures suivant un rapport sexuel non protégé, sachant qu’elle n’est pas efficace à 100 %.

Actualités

La prescription d'une activité physique adaptée, aux patients en ALD, sera possible à partir du 1er mars 2017 (illustration).

Affections de longue durée : prescription d'une "activité physique adaptée" possible à partir de mars...

Lire les étiquettes des aliments en supermarché (© Danilin Vasily/Thinkstock)

Étiquetage des denrées alimentaires : les nouvelles règles européennes sont entrées en vigueur

Le régime méditerranéen enrichi en huile d'olive ou en noix est-il meilleur pour la santé ?

Régime méditerranéen en prévention cardiovasculaire : oui, mais avec de l'huile d'olive et des noix !