En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Décès du Pr Gilbert Huault, "père de la réanimation pédiatrique française"

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 1528 lecteurs
La Société Française de Pédiatrie annonce la disparition de Monsieur le Professeur Gilbert Huault *.

Le Pr Huault a été le précurseur de la réanimation des nouveau-nés en France, et a aidé des générations de pédiatres urgentistes grâce un ouvrage devenu une référence, "Pédiatrie d’urgence".

Retour sur le parcours d'un pionnier, débuté au début des années 60.

Gilbert Huault, photo illustrant l'article du Pr Devictor, cité à de nombreuses reprises ci-dessous.


Dans les années 50, une épidémie de polio impose le recours à la ventilation artificielle
Le Pr Huault est revenu, en 2008, sur la genèse de la réanimation néo-natale : "un événement important s'est produit, il y a 51 ans, avec une grave épidémie de poliomyélite survenue à Copenhague. Elle y a amené les anesthésistes à sauver de l'asphyxie les paralysies respiratoires en les ventilant à la main. C'est de cette catastrophe sanitaire et de l'application de gestes pratiqués en salle d'opération qu'est né le ventilateur mécanique, ancêtre officiel de tous les appareils de ventilation à pression endotrachéale positive".

En 1963, Gilbert Huault utilise la ventilation artificielle pour un bébé
Les bébés ne pouvaient utiliser ces appareils, du moins jusqu'au début des années 60.

En 1963, Gilbert Huault, alors interne, prend en charge un nouveau-né présentant un tétanos ombilical et utilise, pour la première fois, la ventilation artificielle, racontait en 2004 le Pr Denis Devictor, Chef de service de réanimation pédiatrique CHU Bicêtre, Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) :"l'enfant guérit après 3 semaines de travail acharné. Peu après, l'expérience est renouvelée avec une poliomyélite. Le pas est franchi et Huault possède la conviction profonde que la ventilation artificielle peut être utilisée chez le nouveau-né".

Cette conviction, peu partagée à l'époque, le conduit à en faire le sujet de sa thèse. "Cette thèse sera le document fondamental sur lequel s'est établie la technique utilisée par tous les réanimateurs", précise le Pr Devictor.

Le premier service de réanimation néonatale ouvre à l'hôpital Saint Vincent de Paul dès 1964
Dès fin 1964, Gilbert Huault a fondé et animé, à la demande de son chef de service, la première unité de réanimation pédiatrique polyvalente de France et sans doute du monde, à l'hôpital Saint Vincent de Paul (Paris).

Pour cela rappelle le Pr De Devictor, il a appris toutes les techniques et protocoles alors utilisés chez l'adulte. Il a consigné ce savoir sous la forme de fiches pour former les professionnels de santé de son service.

Outre la ventilation artificielle, d'autres techniques sont progressivement apparues dans son service,  " comme l'intubation prolongée, la dialyse péritonéale et le traitement de multiples pathologies comme la prise en charge des suites opératoires des cardiopathies congénitales opérées, les infections sévères du nouveau-né, les infections hospitalières, les intoxications, les détresses respiratoires du nouveau-né, la réanimation en salle de naissance".

Une spécialité nécessitant un environnement propre et des soignants très bien formés
Le Pr Huault a énuméré, en 2008, les spécificités de cette nouvelle spécialité qu'il a donc largement contribué à initier :
  • L'enfant surtout le plus jeune n'est pas un modèle réduit d'adulte. Il a une physiologie propre à géométrie variable dans le temps, une pharmacologie, une psychologie particulière. De ce fait, au nom de l'efficacité, de la sécurité et de l'humanité, il réclame un environnement à lui, des soignants rompus à son approche et à toutes ses particularités.
  • L'enfant est un être en voie de développement. C'est un atout, permettant des récupérations impossibles chez l'adulte (appareil respiratoire). C'est une pénalisation dans la mesure où tout neurone détruit est perdu à jamais et compromet de ce fait les acquisitions à venir.
  • L'objectif de la réa pédiatrique n'est pas seulement de sauver un enfant, mais de faire qu'il puisse devenir un beau vieillard pleinement inséré dans la société, épanoui après une vie bien remplie.
  • La réanimation pédiatrique est une sorte de service central avec l'obligation de s'intégrer avec la chaîne d'amont (accoucheurs, SAMU, chirurgiens, généralistes) et la chaîne d'aval.
  • La nécessité, l'obligation de connaître « le corrigé du devoir » à court et à long terme, d'analyser ses échecs, d'obtenir le maximum d'autopsies malgré les difficultés.

1977 : "Pédiatrie d'urgence", tout simplement appelé "Le Huault"
Père de la réanimation pédiatrique française, le Pr Huault a été également une référence incontournable pour de très nombreuses générations de pédiatres, grâce à son ouvrage, traduit en plusieurs langues, "Pédiatrie d'urgence".  La Société Française de Pédiatrie (SFP) rappelle qu'avant l'ère de l'informatique, "Le Huault " était le premier ouvrage que se procuraient les internes de pédiatrie, tout ce qu'ils devaient savoir s'y trouvait.

Le Pr De Devictor raconte qu'à l'époque, le Pr Huault complétait en permanence ses protocoles, disponibles à la bibliothèque du service.

Il était également facilement joignable par téléphone, toujours dans le but de transmettre les connaissances de cette discipline encore jeune : "jour et nuit, médecins et internes de garde de toute la France savent que Huault est là pour donner un conseil, un avis diagnostique ou thérapeutique".

1982 : nouveau service, nouvelles méthodes de partage des connaissances
En 1982, le Pr Huault transfère son service à l'hôpital du Kremlin Bicêtre. Cela lui donne l'occasion de le moderniser afin d'utiliser les techniques les plus récentes. Au-delà des techniques, "G Huault devient pionnier dans l'informatisation de l'activité médicale", relate encore le Pr Devictor, en mettant en mémoire "une masse considérable d'informations concernant les maladies, leur traitement, leur coûts, ces informations devant servir à la recherche clinique, à l'analyse de l'activité, à l'évaluation médicale et à l'étude des coûts".

Il s'attache aussi à la dimension éthique de son métier, tant pour les patients que les soignants.

Une carrière marquée par l'humilité ?
Selon le Pr Devictor, "Gilbert Huault apprend également à ceux qui l'entoure l'humilité intellectuelle qui consiste à connaître ses limites, à demander un avis et à ne s'approprier un mérite qu'au travers du travail collectif de l'équipe".

Selon la SFP, "totalement dévoué à son métier, l'humilité du Pr Huault souffrait des honneurs qui pouvaient lui être rendus. En 2003, il obtint le Prix Pierre Royer de la SFP, ses premières paroles traduisirent  l'état d'esprit qui l'habitait : « D'autres dans la salle méritent ce prix plus que moi !». Tous ceux qui ont eu la chance de le connaître n'oublieront jamais l'inénarrable charisme qu'il dégageait malgré lui".

Un grand monsieur de la médecine française s'en est allé…

Jean-Philippe Rivière

Sources et ressources complémentaires :
- "Réanimation pédiatrique", par Huault Gilbert, char-fr.net, mars 2008
- "Monsieur le Professeur Gilbert HUAULT", Pr Denis Devictor, site de la Réanimation Pédiatrique du Kremlin-Bicêtre, mai 2004
-  "Décès du Pr Huault - L'hommage de la SFP", Société Française de Pédiatrie, Professeur Brigitte CHABROL, Présidente de la SFP, Professeur Patrick TOUNIAN, Secrétaire général de la SFP, 2 septembre 2013

* Les documents énumérés ci-dessus ont été localisés sur internet suite à la lecture du tweet d'un interne de santé publique s'émouvant de la disparition du Pr Huault :

Commentaires (0)