En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

CILEST et TRICILEST (éthinylestradiol et norgestimate) : arrêt de commercialisation

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 1945 lecteurs
Après plusieurs mois d'indisponibilité, la commercialisation des contraceptifs oraux combinés minidosés CILEST et TRICILEST (éthinylestradiol et norgestimate) est arrêtée.

Les contraceptifs oraux combinés minidosés CILEST et TRICILEST ne seront donc pas remis à disposition.

 
Le laboratoire Janssen nous informe de leur décision d'arrêter la commercialisation des contraceptifs oraux combinés minidosés CILEST comprimé et TRICILEST comprimé (éthinylestradiol et norgestimate). 
Indisponibles depuis le mois de mai dernier suite à un rappel de lots,  ces spécialités ne seront donc pas remises à disposition.
 
Les alternatives thérapeutiques
Le laboratoire indique que des alternatives thérapeutiques existent afin de répondre aux besoins des patientes.
Parmi elles, les spécialités EFFIPREV et TRIAFEMI comprimés (laboratoire EFFIK) présentent respectivement des compositions strictement identiques à celles des spécialités CILEST et TRICILEST comprimés.
"TRIAFEMI vient d'être remis à disposition et EFFIPREV devrait être remis à disposition prochainement" précise le laboratoire.
 
Pour mémoire
CILEST et EFFIPREV sont des estroprogestatifs combinés minidosés, monophasiques, indiqués dans la contraception orale.
TRIAFEMI et TRICILEST sont des estroprogestatifs combinés minidosés, triphasiques, indiqués dans la contraception orale chez la femme ayant une acné légère à modérée ; ce traitement contraceptif ne dispense pas d'un traitement spécifique de l'acné si celui-ci est nécessaire.
 
Le norgestimate est un progestatif de troisième génération appartenant à la classe thérapeutique des gonanes. Progestatif de synthèse dérivé 19-norstéroïde, le norgestimate a une activité androgénique très faible.
Selon les conclusions récentes de l'EMA (Agence européenne du médicament), le risque de survenue de thrombo-embolie veineuse chez les femmes utilisant un contraceptif hormonal combiné (CHC) contenant du norgestimate est d'environ 5-7 pour 10 000 femmes par an (risque équivalent aux CHC contenant du levonorgestrel ou de la norethisterone). 
 
Sources et ressources complémentaires

Commentaires (0)