En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Encéphalite à tiques : un vaccin réservé aux voyageurs.

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 279 lecteurs

La vaccination contre l'encéphalite à tiques n'est pas nécessaire en France.

tique

Les morsures de tiques peuvent transmettre de nombreuses maladies, dont l’encéphalite à tiques. Il s’agit d’une maladie virale du système nerveux qui se manifeste par un syndrome grippal avec de la fièvre et des courbatures. Dans certains cas graves, elle évolue vers une méningite. En France, deux vaccins existent contre cette maladie.

Le nombre de cas d’encéphalite à tiques en France est faible, avec une localisation dans l’Est de la France. En 2007, quatre cas ont été recensés en Alsace et un en Haute-Savoie. Elle est plus fréquente dans les pays d'Europe centrale, de l'Est et du Nord.

Les récentes recommandations du Haut conseil de santé publique maintiennent le fait qu’il n’est pas nécessaire de vacciner les personnes résidant en France, en raison du faible nombre de cas. En revanche, pour les voyageurs ou les randonneurs, la vaccination est recommandée pour les séjours en zone rurale ou forestière en Europe centrale, de l'Est et du Nord, lorsque ces séjours ont lieu du printemps à l’automne. Ces nouvelles recommandations étendent la période de risque à l'automne. Les deux vaccins commercialisés en France peuvent être utilisés indifféremment pour cette vaccination.

Les tiques peuvent transmettre d’autres maladies, comme la maladie de Lyme. Il est donc important, même vacciné contre l’encéphalite à tiques, de se protéger en appliquant des répulsifs sur la peau et en recherchant, après une promenade, la présence de tique sur soi. Pour retirer la tique, il est recommandé d’utiliser une pince à épiler ou un tire-tique en prenant soin de ne pas laisser une partie de la tique fichée dans la peau.

 

source : Avis du Haut conseil de santé publique, 23 octobre 2009.

Commentaires (0)