En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Patch d'EXELON : pas plus d'un à la fois.

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 344 lecteurs

Chez des patients atteints de maladie d'Alzheimer, des accidents de surdosage sont survenus avec un médicament disponible sous forme de patch.

alzheimer

L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) met en garde les personnes souffrant de maladie d'Alzheimer et leurs proches contre le risque de surdosage pouvant survenir avec un médicament, EXELON, parfois prescrit sous forme de patch (dispositif transdermique). Un patch d’EXELON a une durée d’action de 24 heures. Dans le cas d’une utilisation normale, il faut donc appliquer un nouveau patch chaque jour.

Chez les personnes victimes de surdosage en EXELON, ce nouveau patch avait été appliqué sans prendre la précaution d'enlever le patch précédent usagé. Après 24 heures, un patch n'est plus suffisamment efficace mais il continue quand même à délivrer une petite dose de substance active. La présence de deux patchs simultanés expose donc à un surdosage dont les symptômes sont des nausées, des vomissements, des diarrhées, une hypertension artérielle et des hallucinations.

Chez les personnes traitées par EXELON en patch, il est donc important de retirer le patch usagé avant de le remplacer par un nouveau. Il faut également changer de zone d’application chaque jour et ne pas utiliser la même zone plus d'une fois toutes les deux semaines (afin d'éviter les irritations de la peau). Le patch doit être appliqué sur une peau saine, et sur l'une des zones corporelles recommandées : le haut ou le bas du dos, le haut des bras ou la poitrine. Enfin, le patch ne doit jamais être coupé. En cas de surdosage, tous les patchs doivent être retirés.

 

Source : Usage inadapté et erreurs médicamenteuses associés aux dispositifs transdermiques d’EXELON. Afssaps, 10 mai 2010.

Commentaires (0)