En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Saturnisme chez l'enfant : des progrès encourageants.

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 313 lecteurs

Le nombre d’enfants atteints d'intoxication par le plomb a été divisé par vingt en quinze ans.

enfant qui joue

Le saturnisme est le nom de la maladie due à une intoxication au plomb. Les enfants sont particulièrement touchés par cette maladie, en général à la suite d’ingestion d'écailles de peintures murales ou de poussières dans des logements anciens et dégradés. Les symptômes du saturnisme se traduisent par un retard du développement mental, une diminution de la concentration intellectuelle, des troubles digestifs ainsi que de la fatigue. Le diagnostic nécessite de mesurer le taux de plomb dans le sang. On parle de saturnisme quand ce taux est supérieur ou égal à 100 µg/l.

Une récente enquête publiée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) montre que le nombre d’enfants de un à six ans atteints de saturnisme a diminué fortement durant des quinze dernières années. En effet, en France métropolitaine, pour cette tranche d'âge, on est passé de 84.000 cas en 1995-1996 à 4.400 cas en 2008-2009.

Ces résultats montrent, selon les auteurs, que les actions de prévention ont été efficaces. Il s’agit par exemple de la suppression de l’essence au plomb, de l’amélioration de l’alimentation et de l'habitat, du traitement des eaux de distribution publique et du contrôle des émissions industrielles.

Cependant les auteurs notent que les cas de saturnisme diagnostiqués aujourd'hui sont principalement observés chez des enfants vivant dans un environnement social défavorisé, caractérisé notamment par un habitat en mauvais état et suroccupé. L’étude montre également que 25% des enfants de un à six ans ont un taux de plomb supérieur à 25 µg/l. Des résultats inquiétants car, quel que soit son taux dans le sang, le plomb est toxique pour la santé des enfants. Des efforts restent donc à faire pour limiter les sources d'exposition et améliorer le repérage des enfants intoxiqués ou à risque.

 

Source : Encore 4.400 cas de saturnisme en France métropolitaine. Communiqué de presse, InVS, 27 mai 2010.

Commentaires (0)