En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Acides gras trans : accusés dans l'endométriose.

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 334 lecteurs

La consommation de graisses hydrogénées augmenterait le risque d’endométriose.

mal de ventre

L’endométriose est une maladie gynécologique relativement fréquente, dans laquelle la muqueuse qui recouvre l’intérieur de l’utérus (l’endomètre) se développe de façon anormale en dehors de l’utérus (dans la cavité abdominale). Des douleurs dans le bas-ventre et des saignements anormaux en constituent les principaux symptômes. L’endométriose touche surtout les femmes de 25 à 40 ans et peut entraîner une infertilité.

On ne connaît pas précisément les causes de l’endométriose. Celles-ci seraient d’ordre hormonal, anatomique, génétique, immunitaire ou inflammatoire. Récemment, les médecins ont commencé à suspecter un facteur de risque alimentaire, lié à la consommation de certaines matières grasses. C’est également ce que suggère une étude menée aux États-Unis pendant douze ans. Au total, 70.709 femmes ont répondu à des questionnaires sur leur consommation de matières grasses et 1.199 cas d’endométriose ont été rapportés.

Selon les résultats de l’étude, le risque d’endométriose serait augmenté chez les femmes qui consomment le plus d'acides gras trans, des graisses transformées pour être utilisées dans l'industrie agro-alimentaire (également appelées « graisses hydrogénées »). Cette étude est une illustration supplémentaire des effets néfastes de ces matières grasses transformées qui sont déjà reconnues comme un facteur de risque important dans la survenue des maladies cardiovasculaires.

 

Source : Missmer SA et al: A prospective study of dietary fat consumption and endometriosis risk. Hum Reprod, 2010

Commentaires (0)