En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Maladie de Parkinson : le plomb de nouveau mis en cause.

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 373 lecteurs

Une exposition prolongée au plomb augmenterait le risque de maladie de Parkinson.

senior

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative, c’est-à-dire due à une dégradation progressive de certaines zones du cerveau. En France, environ 120.000 personnes souffrent de cette maladie. Les symptômes de la maladie de Parkinson sont variables d’un patient à l’autre, les trois plus fréquents étant les tremblements au repos, la rigidité musculaire et le ralentissement des mouvements.

Quelques études ont déjà suggéré une relation entre la maladie de Parkinson et une exposition au plomb. Des chercheurs américains viennent de publier une étude complémentaire sur les risques d’exposition cumulée sur une longue période. Pour cela, ils ont mesuré la concentration de plomb dans les os de personnes atteintes de Parkinson et dans ceux de personnes ne souffrant pas de cette maladie. Le plomb peut rester pendant plusieurs années dans les os, contrairement au sang où il ne reste que quelques semaines.

L’étude a porté sur 330 patients atteints de maladie de Parkinson, dont une majorité d’hommes, et sur 308 sujets sains. Les participants étaient âgés de 67 ans en moyenne. Les concentrations osseuses ont été mesurées au niveau du tibia et de la rotule.

Les résultats de cette étude renforcent l’hypothèse selon laquelle l’exposition prolongée au plomb augmente le risque de développer une maladie de Parkinson.

 

Source : Weisskopf MG et al : Association of cumulative lead exposure with Parkinson’s disease. Environ Health Perspect, 2010.

Commentaires (0)