En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Un bon point pour le cœur des enfants obèses

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 298 lecteurs

Les enfants obèses qui retrouvent un poids normal avant l’adolescence ont un risque cardiovasculaire diminué.

obésité

En France, en près de vingt ans, le nombre de cas d’obésité infantile a été multiplié par 2,5 chez les enfants de dix ans. Outre l’excès de poids, l’obésité chez les enfants augmente le risque de maladies cardiovasculaires et de diabète à l’âge adulte. La prise en charge de l’obésité infantile vise essentiellement à normaliser le poids, c’est-à-dire à rétablir un équilibre entre le poids et la taille tout au long de la croissance.

Une étude récente a recherché les bénéfices d’une normalisation du poids chez les enfants avant l’adolescence. Cette étude a porté sur 5.235 enfants obèses âgés de neuf à douze ans. L’IMC (indice de masse corporelle), le tour de taille et la masse grasse ont été mesurés chez chaque participant à l’entrée dans l’étude, puis entre quinze et seize ans. De même, des analyses ont permis de relever des données (taux de graisses dans le sang, taux de cholestérol, taux de sucre, taux d’insuline, pression artérielle) visant à évaluer le risque cardiovasculaire.

Selon les résultats de cette étude, les enfants obèses qui retrouvent un poids normal avant l’adolescence ont un risque cardiovasculaire diminué. Les bénéfices semblent particulièrement nets chez les filles pour qui le risque de problèmes cardiovasculaires redeviendrait égal à celui observé chez les jeunes filles n’ayant jamais eu de problème de surpoids. En revanche, chez les garçons, ce risque, bien que diminué, reste encore plus élevé que chez ceux ayant toujours eu un poids normal.

Des résultats qui, au final, prouvent la nécessité de prendre en charge très tôt l’obésité et le surpoids chez les enfants pour limiter les complications à l’âge adulte. L’hygiène alimentaire, se traduisant par une alimentation moins sucrée, moins salée et moins grasse, ainsi que par une réorganisation des repas, est au cœur de cette prise en charge.

 

Source : Lawlor DA et al : Association between general and central adiposity in childhood, and change in these, with cardiovascular risk factors in adolescence: prospective cohort study. BMJ 2010.

Commentaires (0)