En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les allergies alimentaires nuisent au bonheur des enfants.

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 334 lecteurs

Chez les enfants, les allergies alimentaires provoquent anxiété et solitude et diminuent la qualité de vie.

enfant allergique

Chez les enfants allergiques, la consommation de certains aliments peut provoquer une réaction intense du système immunitaire (choc anaphylactique) et déclencher des symptômes graves voire mortels. Ce choc d'origine allergique se manifeste, entre autres, par une baisse brutale de la pression sanguine qui peut entraîner une perte de conscience. Ces allergies dites alimentaires sont en constante augmentation et de plus en plus d'enfants doivent faire attention à ce qu'ils mangent.

Cette nécessité de contrôler en permanence son alimentation a un impact négatif sur la qualité de vie des enfants allergiques. C'est en substance ce que révèle l'étude réalisée par l'Académie européenne d'allergologie et d'immunologie clinique (EAACI) auprès de 107 jeunes patients italiens.

Le Pr Murano, qui dirige cet organisme, indique que « environ un enfant allergique sur cinq ne participe jamais à une fête chez ses amis, tandis qu'un sur quatre apporte toujours des aliments sûrs avec lui. » En outre, chez un quart des patients interrogés, se tenir à l'écart des aliments potentiellement dangereux retire toute envie de goûter à de nouveaux aliments. La peur des symptômes allergiques est toujours présente et provoque de l'anxiété et un sentiment de solitude, à un niveau plus élevé que chez les enfants diabétiques, par exemple.

Par précaution, la majorité des enfants allergiques ne sortent jamais sans un traitement de secours en cas de choc anaphylactique (adrénaline). Néanmoins, un enfant allergique sur trois oublie régulièrement son traitement d'urgence. Le choc anaphylactique peut être déclenché par une activité physique pratiquée après l'ingestion d'aliment allergique, même en faible quantité (anaphylaxie induite par l'ingestion d'aliments et l'exercice physique, AIAEP). « Pour cette raison, un enfant allergique sur dix cesse toute activité physique. »

L'EAACI a émis un ensemble de recommandations pour prévenir l'extension des allergies chez les enfants. De plus, il rappelle que certaines souches de probiotiques pourraient contribuer à prévenir mais aussi traiter les allergies alimentaires chez l'enfant.

Source : European Academy of Allergy and Clinical Immunology

Commentaires (0)