En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Vaccination des bébés : même pas mal !

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 368 lecteurs

Solutions sucrées, sucette, patch... autant de méthodes efficaces pour prévenir la douleur lors de vaccination chez le nourrisson.

bébé vaccin

Diphtérie, tétanos, poliomyélite, pneumocoques… le deuxième mois de vie marque le début d’une série de vaccins chez les nourrissons. Au total, ces derniers subissent entre six et douze injections au cours de leur première année. Si la vaccination est bénéfique pour la santé, elle constitue aussi la première cause de douleur aiguë chez les nourrissons. Pourtant, différentes méthodes existent pour la prévenir.

Parmi celles-ci, les patchs anesthésiants sont régulièrement prescrits. Ils doivent être appliqués au moins une demi-heure avant la vaccination, au niveau du site d’injection. Quelques inconvénients sont cependant à relever : délai nécessaire pour être efficaces et risque de réactions allergiques de la peau.

Les recommandations récentes de l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) mettent également en avant l’efficacité de l'ingestion de solutions sucrées. Une concentration minimale en sucre est nécessaire pour observer un effet analgésique (anti-douleur). Ces solutions, disponibles en pharmacie, doivent être administrées deux minutes avant l’injection et leur effet dure entre cinq et sept minutes.

Parce que la succion est également capable de réduire la sensation de douleur, il existe désormais en pharmacies des sucettes munies d’un réservoir pouvant contenir ces solutions sucrées. Il est ainsi possible de bénéficier de l'effet conjoint des deux méthodes. En complément, il est également recommandé de détourner l'attention de l’enfant pendant l’injection.

 

Source : Recommandations de bonne pratique : Prise en charge médicamenteuse de la douleur aiguë et chronique chez l’enfant. Afssaps, juin 2009.

Commentaires (0)