En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Sclérose en plaques : des os plus fragiles

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 940 lecteurs

La sclérose en plaques est associée à une augmentation du risque de fracture.

femme invalide

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique qui se caractérise par une réaction inflammatoire contre les cellules nerveuses à l’origine de symptômes invalidants (engourdissement, trouble de la vision, troubles de la marche, etc.). Cette maladie évolue par poussées.

Une récente étude britannique a cherché à mesurer le risque de fracture chez les patients atteints de SEP, que ce soit à la suite d'une chute ou d'ostéoporose. Pour y parvenir, les auteurs ont formé 5.565 paires composées chacune d’une personne atteinte de SEP et d’une personne du même âge, du même sexe et non atteinte (sujet témoin).

Selon leurs résultats, les personnes ayant une SEP ont un risque de fracture de hanche trois fois plus élevé que les personnes témoins, en particulier en lien avec l’ostéoporose. De plus, le risque de fracture semble plus élevé chez les patients ayant reçu des médicaments dérivés de la cortisone ou des antidépresseurs dans les six mois précédant la fracture.

Pour les auteurs, les patients atteints de SEP, et particulièrement ceux recevant un traitement par corticoïdes ou par antidépresseurs, doivent donc faire l’objet d’une vigilance accrue et d’une prévention adaptée de la part du corps médical.

 

Source : Bazelier MT et al : The risk of fracture in patients with multiple sclerosis : the UK general practice research database. Journal of Bone and Mineral Research, 2011.

Commentaires (0)