En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Mieux qu’un steak, une poignée de noix !

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 225 lecteurs

Manger trop de viande rouge augmenterait le risque de diabète de type 2.

roti de boeuf

Le diabète de type 2 touche principalement les adultes à partir de 40 ans, même si l'on observe aujourd’hui de plus en plus de cas chez des adolescents et des adultes jeunes. Une alimentation déséquilibrée (trop grasse, trop riche en sucre) et le manque d’activité physique sont des facteurs de risque qu’il est possible de contrôler par des règles hygiénodiététiques appropriées. Si les recommandations actuelles conseillent de limiter sa consommation de charcuteries (souvent très riches en graisses saturées), les avis divergent quant à l'influence de la viande rouge non transformée (les grillades, les rôtis, etc.) sur le risque de développer un diabète de type 2.

Pour évaluer la relation entre la consommation de viande rouge et le risque de diabète de type 2, des scientifiques ont analysé les données de trois grandes études américaines. La première incluait 37.083 hommes issus du corps médical et paramédical, et âgés de 40 à 75 ans. Les deux autres étaient constituées d’infirmières (respectivement 79.570 et 87.504) d’âge compris entre 25 et 55 ans. Le régime alimentaire de ces professionnels de santé a été évalué grâce à des questionnaires. L’analyse de ces études a montré que la consommation de viande rouge non transformée en charcuteries est, elle aussi, associée à un risque accru de diabète de type 2.

Les auteurs ont ensuite combiné ces données aux résultats d’études antérieures, portant ainsi le nombre de participants à plus de 400.000, dont 28.000 avaient développé un diabète de type 2. Selon les résultats apportés par cette nouvelle analyse, la consommation quotidienne de 100 g de viande rouge semble augmenter de 19% le risque de diabète de type 2. Ce risque est encore plus élevé lorsque cette viande est transformée en charcuterie.

De plus, par leur analyse, les auteurs suggèrent également l’intérêt de remplacer la viande rouge par d’autres sources de protéines et de graisses non saturées (poisson, laitages allégés, noix, légumes secs, céréales complètes, etc.) pour réduire le risque de développer un diabète de type 2.

 

Source : Pan A et al : Red meat consumption and risk of type 2 diabetes: 3 cohorts of US adults and an updated meta-analysis. Am J Clin Nutr, août 2011.

Commentaires (0)