En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Phosphoneuros à nouveau commercialisé

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 453 lecteurs

La remise à disposition normale de Phosphoneuros est prévue pour début avril 2012.

rachitisme

Phosphoneuros est un médicament à base de phosphore, indiqué notamment dans le rachitisme hypophosphorémique (par manque de phosphore). Suite à des difficultés de production, les laboratoires Bouchara Recordati avaient décidé en octobre 2011 de cesser la commercialisation de ce médicament.

Après discussion avec les experts et les associations de patients concernés, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a établi que Phosphoneuros est un médicament essentiel dans le traitement du rachitisme hypophosphorémique chez l’enfant. L’Afssaps a demandé à Bouchara Recordati de remettre ce médicament sur le marché français dans les meilleurs délais et de façon pérenne. Bouchara Recordati a accepté de reprendre la production de Phosphoneuros, dont la disponibilité reviendra normale à partir d’avril 2012.

La situation des patients adultes est également compliquée par le fait que le seul autre médicament à base de phosphore destiné à être pris par la bouche (Phosphore Alko) est indisponible depuis fin janvier, suite à la suspension par l’Afssaps des activités des établissements pharmaceutiques Alkopharma qui produisaient ce médicament.

On ignore si et quand Phosphore Alko pourrait être à nouveau produit. De ce fait, l’Afssaps fait mettre à disposition dans les pharmacies hospitalières, de façon exceptionnelle et transitoire, le médicament équivalent Phosphate Sandoz 500 mg, comprimés effervescents, autorisé au Royaume-Uni.

 

Source : Spécialités à base de phosphore disponibles pour la voie orale : mesures de l'Afssaps et rôle des professionnels de santé pour assurer la continuité des soins des patients - Point d'information. Afssaps, 28 mars 2012

Commentaires (0)