En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Diabète : pour bouger le plus longtemps possible

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 221 lecteurs

En cas de diabète, il est possible de conserver une mobilité grâce à la perte de poids et à l’activité physique.

couple âgé dansant

Le diabète de type 2 peut avoir des conséquences graves d’un point de vue médical mais aussi d’un point de vue social. La maladie associée à l’âge et au surpoids est à l’origine d’une perte des capacités physiques et de l’autonomie. Outre le traitement médicamenteux destiné à réguler le taux de sucre dans le sang, un mode de vie sain peut contribuer à garantir une meilleure qualité de vie des sujets diabétiques et repousser une situation de dépendance physique.

C’est ce dernier point qu’une étude récemment publiée tend à démontrer. L’objectif était de déterminer l’influence de la perte de poids et de la pratique d’une activité physique sur la mobilité. L’étude a été menée chez plus de 5 000 adultes (45 - 74 ans) diabétiques de type 2, en surpoids ou obèses. Les participants ont été répartis au hasard en deux groupes. Dans le premier groupe, une intervention sur le mode de vie des patients devait permettre à ces derniers de perdre du poids et de pratiquer au moins 175 minutes d’activité physique par semaine. Le second groupe était un groupe témoin, utilisé comme groupe de comparaison et dans lequel les patients bénéficiaient simplement de conseils en diététique et en éducation physique. Une évaluation de la mobilité (marcher, monter des escaliers, se pencher, s’agenouiller) a été réalisée par un questionnaire au début de l’étude, puis chaque année pendant quatre ans.

Qu’il s’agisse de la perte de poids ou du maintien de l’aptitude physique, les résultats sont plus satisfaisants dans le premier groupe que dans le groupe témoin. A quatre ans, la perte de poids observée parmi les participants du premier groupe s’élève à 6,15 % (contre 0,88 % dans le groupe témoin), et 39 % de ces patients semblent avoir conservé une bonne mobilité (32 % dans le groupe témoin). Une invalidité sévère est observée chez 21 % des participants, alors qu’elle concerne 26 % des patients du groupe témoin. D'une manière générale, selon les données de cette étude, le risque de perte de mobilité serait réduit de moitié chez les patients ayant bénéficié d’une intervention sur leur mode de vie.

Cette étude démontre à nouveau l’intérêt pour les patients diabétiques de perdre du poids et de pratiquer une activité physique pour réduire le risque de devenir invalide et dépendant.

 

Source : Rejeski WJ et al : Lifestyle Change and Mobility in Obese Adults with Type 2 Diabetes. The New England Journal of Medicine, 2012.

Commentaires (0)