En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Phytothérapie : le foie en péril

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 730 lecteurs

L’utilisation inadaptée ou excessive de produits à base de plantes peut s'avérer dangereuse pour le foie.

médicament plantes

De plus en plus de personnes se tournent vers la phytothérapie et utilisent les plantes pour soigner leurs maux. Une démarche motivée par l’attrait du naturel, une envie de retour aux sources (du médicament) et une certaine méfiance vis-à-vis des médicaments de synthèse jugés plus dangereux.

Sauf que, de danger, les plantes n’en sont pas dépourvues ! Malgré des mises en garde régulières visant à rappeler les risques liés à une consommation inadaptée ou excessive de produits à base de plantes, l’idée selon laquelle « l’utilisation de plantes est sans danger parce que c’est naturel » persiste.

Une étude italienne récente rappelle combien il faut être vigilant avec les plantes. Les auteurs y évoquent la toxicité de certaines plantes vis-à-vis du foie et illustrent leur propos par plusieurs cas. Le thé vert par exemple serait responsable de 58 cas de toxicité hépatique chez des personnes ayant consommé des compléments alimentaires trop fortement dosés en extraits de thé vert.

Les auteurs soulèvent également le problème des interactions entre les plantes et les médicaments, comme cela a été observé chez un patient traité pour une leucémie lymphoïde chronique et qui consommait simultanément du ginseng. D’où l’importance, en cas de traitement médicamenteux, de déclarer au médecin ou au pharmacien la prise de produits à base de plantes… ce qui, semble-t-il, est loin d'être toujours le cas.

Pour les auteurs, les effets toxiques de certains produits à base de plantes passent trop souvent inaperçus et constituent, selon leurs termes, « une épidémie silencieuse ».

 

Source : Licata A et al : Herbal hepatotoxicity : a hidden epidemic. Intern Emerg Med, 2012.

Commentaires (0)