En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La chasse à la chlamydie est ouverte chez les 18-24 ans

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 609 lecteurs

L’Inpes veut sensibiliser les jeunes adultes sur les infections sexuellement transmissibles à chlamydies.

jeunes amoureux

L’Inpes (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) a choisi l’humour pour sensibiliser les 18-24 ans sur les infections sexuellement transmissibles (IST) dues à des chlamydies. Cette maladie est en effet l’IST la plus fréquente dans cette tranche d’âge.

Causée par la bactérie Chlamydia trachomatis, cette infection passe souvent inaperçue et, dans la majorité des cas, seul un dépistage permet de la diagnostiquer. Selon une enquête réalisée en France entre 2007 et 2009, 64% des femmes et 68% des hommes dépistés pour cette bactérie ne présentaient aucun symptôme. Même lorsqu'elle ne provoque aucun de ses symptômes habituels (fièvre, douleurs et sensation de brûlures au ventre et au niveau des organes génitaux), l’infection à chlamydies peut être à l’origine de complications graves, par exemple une grossesse extra-utérine ou des problèmes de fertilité.

La campagne lancée par l’Inpes est diffusée exclusivement sur internet du 3 septembre au 15 octobre 2012. Deux films humoristiques ont été réalisés à cette occasion (« Microtrottoir » et « Cinéma »), dont le message est clair : on peut être porteur de chlamydies sans le savoir. Leur objectif est d’inciter les jeunes adultes à se faire dépister en cas de rapport sexuel non protégé, même sans symptômes déclarés.

Un questionnaire en ligne est également proposé pour permettre à chacun d’évaluer son risque d’être infecté. Pour conclure, rappelons que l’infection à chlamydies se soigne à l'aide d'un traitement antibiotique adapté.

 

Source : Communiqué de presse : Une campagne pour dépister l'infection à chlamydies. Inpes, 6 septembre 2012.

Commentaires (0)