En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Schizophrénie, autisme : le rôle de l'âge du père

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 249 lecteurs

Plus le père est âgé à la naissance, plus son enfant est à risque de schizophrénie ou d'autisme.

enfant et papa

L'autisme est un trouble envahissant du développement (TED), c'est-à-dire une maladie au cours de laquelle les capacités à communiquer et l'autonomie de l'enfant sont limitées. Chez l'enfant autiste, on observe un isolement affectif, des difficultés à établir des relations avec l'entourage et des troubles de l'acquisition du langage.

La schizophrénie est une psychose qui se déclare généralement chez les jeunes adultes. Elle se traduit par une altération de la perception de la réalité associée à des troubles du comportement, des délires et des hallucinations.

Depuis quelques années, les médecins penchent pour une origine génétique de ces deux troubles psychiques, au moins sous la forme d'un terrain favorable à leur apparition. Des modifications des gènes, appelées mutations spontanées, seraient en partie responsables de ces troubles. Ces mutations, qui apparaissent lors de la formation des ovules et des spermatozoïdes, sont transmises des parents à leur enfant : le génome d'un nouveau-né contient en moyenne 60 mutations spontanées, dont environ 15 transmises par la mère (par l'ovule) et le reste par le père (par le spermatozoïde).

Une étude récente réalisée par une équipe islandaise cherche à mieux connaître les facteurs de risque pouvant influencer l'apparition de ces mutations génétiques et par conséquent, la survenue d'une schizophrénie ou de troubles autistiques. Les chercheurs ont analysé le génome (l'ensemble des gènes d'un individu) de 78 groupes constitués des deux parents et de leur enfant. Vingt-et-un des enfants étaient schizophrènes et quarante-deux étaient atteints de troubles autistiques.

Selon les résultats de cette étude, le nombre de mutations spontanées transmises augmente avec l'âge du père au moment de la conception, alors qu'il reste constant quel que soit l'âge de la mère. Les auteurs ont remarqué que le père transmettait plus de mutations en vieillissant : en moyenne, 25 mutations pour un homme de vingt ans et 65 mutations pour un homme de quarante ans.

Pour les auteurs, l'âge du père à la conception apparaît donc comme un facteur de risque de schizophrénie et d'autisme. Autrement dit, plus le père est âgé au moment de la conception, plus la transmission de mutations génétiques est importante, et plus l'enfant court le risque d'être touché par l'une de ces maladies.

 

Source : Kong A et al : Rate of de novo mutations and the importance of father's age to disease risk. Nature, 2012.

Commentaires (0)