En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les habitudes alimentaires des jeunes adultes sur le grill

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 791 lecteurs

Une enquête dresse un état des lieux des habitudes alimentaires chez les 15 – 25 ans.

jeune femme qui mange

L'obésité préoccupe et la France, comme beaucoup d'autres pays, tente de remédier à ce problème grâce à divers moyens. Selon la population cible, les messages de prévention sont différents. Le PNNS (plan national nutrition santé) l'a bien compris et propose des guides adaptés à l'âge (enfants, adolescents, seniors) ou à la situation de chacun (grossesse), tout en conservant l'objectif commun de mieux se nourrir.
L'enquête de Doing Good Doing Well, organisation qui s'est donné pour mission d'accompagner les entreprises dans leur projet social et environnemental, a le mérite de s'être intéressée aux 15 – 25 ans, une tranche d'âge qui correspond à la fin de l'adolescence et au début de la vie d'adulte avec toutes les conséquences qui en découlent (début de la vie active, prise d'indépendance...). L'enquête menée par l'institut Ipsos a interrogé 1 000 participants (par internet), avec pour objectif de dresser un état des lieux des habitudes alimentaires de ces adolescents et jeunes adultes français.

A première vue, les résultats de l'enquête offrent un tableau plutôt sombre, révélant que 19 % des 15 – 25 ans seraient en surpoids ou obèses tandis que 13 %, au contraire, seraient trop maigres. Cette population semble par ailleurs cumuler les facteurs de risque de surpoids ou d'obésité, comme téléphoner ou regarder la télé en mangeant, sauter des repas, manger seul, ne pas manger à heure fixe ou grignoter. Au final, l'enquête est une longue suite de points noirs qui, énumérés à l'état brut, ne peuvent qu'être alarmants.

L'interprétation de cette enquête doit donc s'accompagner d'une certaine prudence, d'autant plus que les résultats manquent souvent de précision. Une analyse plus approfondie des données est souhaitable avant de tirer des conclusions hâtives sur la relation entre surpoids et habitudes alimentaires, comme exprimé dans le titre de l'enquête. Ainsi, si le taux de 19 % de jeunes adultes en surpoids ou obèse concorde effectivement avec les données de l'InVS (Institut de veille sanitaire) selon lesquelles, en 2006, 18 % des enfants âgés de 3 à 17 ans étaient en surpoids, cette cohérence suggère surtout que les problèmes de poids semblent acquis dès l'enfance. L'enquête de Doing Good Doing Well démontre plus une continuité des problèmes de poids au fil des années qu'un véritable impact des habitudes alimentaires sur la prise de poids.

Finalement, que nous révèle cette enquête ? Que les 15 – 25 ans adoptent en majorité des comportements alimentaires à risque, et ce n'est pas nouveau ! Une enquête réalisée par le Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) montrait il y a peu un affaiblissement du modèle alimentaire français (Cf. Le modèle français, bon mais fragile) et pointait du doigt les jeunes adultes (21 – 34 ans) pour leur alimentation déséquilibrée. Les auteurs de Credoc recommandaient vivement qu'une action soit entreprise auprès de cette population. Bis !

 

source : Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l’obésité. Ipsos et Logica business consulting pour Doing Good Doing Well, septembre 2012

Commentaires (0)