Après les parabens et le bisphénol, au tour du phénoxyéthanol

12 Novembre 2012

L'ANSM recommande de retirer le phénoxyéthanol des produits cosmétiques utilisés pour le change des nourrissons.

bébé

Il ne semble pas bénéficier d'une couverture médiatique aussi large que les parabens et le bisphénol, pourtant le phénoxyéthanol est, lui aussi, surveillé de près par les autorités de santé depuis l'alerte lancée en 2008 par le C2DS (Comité pour le développement durable en santé). Ce dernier avait à l'époque mis en garde contre les différentes substances entrant dans la composition des produits cosmétiques pédiatriques.

Le phénoxyéthanol est utilisé comme conservateur dans les produits de cosmétologie, dont les lingettes pour le change des bébés. Que lui reproche-t-on ? L'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) a mené une enquête afin d'évaluer la toxicité de cette substance. Les données font apparaître plusieurs risques liés à l'utilisation de phénoxyéthanol, dont une toxicité au niveau du foie et du sang. Si les marges de sécurité sont jugées acceptables chez l'adulte, il n'en est pas de même chez l'enfant de moins de trois ans.  Pour l'ANSM, les données actuelles sur le phénoxyéthanol ne permettent pas de garantir la sécurité dans la population pédiatrique. L'Agence française recommande donc de supprimer ce conservateur des produits cosmétiques destinés au siège et de restreindre à 0,4 % la teneur autorisée en phénoxyéthanol dans les autres produits cosmétiques utilisés en pédiatrie (au lieu de 1 % actuellement). La prochaine étape pourrait être une évaluation à l'échelle européenne.

 

source : Evaluation du risque lié à l’utilisation du phénoxyéthanol dans les produits cosmétiques. ANSM, mai 2012