En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Levure de riz rouge : quand un complément alimentaire cache un médicament

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 559 lecteurs

L'UFC-Que Choisir demande un renforcement de la sécurité et de l'information concernant les compléments alimentaires de levure de riz rouge.

levure riz rouge

En raison de sa composition en monacolines, la levure de riz rouge est préconisée pour diminuer le taux sanguin de cholestérol. Les monacolines appartiennent à la famille des statines, substances qui agissent en bloquant la synthèse de cholestérol. L'une d'entre elles, la monacoline K ou lovastatine, est considérée comme un médicament dans certains pays. En France, la levure de riz rouge est disponible sous forme de compléments alimentaires.

C'est ce qui préoccupe l'UFC-Que Choisir. Dans le numéro de décembre de son magazine Que choisir Santé, l'association révèle les résultats d'une étude menée sur dix références de levure de riz rouge en vente en pharmacie, en parapharmacie et sur internet. Pour huit de ces produits, les teneurs en monacoline K ne permettent pas d'atteindre la dose efficace recommandée de 10 mg par jour. A l'inverse, deux des produits analysés dépassent le dosage de 10 mg par jour et devraient pour cette raison être considérés comme des médicaments. Pour les auteurs, cette étude démontre que les produits contenant de la levure de riz rouge sont « au mieux inefficaces, au pire dangereux ».

L'UFC Que Choisir a décidé de mener deux actions. La première vise à mettre fin aux allégations mensongères, qui trompent le consommateur. L'association a demandé à la DGCCRF (Direction générale de concurrence, de consommation et de la répression des fraudes) de faire retirer toute référence au cholestérol pour les compléments alimentaires dont les teneurs sont inférieures à 10 mg de monacoline K. La seconde action vise à renforcer la sécurité et l'information du consommateur, en indiquant les effets secondaires, les contre-indications et les interactions liés à la monacoline K. Autrement dit, l'association souhaite que les compléments alimentaires dont la teneur en monacoline K dépasse 10 mg deviennent des médicaments, et que leur commercialisation soit conditionnée par l'obtention d'une AMM (autorisation de mise sur le marché).

 

source : Compléments alimentaires à la levure de riz rouge : L'UFC-Que Choisir rit jaune ! - Que Choisir, 26 novembre 2012

Commentaires (0)