En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Contraception : mise en garde contre le risque de migration de l'implant NEXPLANON (étonogestrel)

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 2340 lecteurs
Un risque de migration de NEXPLANON 68 mg (étonogestrel) a été identifié chez les patientes porteuses de cet implant contraceptif.

Les données de pharmacovigilance internationale du laboratoire MSD font état, entre 1998 et 2015, de 18 cas de migrations d'implants à l'étonorgestrel dans les vaisseaux sanguins, y compris l'artère pulmonaire, et dans la paroi thoracique, dont 11 concernent NEXPLANON.

Afin de sensibiliser les professionnels de santé sur la possibilité de migration de cet implant et sur la conduite à tenir en cas d'implant introuvable, le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de NEXPLANON a été modifié : les nouvelles informations sont résumées dans l'article ci-après.

Des documents de réduction du risque liés à l'insertion et au retrait de NEXPLANON sont en cours de mise à jour dans le cadre de l'élaboration du plan de gestion des risques (PGR) de cet implant.

Des centres de formation avec des 
praticiens expérimentés à la pose, la localisation et au retrait de NEXPLANON ont par ailleurs été mis en place pour accompagner les professionnels de santé.

NEXPLANON est un implant contraceptif, à base d'étonorgestrel, préchargé dans un applicateur jetable (illustration @Vera de Kok, sur Wikimedia).


Des cas de migration sans cause déterminée
NEXPLANON 68 mg est un contraceptif hormonal (étonogestrel) d'action prolongée présenté sous forme d'implant qui doit être inséré à la face interne du bras en sous-cutané.
Il peut être laissé en place pendant 3 ans (Cf. VIDAL Reco "Contraception").

Selon la base de données de pharmacovigilance internationale du laboratoire MSD, des implants à l'étonorgestrel ont fait l'objet de migrations dans les vaisseaux sanguins, y compris dans l'artère pulmonaire, et dans la paroi thoracique : entre août 1998 et avril 2015, 18 cas ont été rapportés dont 11 concernaient l'implant NEXPLANON (taux de notification : 1,3 par million d'implants NEXPLANON vendus). 

La cause de ces migrations d'implants n'a pas été déterminée : une mauvaise manipulation lors de l'insertion, comme une insertion directe de l'implant dans une veine ou une insertion trop profonde, est considérée comme possible.


Les modifications du RCP de NEXPLANON
Dans ce contexte, le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de NEXPLANON a été modifié afin d'y inclure ce risque de migration de l'implant :
 
  • Après l'insertion 
Le professionnel de santé et la patiente doivent être capables de palper l'implant sous la peau du bras de la femme
 
  • Si l'implant n'est pas palpable au niveau du bras
Un implant non palpable doit toujours être localisé avant d'être retiré.
Du fait de sa nature radio-opaque, une radiographie doit être pratiquée afin de vérifier la présence de l'implant dans le bras.
D'autres méthodes d'imagerie peuvent être utilisées, comme la tomodensitométrie (TDM), l'échographie avec sonde linéaire à haute fréquence (10 MHz ou plus) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

 
  • Si l'implant reste introuvable au niveau du bras
Des cas extrêmement rares de migration dans le système vasculaire pulmonaire ayant été rapportés, une recherche au niveau thoracique doit être envisagée au moyen des mêmes techniques d'imagerie que celles mentionnées ci-dessus.
 
  • Après localisation de l'implant non palpable
Une fois l'implant non palpable localisé, son retrait est recommandé sous guidage échographique.
Si l'implant est localisé dans le thorax, son retrait peut nécessiter une intervention chirurgicale ou endovasculaire.


Des centres de formation
Dans une lettre d'information aux professionnels de santé en date du 3 octobre 2016, le laboratoire MSD rappelle qu'"Il est fortement recommandé que NEXPLANON soit inséré et retiré uniquement par des professionnels de santé ayant été formés à l'utilisation de l'applicateur de NEXPLANON et aux techniques d'insertion et de retrait de l'implant NEXPLANON" et, dans la négative, "qu'une supervision (par un médecin expérimenté) soit demandée lors de l'insertion ou du retrait de l'implant".

Le laboratoire précise que "La formation pratique, en présentiel, doit être privilégiée par rapport à une formation virtuelle en ligne qui ne permet pas de s'exercer à la manipulation en pratique de l'applicateur de NEXPLANON".

A ce titre, des centres de formation ont été mis en place avec des praticiens expérimentés à la pose, la localisation et au retrait de NEXPLANON (Cf. Les centres d'excellence de pose et de retrait de l'implant contraceptif NEXPLANON).

Des documents de réduction du risque
Outre les modifications du RCP de NEXPLANON, des documents de réduction du risque lié à l'insertion et au retrait de cet implant sont en cours de mise à jour dans le cadre du PGR (plan de gestion des risques).
Sans se substituer à la formation pratique, ils peuvent être envoyés gratuitement sur demande auprès de l'information médicale de MSD France (01 80 46 40 40).

Pour aller plus loin
Nexplanon : risque de migration dans les vaisseaux sanguins et dans la paroi thoracique (ANSM, 3 octobre 2016)

Lettre aux généralistes, gynécologues et sages-femmes (sur le site de l'ANSM, 30 septembre 2016)

Commentaires (0)