En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Rougeole : 4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016. Vers une vaccination ROR obligatoire ?

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 716 lecteurs
 Du 1er janvier au 30 avril 2017, 189 cas de rougeole ont été déclarés en France, selon les données publiées par l’institut de veille sanitaire (InVS).
 
C’est 4 fois plus que les cas déclarés en 2016 à la même période, notamment en raison d’un foyer lorrain (60 cas entre février et avril 2017).
 
 
Parmi ces cas, l’InVS a recensé 2 encéphalites et 18 pneumopathies graves.
 
L’InVS  recommande que le statut vaccinal de tout patient de 12 mois et plus, né après 1980, soit à jour des deux injections recommandées du vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole (ROR).
 
Il se pourrait aussi cette vaccination contre la rougeole devienne obligatoire, puisqu'Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la santé, a annoncé envisager de rendre obligatoire l'administration de 11 vaccins, dont le ROR, chez les enfants de moins de 2 ans.

Répartition départementale des cas signalés en 2017 (source : InVS).

 
4 fois plus de cas qu'au premier quadrimestre 2016
L'InVS a donc publié, fin mai 2017, la dernière actualisation de son dossier sur la rougeole, maladie virale épidémique dont l'OMS espère l'éradication européenne par la vaccination généralisée.
 
Du 1er janvier au 30 avril 2017, 189 cas de rougeole ont donc été déclarés en France.
 
Ce quadruplement par rapport à 2016 est "en lien surtout avec un foyer épidémique en Lorraine (60 cas déclarés entre les mois de février et avril 2017)".
 
L'InVS souligne que ces rougeoles ont été parfois compliquées, avec 2 cas d'encéphalite et 18 pneumopathies graves recensés depuis le début de l'année 2017.

Rappellons cependant qu'en 2010-2011, l'incidence avait été beaucoup plus élevée :


 
Une circulation du virus active dans plusieurs départements
La circulation du virus reste active dans plusieurs départements (cf. figure ci-dessus),

La France "n'est donc pas à l'abri d'une nouvelle épidémie d'ampleur importante, comme celles observées actuellement dans plusieurs pays européens, au premier rang desquels la Roumanie (5290 cas entre le 1er janvier 2016 et le 5 mai 2017, dont 25 décès)".
 
Pour éviter une résurgence de la maladie en France, l'InVS recommande que "le statut vaccinal de toute personne âgée d'au moins 12 mois et née après 1980 soit vérifié et mis à jour avec 2 doses de vaccin trivalent".
 
Pour mémoire : une déclaration obligatoire à bien connaître
La déclaration de la rougeole auprès des autorités sanitaires (ARS) est obligatoire pour les médecins, cliniciens et biologistes : maladie à déclaration obligatoire (MDO).
 
La fiche de notification spécifique  peut être postée, faxèe ou par messagerie électronique, en urgence pour un signalement même incomplet,. Elle est complétée ultérieurement avec les résultats biologiques (notification vraie).
 
Les critères cliniques sont l'association d'une fièvre supérieure ou égale à 38,5 °C, d'une éruption maculo-papuleuse et d'au moins un des signes suivants : conjonctivite, coryza, toux, signe de Köplik (rare).

Les critères biologiques sont :
  • la détection sérologique ou salivaire d'IgM spécifiques de la rougeole (en l'absence de vaccination dans les deux mois précédents),
  • ou la séroconversion ou élévation d'au moins quatre fois des IgG sériques entre la phase aiguë et la phase de convalescence (en l'absence de vaccination dans les deux mois précédents),
  • ou la détection du virus par PCR à partir d'un prélèvement sanguin, rhino-pharyngé, salivaire ou urinaire,
  • ou la culture positive à partir d'un ou plusieurs prélèvement(s) sanguin, rhino-pharyngé, salivaire ou urinaire.

Les signalements et notifications sont classés en cas cliniques, cas confirmés biologiquement, cas confirmés épidémiologiquement.

Les cas confirmés épidémiologiquement répondent à la définition des cas cliniques et ont été en contact avec un cas de rougeole confirmé dans les 7 à 18 jours avant le début de l'éruption.
 
Attention : Des formes atténuées s'observent chez les patients à immunité altérée.
 
Pour des renseignements plus précis, se tourner vers le Centre national de référence (CNR) de la rougeole et des Paramyxoviridae respiratoires situé au laboratoire de virologie dirigé par le Pr Astrid VABRET au CHU de Caen.
Tél. : 02 31 27 25 54  secrétariat - Fax : 02 31 27 25 57
Email : vabret-a@chu-caen.fr ; cnr-roug-para@chu-caen.fr
 
Mesures à prendre dès le signalement
En lien avec les services responsables de la veille sanitaire à l'ARS, l'éviction du cas impose :
 
1- l'isolement du patient, recommandé pendant toute la période de contagiosité, soit jusqu'à 5 jours après le début de l'éruption. 

Rappelons que le R0 ou taux de reproduction (nombre de cas secondaires à partir d'un seul cas index) est très élevé pour le virus rougeoleux : 15 à 20 (2 à 4 seulement pour le virus grippal).
 
2- la vaccination immédiate de l'entourage réceptif (non vacciné ou n'ayant pas eu la maladie) : dans la famille mais aussi en crêche, garderie, milieu scolaire et de loisirs  et dans tous les lieux collectifs où a pu se produire la contamination.

Ce rattrapage vaccinal réalisé dans les 72 heures qui suivent le contact avec un cas déclaré peut éviter la survenue de la maladie chez le vacciné.
 
L'administration d'immuglobulines humaines est réservée aux situations à haut risque après contact infectant, dans des conditions strictes revues par le Haut conseil en santé publique (HCSP) :
- femme enceinte non vaccinée et sans antécédents de rougeole,
- sujet immunodéprimé, quel que soit son statut vaccinal et ses antécédents aavérés de rougeole,
- enfants de moins de 6 mois dont la mère présente une rougeole,
- enfants de moins de 6 mois dont la mère n'a pas d'antécédent de rougeole et n'a pas été vaccinée (dans le doute une sérologie maternelle IgG peut être demandée en urgence),
- enfants âgés de 6 à 11 mois non vaccinés en post-exposition dans les 72 h après contact quel que soit le statut vaccinal de la mère ou ses antécédents de rougeole.
 
Les complications de la rougeole se recensent plus souvent chez les sujets âgés de moins de 1 an ou de plus de 20 ans.
 
La première cause de décès est la pneumonie chez l'enfant et l'encéphalite aiguë chez l'adulte.
 
Rappel : une vaccination recommandée dans le calendrier vaccinal et sans risque d'autisme
Chez les nourrissons, le calendrier vaccinal prévoit l'administration d'une première dose de vaccin  trivalent rougeole-oreillons-rubéole (ROR) à 12 mois et une seconde dose avant l'âge de 2 ans.
 
Un rattrapage vaccinal par 2 doses de vaccin ROR est recommandé à toute personne âgée de plus de 24 mois et née depuis 1980.
 
L'innocuité du vaccin est défendue par l'OMS, y compris pour les enfants séropositfs à VIH.
 
Rappelons que les rumeurs anglaises liant vaccination contre la rougeole et autisme étaient sans aucun fondement : la seule publication allant en ce sens, dans The Lancet en 1998 (Pr Wakefied), a été retirée (rétractation) pour résultats mensongers en 2010.
 
Enfin, il est possible que la vaccination des nourrisons par le ROR devienne obligatoire, puisqu'Agnès Buzyn pourrait prendre la décision de rendre 11 vaccins obligatoires* à cet âge, suivant les préconisations de la concertation sur la vaccination et répondant, par là même, aux exigences du Conseil d'Etat.

* Polio, tétanos, diphtérie, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C.

 
En savoir plus
 
Épidémie de rougeole en France. Actualisation des données de surveillance au 22 mai 2017, InVS, Santé Publique France, 23 mai 2017
 
Dossier thématique, InVS
 
Ressources sur la rougeole, site de l'OMS en français
 
La revue "The Lancet" se rétracte sur l'étude liant vaccin ROR et autisme, France 24, février 2010

La ministre de la Santé Agnès Buzyn réfléchit à «rendre onze vaccins obligatoires», Le Parisien, 15 juin 2017


Sur VIDAL.fr : 

Vaccin DTP : le Conseil d'Etat enjoint au ministère de la santé de le rendre disponible d'ici 6 mois (février 2017)

Vaccinations : une concertation citoyenne riche en propositions… et en paradoxes ! (décembre 2016)

Commentaires (0)