En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Vaccination contre le méningocoque C : NEISVAC désormais remboursable chez le nourrisson de 5 mois

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 498 lecteurs
La vaccination contre les infections invasives à méningocoque C par NEISVAC est désormais remboursable par l'Assurance maladie chez le nourrisson dès la 1re année de vie, selon un schéma à une seule dose de primovaccination à 5 mois suivi d’un rappel à 12 mois en conformité avec son autorisation de mise sur le marché (AMM).

La vaccination méningococcique des nourrissons dès la première année de vie a été recommandée par le HCSP en décembre 2016, pour améliorer la couverture vaccinale actuellement insuffisante et atteindre une immunité collective.

Il s'agit d'une stratégie transitoire et complémentaire de celle actuellement en vigueur.

Pour mémoire, le taux de prise en charge de NEISVAC est de 65 %. Son prix public (hors honoraire de dispensation) s'élève à 22,45 euros (1 seringue + 2 aiguilles).


 

NEISVAC s'administre par injection intramusculaire, de préférence dans la face antérolatérale de la cuisse chez les nourrissons (illustration).


Remboursement étendu à la vaccination du nourrisson dès la 1re année de vie
Le vaccin NEISVAC suspension injectable IM (vaccin méningococcique polyosidique du groupe C) est désormais remboursable par l'Assurance maladie lorsqu'il est utilisé pour l'immunisation active des nourrissons dès la première année de vie pour la prévention des maladies invasives dues à Neisseria meningitidis du sérogroupe C, selon un schéma à une seule dose de primovaccination à 5 mois suivie d'un rappel à 12 mois.

Cette indication est également prise en charge dans le cadre de 
l'agrément aux collectivités

Une stratégie transitoire pour renforcer la couverture vaccinale
La vaccination contre infections invasives à méningocoque C (IIM C) chez le nourrisson dès 5 mois a été recommandée par le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) en décembre 2016 (avis du 9 décembre 2016) (notre article du 2 février 2017).
 

Le HCSP a constaté en effet une couverture vaccinale insuffisante malgré la stratégie vaccinale actuelle prévoyant :
  • la vaccination systématique des nourrissons âgés de 12 à 24 mois avec 1 dose de vaccin méningococcique,
  • vaccination des sujets âgés de 2 à 24 ans.

Le taux de vaccination relativement faible ne permet pas d'obtenir une immunité collective forte capable de protéger les nourrissons de moins de 1 an (Cf. Tableau I). 
 
Tableau  I  -­  Estimation  de  la  couverture  vaccinale méningococcique  C  conjuguée  en  France  :  données  de remboursements  par  groupe  d'âge  
(source  :  Échantillon généraliste  des  bénéficiaires)
 [Extrait  de  l'Avis  du  CHMP  du  9 décembre  2016,  mis  en  ligne  le  27  janvier  2017].  
Âge 24 mois 3- 9 ans 10 - 14 ans 15 - 19 ans 20 - 204 ans
Au 31/12/2011 48,0% 29,2% 14,9% 8,6% 1,7%
Au 31/12/2012 54,1% 36,8% 20,6% 13,3% 2,8%
Au 31/12/2013 56,4% 46,2% 24,8% 17,0% 4,0%
Au 31/12/2014 64,0% 53,6% 28,7% 20,5% 5,4%
Au 31/12/2015 69,8% 59,8% 31,9% 23,0% 6,6%

Parallèlement, l'incidence des IIM C reste élevée en France. De 2010 (date de l'application de la stratégie vaccinale en vigueur) à 2016, on a dénombré 77 cas d'IIM C chez des nourrissons de moins de 1 an, dont 28 cas de purpura fulminants et 8 décès.

Dans ce contexte, le HCSP a recommandé la mise en place d'une stratégie vaccinale transitoire et complémentaire, pour inclure les nourrissons dans la stratégie contre les IIM C.  

En pratique
Le schéma vaccinal comprend l'injection de 1 dose de NEISVAC chez les nourrissons à 5 mois, suivie d'une dose de rappel à 12 mois

Le vaccin NEISVAC peut être utilisé pour cette stratégie puisque, depuis 2015, son autorisation de mise sur le marché (AMM) permet une utilisation dès l'âge de 2 mois (Cf. Encadré 1).

 
Encadré 1 - Les indications de NEISVAC
NEISVAC est indiqué pour l'immunisation active des enfants à partir de l'âge de 2 mois, des adolescents et des adultes, pour la prévention des maladies invasives dues à Neisseria meningitidis du sérogroupe C.
L'utilisation de NEISVAC doit suivre les recommandations officielles.

Un intervalle de 6 mois doit être respecté entre la primovaccination et le rappel

La dose de rappel à 12 mois peut être co-administrée avec le vaccin contre la rougeole/oreillons/rubéole.

Cette stratégie vaccinale complémentaire a été intégrée au calendrier vaccinal 2017 (notre article du 26 avril 2017).

Pour mémoire
Le taux de prise en charge de NEISVAC est de 65 %. Son prix public (hors honoraire de dispensation) s'élève à 22,45 euros (1 seringue +2 aiguilles).

La vaccination contre les IIM C fait partie des 11 vaccins qui deviendront obligatoires à compter du 1er janvier 2018 chez les enfants de moins de 2 ans (notre article du 6 juillet 2017).

Pour aller plus loin
Arrêté du 7 août 2017 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux (Journal officiel du 11 août 2017 - texte 20)

Arrêté du 7 août 2017 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics (Journal officiel du 11 août 2017 - texte 21)
Avis de la Commission de la Transparence - NEISVAC (HAS, 3 mai 2017)
Avis du 9 décembre 2016 - Vaccination antiméningococcique C (HCSP, 9 décembre 2016)
Calendrier des vaccinations et des recommandations vaccinales 2017 (Ministère des affaires sociales et de la santé, avril 2017)
Recommandations de vaccination contre le méningocoque de sérogroupe C au-delà de 24 ans, notamment chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HSH) (Actualisation) (HCSP, avis du 29 janvier 2016)


Sur VIDAL.fr
Echec de la stratégie vaccinale contre le méningocoque C : nouvelles recommandations du HCSP (2 février 2017)
Calendrier vaccinal : les innovations pour 2017 (26 avril 2017)

Commentaires (0)