En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

GILENYA (fingolimod) : nouvelles contre-indications en cas de maladie cardiaque

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 400 lecteurs

L'immunosuppresseur sélectif GYLENIA 0,5 mg gélule (fingolimod), indiqué dans la prise en charge de certaines formes très actives de sclérose en plaques (SEP) rémittente-récurrente, est désormais contre-indiqué chez les patients présentant une pathologie cardiaque.

Le risque cardiaque associé au fingolimod est bien connu et des mesures avaient été mises en place en 2012 puis élargies en 2013 afin de sécuriser l'utilisation de GILENYA
Cependant, des événements indésirables cardiaques, dont des décès, sont toujours rapportés.

La contre-indication de GILENYA chez les patients présentant des maladies cardiaques doit permettre de réduire le risque d'effets secondaires cardiaques graves, en complément des mesures de surveillance.

Démyélinisation par sclérose en plaques. Échelle 1:100 (illustration @Marvin 101 sur Wikimédia).


De nouvelles contre-indications pour sécuriser l'emploi de GYLENIA en cas de maladie cardiaque
La sécurité d'emploi du médicament GILENYA 0,5 mg gélule (fingolimod) a été renforcée par l'ajout de nouvelles contre-indications chez les patients présentant des maladies cardiaques
  • patients ayant présenté un infarctus du myocarde, un angor instable, un accident vasculaire cérébral, des accidents ischémiques transitoires, une insuffisance cardiaque décompensée (nécessitant une hospitalisation), ou une insuffisance cardiaque de classe III/IV selon la New York Heart Association (NYHA) dans les 6 derniers mois ;
  • patients présentant des arythmies cardiaques sévères nécessitant un traitement par des médicaments antiarythmiques de classe Ia (par exemple quinidine, procaïnamide, disopyramide) et de classe III (inhibiteurs des canaux potassiques, par exemple amiodarone, sotalol, ibutilide, dofétilide) ;
  • patients présentant un bloc auriculo-ventriculaire (BAV) du second degré de type Mobitz II ou un BAV du troisième degré ou une maladie du sinus, en l'absence de port d'un pacemaker ;
  • patients présentant un intervalle QTc initial supérieur ou égal à 500 millisecondes.

S'ajoutant à celles déjà mentionnées dans les documents d'information (Cf. Monographie VIDAL de GYLENIA - Rubrique Contre-indications et Encadré 1 ci-dessous), ces nouvelles contre-indications visent à réduire le risque d'événements cardiaques associés à GILENYA.

Encadré 1 - Contre-indications jusqu'à présent mentionnées pour GILENYA
  • Syndrome d'immunodéficience connu.
  • Patients ayant un risque accru d'infections opportunistes, en particulier les patients présentant une immunodéficience (incluant les patients recevant un traitement immunosuppresseur ou les patients immunodéprimés par un traitement antérieur).
  • Infections actives sévères, infections chroniques actives (hépatite, tuberculose).
  • Cancers diagnostiqués en évolution.
  • Insuffisance hépatique sévère (classe C de Child-Pugh).
  • Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

Des notifications de pharmacovigilance persistantes malgré la mise en oeuvre de mesures de prévention dès 2012
Le risque de troubles graves du rythme cardiaque avec le fingolimod, y compris d'arythmie ventriculaire polymorphe (AVP), est déjà décrit dans le résumé des caractéristiques du produit (RCP) de GILENYA (Cf. Monographie VIDAL de GYLENIA - Rubrique "Mises en garde et précautions d'emploi"). 

Le fingolimod est associé à une diminution transitoire de la fréquence cardiaque (bradyarythmie) ainsi qu'à des retards de conduction auriculo-ventriculaire incluant la survenue de cas isolés de blocs auriculo-ventriculaires complets, transitoires et spontanément résolutifs.
La diminution de la fréquence cardiaque apparaît dans l'heure suivant l'administration de la première dose et est maximale dans les 6 premières heures. Cet effet post-dose persiste au cours des jours suivants ; la fréquence cardiaque moyenne retourne généralement vers sa valeur initiale en un mois, sauf chez certains patients. 

Bien que ce risque soit connu et malgré les mesures mises en place pour le minimiser (Cf. nos articles du 27 janvier 2012, du 14 mai 2012 et du 8 février 2013), des événements indésirables cardiaques continuent à être rapportés chez les patients traités par GYLENIA (Cf. Encadré 2).

 
Encadré 2 - les indications de GYLENIA
GILENYA est indiqué en monothérapie comme traitement de fond des formes très actives de sclérose en plaques (SEP) rémittente-récurrente (CfVIDAL Reco "Sclérose en plaques") pour les groupes de patients adultes suivants :
  • patients présentant une forme très active de la maladie malgré un traitement complet et bien conduit par au moins un traitement de fond de la sclérose en plaques,
ou
  • patients présentant une sclérose en plaques rémittente-récurrente sévère et d'évolution rapide, définie par 2 poussées invalidantes ou plus au cours d'une année associées à 1 ou plusieurs lésion(s) rehaussée(s) après injection de gadolinium sur l'IRM cérébrale ou une augmentation significative de la charge lésionnelle en T2 par rapport à une IRM antérieure récente.

L'analyse du dernier rapport périodique de sécurité (PSUR) au PRAC (Comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance) a mis en évidence de  nouveaux cas d'arythmie ventriculaire polymorphe, dont certains d'issue fatale.

Une surveillance cardiaque avant et au cours du traitement
La persistance d'effets indésirables graves a conduit à contre-indiquer l'utilisation de GILENYA chez les patients à risque cardiaque ou présentant une affection cardiaque.

En outre, en raison de ses effets cardiaques, tous les patients traités par GYLENIA doivent bénéficier d'une surveillance étroite comprenant :
  • un ECG et une mesure de la pression artérielle ; 
  • avant l'administration de la première dose de GILENYA et 6 heures après.

La surveillance est également clinique, afin de détecter les signes et symptômes d'une bradycardie au cours des 6 premières heures après la prise
  • mesure de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle toutes les heures
  • surveillance électrocardiographique continue (en temps réel).

En 2013, ces mesures de surveillance concernant la première dose de fingolimod ont été élargies aux situations suivantes :
  • lors de la réintroduction de fingolimod après une période d'interruption,
  • après la première dose chez les patients ayant dû être traités pharmacologiquement pour corriger les symptômes de bradyarythmie lors de l'instauration du traitement.

Pour aller plus loin 
Communiqué - Fingolimod (Gilenya®) : Contre-indications chez les patients présentant des maladies cardiaques (ANSM, 6 novembre 2017)

GILENYA et contre-indication chez les malades cardiaques - Lettre du laboratoire aux professionnels de santé (sur le site de l'ANSM, novembre 2017)

Sur VIDAL.fr
GILENYA (fingolimod) : nouvelles recommandations pour renforcer la sécurité d'emploi (27 janvier 2016)
GILENYA (fingolimod) : premier cas de LEMP chez un patient atteint de SEP, naïf d'autres traitements immunosuppresseurs (30 avril 2015)

Commentaires (0)