En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Préparations infantiles et risque de contamination par Salmonella agona : 700 références suspendues

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 3910 lecteurs
Suite au signalement de 5 nouveaux cas de salmonellose chez des nourrissons, le gouvernement demande le rappel d'environ 700 références de préparations infantiles fabriquées en France par la société Lactalis. 
EDIT du 15 décembre 2017 : actualisation de la liste des lots à ne plus utiliser ni distribuer ; 5 lots sont ajoutés /FIN EDIT

Ces produits sont vendus en pharmacie (Picot) ou en grande surface (Carrefour, Milumel), ou de produits destinés à l'exportation. 

Ce rappel de lots est assorti d'une suspension de commercialisation et d'exportation

Les parents détenant des lots concernés par ce rappel ne doivent pas les utiliser, que les boîtes soient neuves ou entamées.

Dans les cas où les parents n'ont pas la possibilité d'utiliser un lait de substitution et qu'ils continuent à utiliser une préparation concernée par le rappel de lot, il leur est conseillé de porter la préparation à ébullition pendant 2 minutes, puis de le laisser refroidir avant de le donner à leur enfant. 

Pour accompagner les parents et les professionnels de santé à remplacer la préparation infantile par un lait de substitution ayant les mêmes allégations de santé, la Société française de pédiatrie (SFP) a édité des recommandations pratiques

Le risque de salmonellose doit être considéré chez des enfants exposés à un lait de la société Lactalis, 1er ou 2ème âge. Si un enfant présente un épisode de diarrhée évoquant une toxi-infection alimentaire, l'utilisation d'un soluté de réhydratation est recommandée et une consultation médicale doit être demandée dans les meilleurs délais. 

En complément du numéro vert mis en place par la société Lactalis depuis le 2 décembre dernier, la DGS a ouvert une plateforme téléphonique accessible 7 jours sur 7 de 9h à 19h (0 800 636 636) pour répondre aux questions des parents consommateurs de ces produits.

Salmonelle (illustration).


Une semaine après l'identification d'un risque de contamination par une salmonelle de plusieurs préparations infantiles du groupe Lactalis Nutrition Santé (LNS), des mesures complémentaires ont été décidées le 9 décembre par le ministère de l'économie et des finances. 

Des cas supplémentaires de salmonellose malgré les premières mesures de rappel
Alors que 20 cas de salmonellose (diarrhée importante, souvent accompagnée de fièvvre et de sang dans les selles) étaient recensés au 2 décembre chez des enfants de moins de 6 mois, une première liste de 12 références de laits infantiles Picot et Milumel a été identifiée. Tous ces produits ont fait l'objet d'un rappel auprès des parents consommateurs.

Au cours de la semaine 49 et malgré ces premières mesures, 5 cas supplémentaires d'intoxication ont été rapportés. Un des cas a été signalé chez un nourrisson ayant consommé un lait Picot Riz 1er âge, une référence qui n'était pas mentionnée dans la liste initiale émise le 2 décembre. 

La souche retrouvée chez ces 5 nouveaux cas était la même que dans les précédents cas, à savoir Salmonella agona (plus précisément : Salmonella enterica serovar Agona). 

Un lien établi entre les produits Lactalis Nutrition Santé et les cas d'intoxication
Depuis le 2 décembre, des investigations ont été menées par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) et la DDCSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations) de la Mayenne sur le site Lactalis de Craon (Mayenne) d'où sont issus les produits mis en cause.

Elles visaient à vérifier que le groupe LNS met en œuvre les mesures appropriées de gestion du risque. Des prélèvements pour analyse ont, en outre, été effectués dans l'environnement de la chaine de fabrication.

Les premiers résultats ont permis d'identifier et de confirmer le lien de ces contaminations avec la consommation de produits de nutrition infantile issus des chaînes de production du groupe LNS.

700 références de produits 1er, 2ème âge et croissance
Ces signalements supplémentaires et les conclusions de l'enquête menée par la DGCCRF ont conduit le ministère de l'économie et des finances à reconsidérer les mesures initiales, jugées insuffisantes pour limiter le risque d'intoxication chez les enfants alimentés avec des produits du groupe Lactalis fabriqués sur le site français de Craon.

Le rappel de lots et la suspension de commercialisation et d'exportation ont été élargis de 12 à 700 références (voir la liste ici).

Produits commercialisés en France faisant l'objet de recommandations par la SFP
  • Picot Riz 1 et 2 
  • Pepti-Junior
  • Picot SL
  • Milumel AR 1 et 2
  • Picot AR 1 et 2
  • Picot AC 1 et 2 
  • Picot HA
  • Milumel HA
  • Picot bébé Gourmand 1 et 2
  • Picot AT 1 et 2
  • Milumel Premigest 1, 2 et 3
  • Picogest 1, 2 et 3
  • Pré-Milumel
  • Milumel Bio 1, 2 et 3
  • Picot Bio 1 et 2
  • Milumel Relais 1er et 2ème âge
  • Picot Relais 1
  • Carrefour 1er et 2ème âge
  • Picot 1er âge


Tous les produits faisant l'objet de ces mesures de précaution ont été fabriqués sur le site LNS de Craon, depuis le 15 février 2017.

EDIT du 19 décembre 2017
La liste a été actualisée le 15 décembre, avec l'ajout des 5 lots suivants :
Désignation Numéro de lot Péremption
PICO PICOGEST 1ER AGE 17C0013245 08/08/2019
PICO PICOGEST 2EME AGE 17C0013246 09/08/2019
PICO PICOGEST 3EME AGE 17C0013247 09/08/2019
PICOT PEPTI JUNIOR 2EME AGE 17C0013181 02/02/2019
PICOT PEPTI JUNIOR 2EME AGE 17C0012897 01/12/2018
FIN EDIT /

Il s'agit :
  • de préparations infantiles 1er, 2ème âge et croissance, vendues en pharmacie uniquement (PICOT), ou en pharmacie et en grande surface (Carrefour, MILUMEL)
  • de préparations infantiles destinées à l'export, 
  • de préparations infantiles utilisées à des fins diététiques spéciales, notamment chez des prématurés (PRE-MILUMEL) ou chez des enfants allergiques aux protéines de lait de vache (PEPTI-JUNIOR).

Ne plus utiliser les produits mis en cause
Il est donc recommandé de ne plus utiliser les produits référencés dans cette liste, et de les rapporter soit à la pharmacie, soit au point de vente où le produit a été acheté.

Dans un communiqué de presse, l'Ordre des pharmaciens a rappelé la mobilisation de la profession pour répondre aux interrogations des parents et permettre la substitution des laits rapportés.

Il précise aux pharmaciens que "les grossistes-répartiteurs se sont organisés pour gérer le retour des produits concernés et gérer l'approvisionnement des pharmacies en produits de remplacement".

Pour accompagner l'ensemble des professionnels de santé à assurer cette substitution, la Société française de pédiatrie (SFP) a élaboré des recommandations. Elle précise, produit par produit, les préparations infantiles pouvant être utilisées en remplacement en tenant compte de leurs propriétés diététiques et de leurs indications. 

A défaut de produit de remplacement, faire bouillir le lait pour détruire les germes
S'il est vraiment impossible pour les parents de se procurer un lait de substitution, en attendant de trouver une alternative, la SFP propose de suivre la procédure suivante visant à détruire le germe :
  • préparer un biberon avec le lait habituel, 
  • faire bouillir la préparation pendant 2 minutes dans une casserole, 
  • laisser refroidir et le donner à l'enfant.

Un dispositif d'information renforcé : plateforme téléphonique
La DGS (Direction générale de la santé) a ouvert une plateforme d'information téléphonique au numéro 0800 636 636. Ce service est accessible 7 jours sur 7 de 9 h à 19 h. 

Il s'ajoute au service d'information proposé depuis le 2 décembre par le groupe Lactalis (0800 120 120). Depuis le 11 décembre, ce service accessible en continu de 9h à 20h.

Situation d'exposition : identifier le risque d'intoxication alimentaire
La DGS demande aux professionnels de santé d'être vigilants quant aux signes et symptômes évocateurs d'une toxi-infection alimentaire chez des enfants exposés aux laits susceptibles d'être contaminés.

Un épisode de diarrhée éventuellement accompagné de fièvre doit conduire à une consultation médicale. Dans tous les cas, la prise en charge initiale repose sur l'administration d'un soluté de réhydratation afin de prévenir le risque de déshydratation causé par les pertes liquidiennes importantes (Cf. VIDAL Reco "Gastroentérite aiguë de l'enfant").  

Pour aller plus loin

Contamination à Salmonella agona de jeunes enfants : extension des mesures de retrait-rappel de produits de nutrition infantile (DGS, 10 décembre 2017)


Liste des références des produits de nutrition infantile Lactalis faisant l'objet d'une mesure de rappel, et d'une suspension de commercialisation et d'exportation (DGCCRF, 10 décembre 2017, actualisée le 15 décembre 2017)

Recommandations de la Société française de pédiatrie (SFP) relatives au remplacement des préparations infantiles Lactalis (sur le site de la DGS, 10 décembre 2017, actualisées le 15 décembre 2017)
 

Commentaires (0)