En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Cystite : déremboursement d'APURONE comprimé (fluméquine) au 30 mars 2018

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 2440 lecteurs
L’antiobiotique APURONE comprimé (fluméquine), indiqué dans la prise en charge de cystites,  ne sera plus remboursable à compter du 30 mars 2018.

Cette décision repose sur l’avis de la Commission de la transparence du 20 juillet 2016 selon lequel les quinolones de première génération, dont la fluméquine, ne sont plus recommandées dans le traitement des cystites en raison d'un risque élevé d’antibiorésistance.

L’arrêté du 12 mars 2018 relatif au déremboursement d’APURONE s’applique également à la spécialité PIPRAM FORT (acide pipémidique trihydraté)
. Cette autre quinolone de première génération n’est cependant plus commercialisée depuis 1 an.

Indiqué dans la prise en charge des cystites aiguës simples non compliquées et des cystites récidivantes, APURONE ne sera plus remboursable à la fin du mois (illustration).


Deux quinolones de 1re génération radiées du remboursement
Selon l'arrêté du 12 mars 2018 publié au Journal officiel du 15 mars 2018, les spécialités suivantes ne seront plus remboursables ni agréées aux collectivités à compter du 30 mars 2018
  • APURONE (fluméquine), boîte de 30 comprimés (CIP 3400932009756) : ce médicament était remboursable au taux de 65 % ;
  • PIPRAM FORT (acide pipémidique trihydraté), boîte de 10 comprimés enrobés (CIP 3400932660698) : ce médicament n'est plus commercialisé depuis février 2017.

Antibiotiques de la classe des quinolones de 1re génération, APURONE et PIPRAM FORT sont indiqués dans le traitement des infections suivantes, chez l'adulte :
  • cystites aiguës simples non compliquées ;
  • cystites récidivantes
Une attention particulière doit être portée aux informations disponibles sur la résistance bactérienne à la fluméquine/l'acide pipémidique avant d'initier le traitement.
Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.


Un déremboursement en cohérence avec les recommandations thérapeutiques en vigueur
Dans ses avis du 22 juillet 2015 pour PIPRAM FORT et du 20 juillet 2016 pour APURONE, la Commission de la transparence a estimé que ces médicaments présentaient un service médical rendu (SMR) insuffisant et n'avaient plus de place dans la stratégie thérapeutique des cystites, que ce soit en traitement ou en antibioprophylaxie (Cf. VIDAL Reco "Cystite aiguë de la femme"), en raison :
  • de l'augmentation des résistances à E. coli,
  • de l'impossibilité de le prescrire en traitement court,
  • et des risques de mutation croisée avec les fluoroquinolones.

Dans le traitement des cystites aiguës simples, un traitement antibiotique court, à élimination urinaire prolongée, est recommandé.
Les antibiotiques recommandés en traitement probabiliste sont (notre article du 22 mai 2015) :

Pour aller plus loin
Avis de la Commission de la transparence - APURONE (HAS, 20 juillet 2016)
Avis de la Commission de la transparence - PIPRAM FORT (HAS, 19 octobre 2016)
Arrêté du 12 mars 2018 portant radiation des spécialités APURONE et PIPRAM FORT au remboursement (Journal officiel du 15 mars 2018 - texte 34)
Arrêté du 12 mars 2018 portant radiation des spécialités APURONE et PIPRAM FORT de la liste des médicaments agréés à l'usage des collectivités publiques (Journal officiel du 15 mars 2018 - texte 35)

Sur VIDAL.fr

Commentaires (2)

Le 29/03/2018 à 17:01
avatar garouachi
garouachi Profession non médicale / Autre
parmis tant d'autres.
que voulez-vous , ils nous reste les pendules en tant que chamans

0 0
Le 23/03/2018 à 10:29
avatar maya 26
maya 26 Profession non médicale / Autre
encore et encore

1 0