Hépatite C chronique : mise au point sur les tensions d'approvisionnement de REBETOL solution buvable

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 982 lecteurs
Depuis 3 mois, l’approvisionnement de l'antiviral d'action direct REBETOL 40 mg/mL solution buvable (ribavirine) est perturbé. Le marché de ville n’est plus approvisionné et le marché hospitalier est contingenté.

Une remise à disposition normale est prévue en juin 2018.

Entre temps, le marché hospitalier est renforcé par la mise à disposition d’unités espagnoles de REBETOL 40 mg/mL. 

Représentation en 3D d'un virus de l'hépatite C (illustration).


Rupture de stock en ville, contingentement à l'hôpital
L'antiviral à action directe, REBETOL 40 mg/mL solution buvable (ribavirine) [Cf. Encadré 1], fait l'objet de tensions d'approvisionnement, avec :
  • une rupture de stock en ville depuis fin décembre 2017 ;
  • un contingentement de la distribution à l'hôpital depuis le 4 janvier 2018.

Encadré 1 - les indications de REBETOL 40 mg/mL solution buvable
REBETOL est indiqué, en association avec d'autres médicaments pour le traitement de l'hépatite C chronique (HCC), chez les patients pédiatriques (enfants âgés de 3 ans et plus et adolescents) non préalablement traités, et en l'absence de décompensation hépatique

Selon les dernières informations communiquées sur le site de l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), le contingentement mis en place sur le marché hospitalier est prolongé

Une remise à disposition normale de REBETOL est prévue en juin 2018.

Mise à disposition d'unités espagnoles
Dans le cadre de ce contingentement, le laboratoire met à la disposition des pharmacies à usage intérieur depuis le 20 mars 2018
 des unités de REBETOL 40 mg/mL solution buvable initialement destinées au marché espagnol, dénommée : 
  • REBETOL 40 mg/ml, solucion oral (flacon de 100 mL)

Pour aller plus loin
REBETOL 40 mg/40 ml, solution buvable – Rupture de stock (ANSM, 28 mars 2018)
Lettre du laboratoire aux pharmaciens hospitaliers (sur le site de l'ANSM, 28 mars 2018)

Commentaires (1)

Le 30/03/2018 à 10:39
avatar ezytant
ezytant
un scandale toutes ces tensions d'approvisionnement médicamenteuses. Voilà le résultat des ennuis de toutes natures créés aux laboratoires qui produisaient sur le territoire français. Il n'y a quasiment plus de laboratoires produisant en France pour les molécules importantes telles que les antibiotiques et anticancéreux,les antihypertenseurs etc... ! Nous sommes tributaires des productions de l'étranger ! Bravo à nos gouvernants de tout poil principalement communistes et socialistes !!!
Merci Mr Rallite entre autre qui a aussi vidé nos hôpitaux de nos meilleurs praticiens qui se sont évadés vers les structures privées voire à l'étranger !

0 1