En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Hépatite C chronique : arrêt de commercialisation d’EXVIERA et VIEKIRAX

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 2207 lecteurs
La commercialisation des spécialités hospitalières EXVIERA 250 mg comprimé pelliculé (dasabuvir) et VIEKIRAX 12,5/75/50 mg comprimé pelliculé (ritonavir, ombitasvir, paritaprévir) est arrêtée en raison d'une diminution du besoin médical de ces spécialités.

En effet, ces antiviraux, respectivement actifs sur les virus de l'hépatite C de génotype 1 et de génotypes 1 et 4, ne sont plus recommandées dans la stratégie actuelle de prise en charge de l'hépatite C chronique qui vise à privilégier l'utilisation de molécules d'efficacité pangénotypique en monoprise quotidienne.

Cet arrêt sera effectif à compter du 12 octobre 2018

Représentation en 3D d'un virus de l'hépatite C (illustration).


Arrêt de commercialisation effectif à compter du 12 octobre prochain
A compter du 12 octobre 2018, la commercialisation des spécialités hospitalières EXVIERA 250 mg comprimé pelliculé (dasabuvir) et VIEKIRAX 12,5/75/50 mg comprimé pelliculé (ritonavir, ombitasvir, paritaprévir) sera arrêtée.

Ces antiviraux sont indiqués, en association avec d'autres médicaments, dans le traitement de l'hépatite C chronique (Cf. VIDAL Reco "Hépatite C").  

EXVIERA (dasabuvir) et VIEKIRAX (ombitasvir-paritaprévir-ritonavir) sont respectivement actifs sur les virus de l'hépatite C chronique (VHC) de génotype 1 et de génotypes 1 et 4.


Privilégier une stratégie thérapeutique pangénotypique
Cet arrêt de commercialisation est consécutif à la réduction du besoin médical de ces deux antiviraux qui ne sont plus recommandés dans le traitement de l'hépatite C chronique.


En effet, selon les recommandations de l'Association Française pour l'Etude du Foie (AFEF) de 2018, l'utilisation de molécules à efficacité pangénotypique en monoprise quotidienne doit être privilégiée, facilitant ainsi l'accès de ces médicaments aux patients (notamment les plus vulnérables) et, dans un avenir proche, à tous les prescripteurs, afin d'augmenter significativement le nombre de patients traités et guéris, et d'atteindre l'objectif d'élimination virale en France avant 2025.

Les antiviraux d'action directe (AAD) permettent d'obtenir la guérison virologique des patients atteints d'hépatite C en fonction de leur activité sur les différents génotypes de virus (Cf. Tableau I).
 
Tableau I - Schémas thérapeutiques chez les patients naïfs sans cirrhose ou avec cirrhose compensée (options sans ribavirine) et cas particuliers (options avec ou sans ribavirine), pour les génotypes couverts par les AMM (d'après Commission de la transparence - Avis du 6 décembre 2017 relatif à MAVIRET)

Ne plus initier de traitement par EXVIERA et VIEKIRAX
Informés par le laboratoire Abbvie dès le mois d'avril 2018, les prescripteurs ont reçu la consigne de ne plus initier de traitement par EXVIERA et VIEKIRAX et de privilégier le recours aux alternatives thérapeutiques. 

Les dates de péremption et numéros des derniers lots distribués sont précisés dans le Tableau II ci-dessous.

Péremption/Numéros des derniers lots distribués
  EXVIERA VIEKIRAX
Numéro de lot 1083080 1081474
Date de péremption 07/2019 08/2019

Sur VIDAL.fr
Antiviraux d'action directe contre l'hépatite C : extension du remboursement (13 juin 2016)
VIEKIRAX (ombitasvir, paritaprévir, ritonavir) : utilisation non recommandée en cas d'insuffisance hépatique modérée (6 janvier 2016)
Hépatite C : modifications des conditions de prise en charge de VIEKIRAX et d'EXVIERA (16 septembre 2015)

Commentaires (0)