En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Cas de leptospirose en Nouvelle-Galles du Sud en Australie

1
2
3
4
5
(aucun avis)

Médecine des voyages

En Australie, dans l’État de Nouvelle-Galles du Sud, au moins 50 personnes ont contracté une leptospirose.

Des cas ont été signalés dans le centre ville de Sydney et dans le quartier de Surry Hills.

La maladie n'avait pas été signalée en Nouvelle-Galles du Sud depuis des décennies, il y a donc une forte probabilité qu'il y ait une source environnementale commune. 

En 2018 il avait été rapporté la mort de 7 chiens par leptospirose dans le centre de Sydney, et les autorités sanitaires australiennes avaient signalé 114 cas humains, la plupart dans le Queensland.

Rappels sur la leptospirose 

La leptospirose est une maladie bactérienne présente dans le monde entier. La leptospirose est causée par la bactérie Leptospira interrogans. Celle-ci se maintient assez facilement dans le milieu extérieur (eau douce, sols boueux), ce qui favorise la contamination. La saisonnalité de la maladie est très marquée, avec une recrudescence estivo-automnale liée à la chaleur et aux précipitations.

Les leptospires sont des bactéries susceptibles d'infecter un grand nombre de mammifères sauvages (rongeurs et insectivores : rats, tangues, musaraignes, etc.) et domestiques (bovins, ovins, caprins, porcs, chiens), qui servent de réservoirs et les excrètent dans leur urine. Les bactéries peuvent survivre plusieurs mois dans un milieu humide et chaud. 

Certaines professions (agriculteurs, éleveurs, égoutiers, éboueurs…) et les personnes pratiquant des loisirs nautiques(baignade, canoé, kayak, pêche, chasse, canyonning...) sont particulièrement à risque.

Chez l'homme, la bactérie pénètre principalement par la peau lésée ou les muqueuses, la maladie est souvent bénigne, mais peut conduire à l'insuffisance rénale, voire à la mort dans 5 à 20% des cas. L'incubation dure de 4 à 14 jours. Dans la forme modérée, la maladie débute par une fièvre élevée avec frissons, maux de tête, douleurs musculaires et douleurs articulaires diffuses. Dans 20% des cas, elle se complique d'un syndrome hémorragique. Les formes graves (ictéro-hémorragique ou maladie de Weil) associent insuffisance rénale aiguë, atteinte neurologique (convulsions, coma) et des hémorragies plus ou moins sévères (pulmonaire, digestive). 

Les signes cliniques initiaux peu spécifiques (céphalées, fièvre, myalgies) peuvent conduire à un retard diagnostique et thérapeutique par confusion avec des diagnostics diffé- rentiels tels que la grippe, le chikungunya ou la dengue. 

Mesures de prévention et de protection individuelle contre la leptospirose :

  • dans la mesure du possible, se protéger par le port de bottes et de gants lors d'une activité à risque (agriculture, élevage, jardinage, pêche en eau douce, ramassage d ‘ordures) ; 
  • éviter de se baigner en eau douce et de laver son linge en rivière lorsqu'on est porteur de plaies (ou à défaut protéger les plaies en utilisant des pansements imperméables) ; 
  • limiter les contacts des muqueuses avec l'eau (port de lunettes de natation) ;
  • éviter de marcher pieds nus ou en chaussures ouvertes sur des sols boueux ou dans les eaux de ruissèlement ; 
  • consulter sans délai un médecin en cas d'apparition des symptômes en lui signalant l'activité à risque pratiquée.

Il existe une vaccination contre la leptospirose. Son efficacité étant limitée à certaines souches de leptospire, elle est rarement réalisée en pratique.

Pour le voyageur, des informations détaillées sont disponibles sur les sites Mesvaccins.netou Medecinedesvoyages.net.

Source : Promed.

Commentaires (0)