Les enfants jouent-ils un rôle dans la propagation du nouveau coronavirus ?

1
2
3
4
5
5.0 (1 note)
vu par 19763 lecteurs
Une étude récente menée en Chine, à Shenzen, et dont les résultats viennent d’être rapportés (mais non encore validés par un comité de lecture), apporte un nouvel éclairage sur l’épidémiologie de la COVID-19. Elle a notamment porté sur le rôle joué par la population pédiatrique qui semble cliniquement épargnée. Or, jusqu'à ce jour, on ne savait pas si les enfants n'étaient que peu infectés par le virus ou s'ils l'éliminaient rapidement. 


Entre le 14 janvier et le 12 février 2020, Qifang Bi et coll. (1) ont identifié 391 personnes infectées par le SARS-CoV-2 et 1 286 contacts proches. L'équipe a pu constater que les sujets infectés étaient plus âgés que la population générale et que 91 % d'entre eux avaient des symptômes discrets à modérés lors de l'évaluation initiale. 

Vivre dans le même foyer qu'un parent infecté : un risque important d'être contaminé
Autre constatation, les sujets contacts les plus susceptibles d'être infectés étaient ceux qui vivaient dans le même foyer que la personne positive au SARS-CoV-2 ou qui avaient voyagé avec un malade, le risque de contracter le COVID-19 étant alors multiplié par 6 ou 7 par rapport à des contacts ayant eu lieu dans d'autres cadres.

L'étude montre aussi que la surveillance, l'isolement et le dépistage effectué chez les sujets contacts réduisent le temps de présence des personnes infectées dans la communauté. L'impact réel de ces mesures est cependant encore mal connu, notamment parce qu'il dépend du nombre de cas asymptomatiques.

Taux d'infection similaire, mais moins de formes graves
À cet égard, ce travail a révélé que les enfants ont un risque d'infection similaire à celui de la population générale, mais peu ou pas de symptômes et moins de formes graves.
Un épidémiologiste de Hong-Kong, dont le commentaire a été rapporté par la revue Nature (2), s'est donc demandé si le fait que l'épidémie actuelle ait épargné les écoles ne serait pas dû à l'existence de formes asymptomatiques ou peu symptomatiques chez les enfants. Si la réponse est affirmative, la fermeture des établissements scolaires serait alors pleinement justifiée.
Néanmoins, il est encore impossible de quantifier précisément l'importance de la transmission virale par la population pédiatrique. Les auteurs de l'étude poursuivent donc leurs recherches dans ce sens.
Quoi qu'il en soit, on sait maintenant, pour la première fois, que même s'ils sont peu symptomatiques, les enfants sont tout autant infectés par le SARS-CoV2 que les adultes. 

Pour en savoir plus
  1. Qifang Be et coll. Epidemiology and transmission of COVID-19 in Shenzen China : Analysis of 391 cases and 1,286 of their close contacts. MedRxiv. 4 mars 2020.
  2. China study suggests children as likely to be infected as adults. 5 march. In Coronavirus latest: global infections pass 100,000. Nature Briefing 9 mars 2020.

Commentaires (1)

Le 20/03/2020 à 09:45
avatar Alain
Alain Autre professionnel de santé
Si les enfants sont des "porteurs sains" et donc en contact prolongé avec le personnel éducatif, y a-t-il statistiquement plus de cas dans cette catégorie de personnes?

1 0