COVID-19 : nouvelles données sur des formes cliniques atypiques

1
2
3
4
5
4.3 (4 notes)
vu par 20104 lecteurs
Dans un communiqué en date du 22 mars 2020, la Direction Générale de la Santé décrit l'existence de formes atypiques de la COVID-19, notamment chez les personnes âgées, se traduisant par des signes digestifs, neurologiques, etc.
Par ailleurs, le Conseil national professionnel d'ORL constate la recrudescence d'anosmie brutale sans obstruction nasale, potentiellement en relation avec le SARS-COV-2.
Au regard de ces nouvelles formes cliniques de COVID-19, il est recommandé aux professionnels de santé d'être attentifs à différents points, décrits dans l'article ci-dessous.
La fiche COREB (Coordination du Risque Épidémique et Biologique) dédiée au repérage et à la prise en charge de l'infection COVID-19 par les médecins de ville, a par ailleurs été mise à jour en tenant compte de ces récentes informations.

Les sujets âgés présenteraient souvent des formes cliniques particulières de COVID-19, à prédominance digestive et neurologique (illustration).


Le tableau clinique "classique" de la COVID-19 est celui d'une infection respiratoire aiguë, de gravité variable, allant de formes avec peu de signes cliniques (formes paucisymptomatiques) jusqu'à une pneumonie, celle-ci pouvant être associée à des signes de gravité, tels un syndrome de détresse respiratoire aiguë ou, dans les cas les plus graves, à une défaillance multiviscérale.

Des formes particulières chez le sujet âgé
Cependant, les personnes âgées semblent présenter des formes particulières, comme l'indique la Direction Générale de la Santé (DGS) dans un communiqué en date du 22 mars 2020.
Souvent observées au premier plan dans cette population, ces formes particulières peuvent ainsi se manifester par une symptomatologie digestive, un état confusionnel, sans fièvre initialement.


Cette symptomatologie atypique de la COVID-19 chez les sujets âgés a été confirmée par le Conseil national professionnel de gériatrie et la Société française de gériatrie et gérontologie qui indiquent qu'indépendamment des manifestations respiratoires plus classiques, peuvent être observés dans cette population "des signes digestifs, notamment une diarrhée, un état confusionnel ou des chutes, une fébricule avec des variations de température entre hyper et hypothermie".

Recrudescence d'anosmies sans obstruction nasale
La DGS signale, par ailleurs, la recrudescence d'une manifestation ORL en relation probable avec la COVID-19 : la perte brutale de l'odorat (anosmie) sans obstruction nasale, parfois isolée. 
Le Conseil national professionnel d'ORL, à l'origine de ce constat, recommande aux professionnels de santé :
  • de toujours rechercher ce symptôme devant un patient suspect de COVID-19 ;
  • de considérer comme vraisemblable le diagnostic de COVID-19 en présence d'une anosmie sans obstruction nasale et avec perte du goût (agueusie), et d'isoler "de facto" ces patients ;
  • de ne pas traiter les patients présentant ces signes par des corticoïdes inhalés ou per os, ni préconiser de lavages de nez, tous deux pouvant favoriser la dissémination virale ;
  • de considérer que, si ce tableau clinique paraît plutôt caractéristique des formes bénignes, il semble toutefois assez fréquent dans les formes graves lorsqu'il est recherché.

Actualisation de la fiche COREB pour les médecins de ville
Dans son communiqué, la DGS indique que l'ensemble de ces données récentes a été pris en compte dans la fiche COREB (Coordination du Risque Épidémique et Biologique) "Repérer et  prendre en charge un patient atteint d'infection respiratoire aiguë en contexte d'épidémie COVID-19".
Cette fiche, destinée aux médecins de ville, décrit la conduite à tenir dès le 1er contact d'un patient suspect avec le système de soin, considérant qu'il est essentiel que "soient mises en place par les 1ers soignants les mesures barrières adéquates, puis une évaluation clinique permettant de repérer les patients atteints, notamment ceux à risque de formes graves, pour les traiter et organiser au mieux surveillance et orientation".

 
  • Une aide à l'interrogatoire téléphonique des patients
Il est également proposé sur cette fiche une "aide à l'interrogatoire téléphonique du patient atteint d'infection respiratoire aiguë en contexte d'épidémie COVID-19". Celle-ci comporte les questions suivantes :
- Êtes-vous gêné pour respirer, essoufflé ?
- Vos lèvres sont-elles bleues ?
- Crachez-vous du sang ? Du pus ?
- Quelle est votre température ?
- Avez-vous des frissons ? Des courbatures ? Des sueurs ? Des traces violacées sur les genoux ?
- Ressentez-vous une fatigue intense (recherche AEG brutale, notamment chez les personnes âgées) ?
- Arrivez-vous à boire et manger correctement ?
- Présentez-vous un ou des symptômes inhabituels, de type conjonctivite, douleur à la déglutition, perte d'odorat, de goût ou toute autre gêne apparue dans les derniers jours ou heures ?
- Présentez-vous notamment des troubles digestifs : douleurs abdominales, diarrhées ?

 
  • Des signes de gravité à dépister
Enfin, les signes de gravité à dépister sont rappelés :
- Respiratoires : polypnée (fréquence respiratoire > 22/min), oxymétrie de pouls Sp02 < 90 % (selon comorbidités).
- Hémodynamiques : pression artérielle systolique < 90 mmHg ou pression artérielle moyenne < 70 mmHg, sueurs, marbrures, TRC allongé chez l'enfant.
- Neurologiques : altération de la conscience : confusion, somnolence.
- Généraux (en particulier chez le sujet âgé) : déshydratation, oligurie, altération brutale de l'état général, confusion.

Pour aller plus loin
Fiche COREB "Repérer et prendre en charge un patient atteint d'infection respiratoire aigüe en contexte d'épidémie CoVID-19. À destination des médecins de ville". Mission COREB nationale, 22 mars 2020

Commentaires (2)

Le 25/03/2020 à 12:25
avatar Modérateur
Modérateur
@RAJMB : merci pour votre message, information modifiée.

0 0
Le 24/03/2020 à 14:21
avatar RAJMB
RAJMB Médecin - Médecine générale
Si PAM supérieure à 70 mmHg. pas de problème.
SVP rectifier l'information

1 0