L’application StopCovid entre en scène

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 2166 lecteurs
Depuis le 2 juin 2020, l’application StopCovid, destinée à faciliter le repérage des sujets ayant eu un contact rapproché avec une personne détectée positive au SARS-CoV2, est déployée en France. Cet outil vient compléter les mesures de contact-tracing, qui ont pour objectif de repérer et prendre en charge rapidement des sujets à risque de développer ultérieurement une COVID-19 ainsi que de mieux contrôler l’épidémie. 

StopCovid : un système d'alerte de traçage numérique (illustration).


Le contact-tracing, c'est-à-dire la recherche des sujets-contact d'une personne qui vient d'être testée positive pour le SARS-CoV-2, fait partie des moyens destinés à casser la chaîne de transmission de la COVID-19, ainsi qu'à protéger les personnes à risque d'être infectées par le virus. S'il peut être réalisé via des enquêteurs spécialisés (du type de ceux des brigades sanitaires), la solution numérique constitue un outil complémentaire qui a déjà été mis en place dans plusieurs pays.
 
En France, le choix a été fait de s'appuyer sur le protocole ROBERT (et non sur celui de l'Alliance Google/Apple), dont la supervision a été assurée par l'INRIA (Institut national de recherche en science et technologie du numérique). L'objectif principal est simple : prévenir les sujets qui ont été à proximité d'une personne s'étant ultérieurement révélée positive pour le SARS-CoV-2.
La mise en œuvre est en revanche plus complexe, car il est nécessaire de contrôler plusieurs facteurs, en premier lieu la liberté et la vie privée des utilisateurs. C'est pourquoi, il est important de souligner les caractéristiques de ce nouvel outil, dénommé StopCovid et disponible depuis le 2 juin 2020 (cf. le communiqué de la direction générale de la santé).

Il s'agit d'une application :
  • transparente, le code source étant accessible à tous ;
  • téléchargeable sur la base du volontariat ;
  • respectant le règlement général sur la protection des données (outil validé par la Commission nationale de l'informatique et des libertés) ;
  • dont les information recueillies sont stockées de manière temporaire.
 
Dans une présentation faite lors d'une séance exceptionnelle de l'Académie des sciences et dont VIDAL s'est déjà fait l'écho, Olivier Faugeras, directeur de recherche à l'INRIA, a en outre ajouté que cette application fonctionne via BlueTooth et donc sans aucune géolocalisation possible.
 
Comment fonctionne StopCovid en pratique ?
L'application StopCovid fonctionne sur Smartphone : IPhone ou androïde. Elle est téléchargeable sur Apple Store ou Google Play. Deux tutoriels sont disponibles à cet effet sur économie.gouv.fr.
Lorsqu'une personne a été infectée, elle scanne le code QR figurant sur le compte rendu des examens biologiques.

L'application travaille ensuite à rechercher d'éventuels sujets contacts, définis ici comme des personnes ayant été situées à moins d'1 mètre du cas infecté et pendant au moins 15 minutes.
Le période prise en compte par l'application pour donner un résultat dépend de l'existence ou non de symptômes :
  • si le sujet infecté précise la date de début de symptômes, la recherche de sujets-contact se fait au cours des 48 h précédentes ;
  • en l'absence de symptômes, la recherche de sujets-contact se fait au cours des 7 jours précédents ;
  •  - s'il n'y a aucune information renseignée ou que la date de début des symptômes n'est pas connue, la recherche remonte jusqu'à 14 jours avant la signalisation de la positivité.
 
À noter que les données sont anonymisées : aucun des individus ne connaît le nom des autres car ils se connectent tous via un pseudonyme. La date de la rencontre entre les protagonistes n'est pas non plus indiquée. Toutes les informations recueillies par l'application sont ensuite détruites dans l'application et dans le serveur central.
 
Les médecins en première ligne
Le système StopCovid ne se substitue pas aux autres circuits de traçage (médecins, assurance maladie) et, si une déclaration est enregistrée à la fois par ces circuits et par StopCovid c'est le contact-tracing classique qui "prend la main".
 
Une fois les sujets-contact identifiés, ce sont les médecins qui sont en première ligne pour les prendre en charge. Les personnes ayant été exposées à un sujet infecté sont d'ailleurs invitées à se rapprocher de leur médecin traitant. Selon les cas, il pourra prescrire un test diagnostique, préconiser des mesures d'isolement et/ou de protection, etc.
 
Néanmoins, il faut souligner que StopCovid comporte quelques "inconvénients". Par exemple, il est nécessaire que les personnes disposent d'un Smartphone, ce qui n'est pas toujours le cas, en particulier chez certains sujets âgés. Deuxièmement, l'utilisation de cet outil se fait sur la base du volontariat : il faut donc qu'une proportion significative de la population comprenne l'intérêt de ce type de traçage et ait téléchargé l'application.
 
Quoi qu'il en soit, StopCovid a été developpé de façon à repérer au plus vite des sujets potentiellement infectés et ainsi à les prendre en charge rapidement, tout en préservant la vie privée de chacun. La contribution de StopCovid en termes de santé publique est également importante, en permettant de rompre les chaînes de transmission de la maladie.
 
Pour en savoir plus
Direction générale de la santé. Lancement de l'application STOP-COVID. 2 juin 2020.
Economie.gouv. StopCovid. 2 juin 2020.

Sur VIDAL.fr
COVID-19 et suivi des cas contacts : la médecine générale au cœur de la stratégie "contact tracing" (15 mai 2020)
COVID-19 : le traçage numérique des sujets contacts, ange ou démon ? (12 mai 2020)

 

Commentaires (0)