Saison grippale 2020/2021 : la nouvelle campagne de vaccination en pratique

1
2
3
4
5
(aucun avis)
vu par 1870 lecteurs
La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 13 octobre 2020 et se prolongera jusqu'au 31 janvier 2021. 

Cette nouvelle saison est marquée par l'épidémie simultanée de COVID-19 et un scénario inédit et redouté de co-circulation virale. 

Plusieurs points sont à retenir : 
  • réserver, au moins jusqu'au 30 novembre, les doses de vaccins contre la grippe aux patients ciblés par les recommandations vaccinales en raison du fait qu'ils sont à risque de grippe grave ; 
  • la mise en place d'un suivi de la consommation hebdomadaire des doses par l'Assurance maladie, afin d'anticiper d'éventuels situations pouvant conduire à une pénurie précoce ;
  • en marge de la communication auprès de la population, une communication propre aux professionnels de santé en contact avec les patients afin de les inciter à se faire vacciner. 
Deux vaccins tétravalents sont commercialisés durant cette saison vaccinale, INFLUVACTETRA et VAXIGRIPTETRA, mais en raison du risque de tensions d'approvisionnement lié à une demande particulièrement accrue, la HAS s'est positionnée en faveur de l'utilisation du vaccin intranasal FLUENZ TETRA chez l'enfant. Non commercialisé en France, il pourrait être mis à disposition exceptionnellement, si la situation l'exige, via un dispositif d'importation. 

 

Pour cette nouvelle campagne vaccinale, l’objectif est d’approcher les 75% de couverture vaccinale telle que préconisée par l’OMS chez les personnes ciblées par les recommandations (illustration).


La nouvelle campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 13 octobre 2020, et devrait se prolonger jusqu'au 31 janvier 2021 (la date de clôture sera adaptée en fonction de la survenue effective de l'épidémie). 

Bilan de la saison vaccinale précédente contre la grippe (2019-2020)
Alors qu'une nouvelle saison de vaccination débute, Santé publique France a présenté un bilan de l'épidémie de grippe 2019-2020
La surveillance a été arrêtée de façon précoce, en mars, en raison de l'épidémie de COVID-19. 

L'épidémie de grippe 2019-2020 a duré 9 semaines, de janvier à mars 2020 (semaine 3 à semaine 11), au cours desquelles :
  • 1,25 millions de consultations pour syndrome grippal ont été comptabilisées (cf. Figure 1) ;
  • près de 60 000 passages aux urgences pour grippe dont 6 000 hospitalisations (10%) ont été enregistrés ;
  • 860 cas graves admis en réanimation ont été signalés (début de la surveillance en semaine 45-2019). Ce nombre est très inférieur aux années précédentes (habituellement entre 1 500 et 3 000). L'âge moyen était de 51 ans (plus jeune que les autres années) et :
    • 16 % de ces cas avaient moins de 18 ans,
    • 74 % présentaient au moins 1 facteur de risque de grippe sévère,
    • 31 % étaient vaccinés (parmi les patients cas graves et éligibles à la vaccination antigrippale, soit 152 sur 490).
Selon Santé Publique France, 3 700 décès sont attribuables à la grippe durant l'épidémie 2019/2020, dont 76 % chez des personnes âgées de 75 ans et plus. Cette mortalité est très inférieure aux chiffres enregistrés chaque année (9 000 environ) depuis 2011-2012.

Concernant la couverture vaccinale, elle est évaluée à 47,8% chez les personnes à risque, ce qui correspond à une légère progression, de 1 point, par rapport à la saison 2018-2019 (46,8 %). Plus précisément, au sein de la population cible, la vaccination saisonnière contre la grippe a été plus suivie chez les sujets âgés :
  • 52 % de couverture vaccinale chez les personnes âgées de 65 ans et plus,
  • 31 % chez les personnes âgées de moins de 65 ans et éligibles.

Figure 1 - Évolution du taux d'incidence des consultations en médecine de ville pour syndrome grippal (réseau Sentinelles)*
La partie en pointillé de la courbe 2019-2020 indique la période à partir de laquelle la définition de cas utilisée dans le cadre de cette surveillance a changé en raison de l'épidémie de COVID-19, passant d'un syndrome grippal (semaine 40-2019 – semaine 11-2020) à une infection respiratoire aiguë (semaine 12-2020 à semaine 15-2020). Le taux d'incidence des consultations pour syndrome grippal a été estimé rétrospectivement pour les semaines 12 à 15. Ces données doivent être interprétées avec précaution.

Pour la saison 2020/2021, priorité aux personnes fragiles ciblées par les recommandations
Pour la saison 2020-2021, les autorités de santé visent un objectif de couverture vaccinale élevé, de 75 % chez les personnes ciblées par les recommandations (cf. Encadré 1), soit 3 personnes sur 4 (contre moins de 1 personne sur 2 les années précédentes).

Encadré 1 - Recommandations vaccinales : population cible (Avis HAS du 20 mai 2020)
Population générale (synthèse)
  • personnes âgées de 65 ans et plus ;
  • personnes (adultes et enfants) souffrant de pathologies chroniques (insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, diabète, insuffisance rénale, asthme, bronchopneumopathie obstructive…) ;
  • personnes obèses avec un Indice de Masse Corporelle égal ou supérieur à 40 kg/m2  ;
  • femmes enceintes ;
  • l'entourage des nourrissons de moins de 6 mois à risque de grippe grave et des personnes immuno déprimées.
Professionnels
  • professionnels de santé et tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère ;
  • personnel navigant des bateaux de croisière et des avions et personnel de l'industrie des voyages accompagnant les groupes de voyageurs (guides).

En pratique, dès le début de la campagne vaccinale, les doses de vaccins en vue de la vaccination doivent être réservées aux personnes ciblées par les recommandations vaccinales (cf. notre article du 15 septembre 2020), sur présentation : 
  • d'un bon de l'Assurance maladie ou d'une prescription médicale, 
  • d'une carte professionnelle, pour les professionnels de santé.
  • d'un bon de prise en charge édité par un professionnel de santé habilité à vacciner (cf. Encadré 2). 
Encadré 2 - Édition d'un bon de prise en charge par les professionnels de santé
Certaines personnes sont ciblées par les recommandations vaccinales relatives à la grippe saisonnière, mais ne reçoivent pas bon de prise en charge parce qu'elles ne peuvent pas être repérées dans les bases de l'Assurance Maladie. C'est le cas des personnes obèses avec un indice de masse corporelle supérieur ou égal à 40, des femmes enceintes ou des personnes vivant avec des nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave ou des personnes immunodéprimées.

Dans ce cas, un bon de prise en charge peut être édité à partir d'AMELIPRO par le médecin, la sage-femme, et pour les personnes adultes, par l'infirmier ou le pharmacien.

Pour le reste de la population (personnes ne présentant pas de risque particulier), il est recommandé de différer la vaccination (et la délivrance du vaccin) à début décembre. 

Anticiper le risque de pénurie de vaccin : augmentation des commandes et surveillance hebdomadaire de la consommation
La cocirculation virale SARS-CoV-2 et virus de la grippe laisse entrevoir une demande accrue en vaccins contre la grippe saisonnière au cours de cette nouvelle saison. Cette hypothèse semble se vérifier au vue du nombre de délivrances remontées par les pharmacies d'officine dès le 13 octobre.

Pour sécuriser l'approvisionnement des officines tout au long de la campagne de vaccination et anticiper une pénurie, plusieurs dispositifs sont mis en place en France :
  • une augmentation des commandes globales, avec un objectif visé de 30 % de doses de vaccins supplémentaires disponibles, par rapport aux 12 millions de doses consommées lors de la précédente campagne 2019-2020,
  • un approvisionnement continu auprès des laboratoires pharmaceutiques, 
  • et pour la première fois, la constitution d'un stock d'État.

En outre, l'Assurance maladie a mis en place un dispositif de surveillance afin de disposer chaque semaine d'un point précis sur la disponibilité des vaccins contre la grippe : 
  • suivi des vaccins remboursés par l'Assurance Maladie pour la population ciblée par les recommandations vaccinales et destinataire d'un bon de vaccination ;
  • suivi de la consommation des doses de vaccins ;
  • suivi de l'évolution épidémiologique de la grippe.

Deux vaccins injectables et, si la situation l'exige, un vaccin intranasal par voie d'importation
Pour la saison 2020-2021, 2 vaccins tétravalents sont commercialisés et disponibles dans les officines françaises :  

Encadré 3 - Composition des vaccins contre la grippe saison 2020-2021
  • A/Guangdong-Maonan/SWL1536/2019/H1N1pdm09 ;
  • A/Hongkong/2671/2019/(H3N2);
  • B/Washington/02/2019 ;
  • B/Phuket/3073/2013.

Anticipant les possibles tensions d'approvisionnement de ces 2 vaccins et afin de renforcer le marché si la situation l'exige, la HAS (Haute Autorité de Santé) a rendu récemment un avis favorable à l'utilisation du vaccin intranasal FLUENZ TETRA, pour la vaccination des enfants âgés de 2 à 17 ans révolus, pour lesquels la vaccination antigrippale est recommandée en raison de maladies sous-jacentes favorisant la survenue de complications graves de grippe (cf. calendrier vaccinal 2020). Ce vaccin n'est pas commercialisé en France, bien que disposant d'un agrément aux collectivités depuis 2016. La HAS recommande, par conséquent, sa mise à disposition exceptionnelle, via l'importation de doses en provenance d'autres pays européens. 

Le schéma vaccinal avec FLUENZ TETRA comporte l'instillation de 0,1 mL de vaccin dans chaque narine. Lors d'une primovaccination, deux administrations espacées d'au moins quatre semaines sont recommandées.

Vaccination des professionnels de santé : pas une obligation, mais une forte recommandation
Des actions spécifiques pour accompagner la vaccination des professionnels de santé sont également mises en place au cours de cette nouvelle saison vaccinale. 

Bien que non obligatoire, la vaccination contre la grippe saisonnière des professionnels de santé (médecins généralistes,  infirmiers, sages-femmes, pharmaciens, et leurs équipes) et de tout professionnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère des établissements de santé et médico-sociaux est fortement recommandée et relève de la priorité (notamment tous les personnels travaillant en Ehpad, dont les aides-soignants).

En parallèle de la campagne auprès de la population générale, l'Assurance Maladie organise une campagne spécifique pour les professionnels de santé :
  • une campagne d'insertions presse dans la presse médicale en direction des médecins, pharmaciens, infirmiers, aides-soignants ;
  • une campagne digitale vers les professionnels de santé avec des posts sponsorisés sur les réseaux sociaux ;
  • une affiche destinée aux pharmacies et aux salles d'attente des cabinets ;
  • une affiche destinée aux Ehpad, jointe aux courriers adressés aux directeurs des établissements ;
  • une affiche destinée aux professionnels de santé, jointe aux courriers adressés aux directeurs des établissements ;
  • une campagne d'e-mailing en direction des professionnels de santé rappelant la stratégie vaccinale et la priorisation des personnes à risques.

En outre, en complément du suivi hebdomadaire de la consommation des vaccins antigrippe, la couverture vaccinale des professionnels de santé, quel que soit leur lieu d'exercice (libéraux, en établissement de santé ou en Ehpad), sera mesurée régulièrement.

Quelques précisions pratiques : si la mention ALD ne figure pas sur le bon de prise en charge ?
Suite à un incident technique, certains bons de prise en charge émis par l'Assurance maladie pour la vaccination contre la grippe ne mentionnent pas l'ALD (affection de longue durée).

Pour rappel, les patients ALD bénéficient d'une prise en charge à 100 % de l'injection du vaccin contre la grippe par l'Assurance Maladie, quel que soit l'opérateur.

L'Assurance maladie a indiqué aux professionnels de santé la marche à suivre, en l'absence de mention de l'ALD sur le bon de prise en charge :
  • vérifier en amont de la facturation les droits de son patient (service ADRI ou vérification des droits portés dans la carte Vitale) ;
  • si l'ALD est confirmée, l'injection est prise en charge à 100 %. Lors de la facturation, lorsque le logiciel demande « les soins sont-ils conformes au protocole ALD ? », il faut répondre « oui » pour ce patient afin que le taux de prise en charge appliqué soit de 100 % au titre de l'ALD ;
  • en l'absence d'ALD, le ticket modérateur s'applique. 
Quel que soit le logiciel utilisé, s'il est indiqué un code ALD différent de 0, cela signifie que le patient a bien une ALD déclarée.

Pour aller plus loin
Vaccination contre la grippe 2020-2021 : une priorité pour les personnes à risque - Communiqué ministère de la Santé, Assurance maladie, ANSM, MSA et Santé publique France (sur le site de l'ANSM, 13 octobre 2020)

Lettre ministérielle du 13 octobre 2020 relative à la campagne de vaccination contre la
grippe saisonnière
 (Bulletin officiel du ministère des solidarités et de la santé, 13 octobre 2020)
Vaccination antigrippale : facturation de l'injection pour les personnes en ALD (Ameli, 13 octobre 2020)
Bulletin épidémiologique grippe. Bilan de la surveillance, saison 2019-2020 (Santé publique France, 13 octobre 2020)
Avis n° 2020.0054/AC/SEESP du 1er octobre 2020 du collège de la Haute Autorité de santé relatif à la place de FLUENZ TETRA, vaccin vivant atténué, quadrivalent, administré par voie intra-nasale, dans la stratégie de vaccination contre la grippe saisonnière chez les enfants de plus de 2 ans (HAS, mis en ligne le 14 octobre 2020)

 

Commentaires (0)