En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le suivi de la grossesse au premier trimestre

Mis à jour : Vendredi 09 Janvier 2015

La première consultation de suivi de la grossesse

femme enceinte

La première consultation de suivi doit se dérouler avant la 10e semaine d’aménorrhée (depuis la date des dernières règles), c’est-à-dire avant la fin du troisième mois de grossesse. L’objectif de ce rendez-vous est de confirmer la grossesse, en estimant la date probable du terme, et d’évaluer les facteurs de risque qui peuvent peser sur la grossesse. En particulier, le médecin ou la sage-femme débute ce rendez-vous par un point complet sur :

  • l’historique des troubles gynécologiques de la future mère : infections des trompes de Fallope (salpingites), fibromes utérins, endométriose, kystes ovariens, malformations (pour les femmes dont les mères ont pris du distilbène pendant leur grossesse notamment), etc.
  • l’historique des précédentes grossesses : troubles de la fertilité, nombre de grossesses, fausses couches et interruptions volontaires de grossesse, complications lors des grossesses et des accouchements précédents, etc.
  • l’historique des troubles médicaux qui peuvent entrainer des complications lors de la grossesse : diabète, hypertension artérielle, maladies héréditaires dans la famille de la mère ou du père, infection par le VIH, hépatites virales, syphilis, etc. Un bilan est fait autour des maladies infectieuses qui pourraient avoir de graves conséquences pour le fœtus si la mère les contracte pendant la grossesse, en particulier la rubéole, la varicelle, l’infection à cytomégalovirus (CMV) et la toxoplasmose.
  • le mode de vie : activité professionnelle, alimentation, consommation de tabac, d’alcool, de drogues et de médicaments, etc. À noter, l’Assurance Maladie rembourse les substituts nicotiniques prescrits pendant la grossesse à hauteur de 150 €.

Ensuite, le médecin ou la sage-femme entreprend un examen médical complet (pesée, mesure de la tension artérielle, auscultation du cœur, examen des seins et gynécologique) et prescrit des examens de laboratoire :

  • une prise de sang qui vise à vérifier :
    • l’absence de syphilis, d‘hépatite B (recherche de l’antigène HBs) et éventuellement d’hépatite C, et de VIH,
    • la présence d’une immunité contre la rubéole, la toxoplasmose, et éventuellement contre le CMV,
    • et à identifier le groupe sanguin (deux déterminations doivent être réalisées par le même laboratoire),
  • un examen d’urine pour vérifier l’absence de sucre et d’albumine.

Lors de cette visite, la future mère reçoit également une ordonnance pour réaliser l’échographie du premier trimestre, réalisée vers douze semaines d’aménorrhée. Cette première échographie a pour objectif de déterminer la date de début de grossesse et le nombre d’embryons.

Si les futurs parents le souhaitent, cette échographie peut être couplée à un dépistage sanguin estimant le risque que le fœtus soit atteint de trisomie 21 (prise de sang à faire dans les quatre jours suivant l’échographie).

L'alimentation au cours de la grossesse
Lorsqu’une femme est enceinte, elle ne doit pas manger deux fois plus mais deux fois mieux ! Trois repas équilibrés par jour sont de mise, complétés par une collation en milieu d’après-midi.
L’alimentation doit être équilibrée, riche en calcium, en fer et en vitamines (notamment en vitamine B9 ou acide folique, présente dans les épinards, la mâche, la laitue… ou prescrite par le médecin). La consommation de sucres rapides et de graisses saturées doit être modérée.
Certains aliments doivent être évités pendant la grossesse afin de prévenir certaines infections. La listériose est une maladie causée par des bactéries qui prolifèrent dans le lait cru (non pasteurisé), les fromages au lait cru ainsi que dans les poissons et viandes crus ou fumés, qui doivent donc être oubliés pendant neuf mois.
Mieux vaut également éviter les aliments dérivés du soja (lait de soja, tofu) car ils pourraient perturber la maturation sexuelle du bébé. De même, il est recommandé d'éviter les fruits de mer qui contiennent souvent des métaux lourds. Par ailleurs, si la future mère n'est pas immunisée contre la toxoplasmose, elle doit veiller à laver minutieusement les fruits et les légumes et à bien cuire la viande (et, si possible, éviter de changer la litière du chat). Enfin, la consommation d'alcool doit être proscrite pendant la grossesse.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité