Le suivi médical de la grossesse

Mis à jour : Vendredi 09 Janvier 2015

Des règles absentes, un doute qui s'installe et finalement un test urinaire qui vous confirme ce que vous suspectiez : vous êtes enceinte, félicitations ! Autant vous le dire tout de suite : durant les mois à venir, vous allez avoir des rendez-vous médicaux réguliers. Petit tour d'horizon...

Les rendez-vous de la grossesse

test grossesse

La grossesse nécessite plusieurs consultations médicales, à la fois pour suivre l’état de santé de la future mère et le bon développement du fœtus : l’Assurance Maladie prévoit sept visites médicales obligatoires. Une première visite est effectuée avant la fin du 3e mois puis chaque mois jusqu’à l’accouchement.

Bien entendu, en cas de symptôme inquiétant, il ne faut pas attendre le prochain rendez-vous mensuel pour consulter. Le suivi médical permet de mettre en œuvre au plus vite les mesures adéquates chez les femmes dont la grossesse s’avère à risque, notamment en recommandant un alitement, en instaurant des traitements ou en les orientant vers des maternités dites de niveau 2 ou 3, adaptées pour accueillir des grossesses compliquées et des nouveau-nés prématurés.

La future mère a également droit à huit rendez-vous chez une sage-femme pour préparer la venue au monde de l’enfant (« Entretien du quatrième mois » et « Préparation à l’accouchement et à la parentalité »).

La déclaration de grossesse

À l’issue de la visite du troisième mois, le médecin ou la sage-femme délivre à la future mère les formulaires de déclaration de grossesse destinés à la Caisse d’allocations familiales (qui transmet un volet au Service de Protection maternelle et infantile) et à l’Assurance Maladie. La déclaration de grossesse doit être envoyée avant la fin de la 14e semaine d’aménorrhée.

Cette déclaration obligatoire permet de bénéficier de la prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie - hors dépassements d’honoraires - des examens obligatoires (sauf les deux premières échographies, prises en charge à 70 %), puis de toutes vos dépenses de santé, à compter du début du 6e mois (cinq mois révolus) et jusqu’à douze jours après l’accouchement.

Elle permet également de bénéficier des allocations versées par la Caisse d’allocations familiales, le cas échéant, et des services offerts par la Protection maternelle et infantile.

Qui peut effectuer le suivi médical de la grossesse ?

Le suivi médical de la grossesse peut être assuré soit par un médecin généraliste ou gynécologue, soit par une sage-femme, en libéral, à l’hôpital ou dans un centre de Protection maternelle et infantile (PMI). Généralement, les rendez-vous de suivi du dernier trimestre sont réalisés par l’équipe médicale qui supervisera l’accouchement.

Pas toujours bien connus des futures mamans, les centres de Protection maternelle et infantile (PMI) sont des centres subventionnés par les Conseils généraux, offrant de nombreux services gratuits aux femmes enceintes, aux jeunes parents ainsi qu’aux enfants de moins de six ans. Au sein des PMI, il est possible d’obtenir des rendez-vous avec des sages-femmes (y compris à domicile) pour le suivi de la grossesse, des suites de l’accouchement ou la mise en route de l’allaitement maternel.

Après la naissance, il est également possible d’y consulter des infirmières puéricultrices pour les pesées et le suivi du développement des nourrissons, des pédiatres pour les vaccinations et les rendez-vous de suivi des jeunes enfants, ainsi que des éducateurs de jeunes enfants.

L'inscription à la maternité
Certaines maternités très demandées nécessitent de s’y inscrire dès que le test de grossesse est positif, tandis que d’autres demandent d’attendre la première échographie, ou même le début du dernier trimestre de la grossesse. Mieux vaut se renseigner dès le désir d’enfant.
Si vous avez une mutuelle, pensez également à vous renseigner sur le montant des frais annexes (dépassement d’honoraires des médecins, chambre particulière, etc.) pris en charge lors de votre séjour à la maternité.

La première consultation de suivi de la grossesse

femme enceinte

La première consultation de suivi doit se dérouler avant la 10e semaine d’aménorrhée (depuis la date des dernières règles), c’est-à-dire avant la fin du troisième mois de grossesse. L’objectif de ce rendez-vous est de confirmer la grossesse, en estimant la date probable du terme, et d’évaluer les facteurs de risque qui peuvent peser sur la grossesse. En particulier, le médecin ou la sage-femme débute ce rendez-vous par un point complet sur :

  • l’historique des troubles gynécologiques de la future mère : infections des trompes de Fallope (salpingites), fibromes utérins, endométriose, kystes ovariens, malformations (pour les femmes dont les mères ont pris du distilbène pendant leur grossesse notamment), etc.
  • l’historique des précédentes grossesses : troubles de la fertilité, nombre de grossesses, fausses couches et interruptions volontaires de grossesse, complications lors des grossesses et des accouchements précédents, etc.
  • l’historique des troubles médicaux qui peuvent entrainer des complications lors de la grossesse : diabète, hypertension artérielle, maladies héréditaires dans la famille de la mère ou du père, infection par le VIH, hépatites virales, syphilis, etc. Un bilan est fait autour des maladies infectieuses qui pourraient avoir de graves conséquences pour le fœtus si la mère les contracte pendant la grossesse, en particulier la rubéole, la varicelle, l’infection à cytomégalovirus (CMV) et la toxoplasmose.
  • le mode de vie : activité professionnelle, alimentation, consommation de tabac, d’alcool, de drogues et de médicaments, etc. À noter, l’Assurance Maladie rembourse les substituts nicotiniques prescrits pendant la grossesse à hauteur de 150 €.

Ensuite, le médecin ou la sage-femme entreprend un examen médical complet (pesée, mesure de la tension artérielle, auscultation du cœur, examen des seins et gynécologique) et prescrit des examens de laboratoire :

  • une prise de sang qui vise à vérifier :
    • l’absence de syphilis, d‘hépatite B (recherche de l’antigène HBs) et éventuellement d’hépatite C, et de VIH,
    • la présence d’une immunité contre la rubéole, la toxoplasmose, et éventuellement contre le CMV,
    • et à identifier le groupe sanguin (deux déterminations doivent être réalisées par le même laboratoire),
  • un examen d’urine pour vérifier l’absence de sucre et d’albumine.

Lors de cette visite, la future mère reçoit également une ordonnance pour réaliser l’échographie du premier trimestre, réalisée vers douze semaines d’aménorrhée. Cette première échographie a pour objectif de déterminer la date de début de grossesse et le nombre d’embryons.

Si les futurs parents le souhaitent, cette échographie peut être couplée à un dépistage sanguin estimant le risque que le fœtus soit atteint de trisomie 21 (prise de sang à faire dans les quatre jours suivant l’échographie).

L'alimentation au cours de la grossesse
Lorsqu’une femme est enceinte, elle ne doit pas manger deux fois plus mais deux fois mieux ! Trois repas équilibrés par jour sont de mise, complétés par une collation en milieu d’après-midi.
L’alimentation doit être équilibrée, riche en calcium, en fer et en vitamines (notamment en vitamine B9 ou acide folique, présente dans les épinards, la mâche, la laitue… ou prescrite par le médecin). La consommation de sucres rapides et de graisses saturées doit être modérée.
Certains aliments doivent être évités pendant la grossesse afin de prévenir certaines infections. La listériose est une maladie causée par des bactéries qui prolifèrent dans le lait cru (non pasteurisé), les fromages au lait cru ainsi que dans les poissons et viandes crus ou fumés, qui doivent donc être oubliés pendant neuf mois.
Mieux vaut également éviter les aliments dérivés du soja (lait de soja, tofu) car ils pourraient perturber la maturation sexuelle du bébé. De même, il est recommandé d'éviter les fruits de mer qui contiennent souvent des métaux lourds. Par ailleurs, si la future mère n'est pas immunisée contre la toxoplasmose, elle doit veiller à laver minutieusement les fruits et les légumes et à bien cuire la viande (et, si possible, éviter de changer la litière du chat). Enfin, la consommation d'alcool doit être proscrite pendant la grossesse.

Le suivi du deuxième trimestre de la grossesse comprend trois consultations obligatoires, une séance d'échographie et un entretien pour préparer la venue de l'enfant.

La consultation du quatrième mois de grossesse

La consultation de suivi du 4e mois se déroule entre la 12e et la 16e semaine d’aménorrhée. À cette occasion, l’examen général comporte un contrôle du poids, la mesure de la tension artérielle, la mesure de la hauteur utérine (pour vérifier que la taille de l’utérus est cohérente avec l’avancée de la grossesse) et la recherche des bruits du cœur du fœtus.

Lors de cette consultation, la future mère reçoit des ordonnances pour effectuer des examens complémentaires qui se répèteront tous les mois :

  • un examen d’urine visant à vérifier l’absence de sucre et d’albumine ;
  • si la mère n’est pas immunisée contre la toxoplasmose, un nouveau test sanguin pour dépister une éventuelle infection.
L'entretien du quatrième mois
L'entretien du 4e mois est une consultation à réaliser seule ou en couple auprès d'un médecin ou d'une sage-femme. Cet entretien permet de discuter d'éventuelles difficultés familiales ou socio-professionnelles pour aider au mieux les futurs parents. C'est aussi une première occasion d'évoquer les premiers soins, l'allaitement et l'alimentation du bébé.

La consultation du cinquième mois de grossesse

La consultation du 5e mois se déroule entre la 17e et la 21e semaine d’aménorrhée. L’examen médical et les prescriptions d’examens complémentaires sont les mêmes qu’au quatrième mois. La future mère reçoit également une ordonnance pour réaliser l’échographie du second trimestre, réalisée vers 22 semaines d’aménorrhée.

Cette seconde échographie est destinée à vérifier le développement des membres et des organes du fœtus et à s’assurer que sa croissance est normale. Si les parents le souhaitent, le sexe du fœtus peut généralement leur être annoncé, si la position de celui-ci le permet.

La consultation du sixième mois de grossesse

échographie grossesse

La consultation du 6e mois se déroule entre la 22e et la 26e semaine d’aménorrhée. L’examen médical et les prescriptions d’examens complémentaires sont à peu près les mêmes qu’aux 4e et 5e mois. Le médecin ou la sage-femme vérifie également la position du fœtus et l’état du col de l’utérus afin d’évaluer un risque d’accouchement prématuré. Les examens complémentaires supplémentaires éventuels évaluent le risque d’anémie et celui de diabète gestationnel (test dit d’hyperglycémie provoquée orale, ou HGPO).

À noter que, dès le premier jour du sixième mois, vos dépenses de santé sont prises en charge à 100 % par l’Assurance Maladie, et ce jusqu’au douzième jour après l’accouchement.


Au troisième trimestre, le suivi de la grossesse se compose au minimum de trois consultations obligatoires, une troisième échographie, un rendez-vous avec un médecin anesthésiste et sept séances de préparation à l'accouchement.

examen femme enceinte

La consultation du septième mois de grossesse

La consultation du 7e mois se déroule entre la 27e et la 31e semaine d’aménorrhée. Globalement, l’examen médical et les prescriptions d’examens complémentaires évaluent la prise de poids, la tension artérielle, la hauteur utérine, les battements de cœur du fœtus, l’absence de sucre et d’albumine dans les urines, l’absence d’infection par le toxoplasme si la future mère n’était pas immunisée jusque-là, ainsi que l’état du col de l’utérus et la position du fœtus.

La préparation à l'accouchement et à la parentalité
Outre l’entretien du 4e mois, les sept autres séances de préparation à l’accouchement et à la parentalité débutent dès le 7e mois de grossesse. Il est possible de les réaliser auprès d’une sage-femme libérale ou de la maternité où l’accouchement est prévu. Mieux vaut s’y prendre à l’avance pour programmer les séances.
Les séances de préparation à l’accouchement permettent aux futurs parents de reconnaître les circonstances motivant un départ à la maternité, d’acquérir des techniques de respiration pour gérer les contractions et faciliter le travail, d’obtenir des informations sur le déroulement de l’accouchement et la péridurale, mais aussi sur la mise en route de l’allaitement et les soins à donner au nouveau-né.

La consultation du huitième mois de grossesse

La consultation se déroule entre la 32e et la 36e semaine d’aménorrhée. L’examen médical et les prescriptions d’examens complémentaires sont à peu près les mêmes qu’au 7e mois. De surcroît, des prélèvements vaginaux et urinaires visent à évaluer un risque infectieux pour le fœtus (présence éventuelle de streptocoques de type B) en vue de donner, si nécessaire, des antibiotiques à la future mère avant l’accouchement.

La troisième échographie à 32 semaines d'aménorrhée

Au cours de la troisième échographie, le médecin vérifie la croissance et la position du fœtus et la position du placenta, pour éventuellement anticiper la nécessité d’un accouchement par césarienne.

Le rendez-vous avec un anesthésiste au huitième mois de grossesse

Un rendez-vous préalable à l’accouchement avec un anesthésiste de la maternité est obligatoire au cours du huitième mois afin de s’assurer qu’il n’y a pas de contre-indication à la péridurale lorsqu’elle souhaitée, mais aussi pour prévoir une éventuelle césarienne. L’anesthésiste prescrit également un bilan sanguin.

La consultation du neuvième mois de grossesse

Bientôt la fin ! La consultation du 9e mois se déroule à partir de la 37e semaine d’aménorrhée. Outre la mesure de la prise de poids, de la tension artérielle, de la hauteur utérine, la palpation de l’abdomen pour vérifier la position du fœtus et la vérification des résultats des examens complémentaires concernant l’absence de sucre et d’albumine dans les urines, l’absence de toxoplasmose et la prise de sang demandée par l’anesthésiste, le médecin examine le col de l’utérus pour déterminer si l’accouchement est imminent ou non.