En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Les causes des troubles de la fertilité féminine

Mis à jour : Lundi 02 Juin 2014

On estime que 40 à 45 % des problèmes de fertilité sont dus à une infertilité de la partenaire féminine. Dans la très grande majorité des cas, il s’agit soit de troubles de l’ovulation, soit de troubles de l’utérus qui empêchent l’ovocyte de pénétrer ou de s’installer dans les trompes, ou qui perturbent la fécondation ou la nidation (l’installation de l’embryon au tout début de la grossesse). Parfois, il s’agit d’un problème de glaire cervicale (les sécrétions utérines) qui n’est pas propice à la survie et au déplacement des spermatozoïdes.

Les troubles de l'ovulation

Il arrive que l’ovaire ne soit pas capable de faire mûrir un follicule, ou de libérer un ovule dans les trompes. Ces troubles dits de l’ovulation peuvent avoir des causes diverses qui ne sont pas toujours parfaitement identifiées (âge, déséquilibre hormonal, prédisposition familiale, kyste de l’ovaire, etc.).

Les troubles des trompes et de l'utérus

Lorsque l’infertilité est due à un problème de trompes, on parle d’infertilité « tubaire ». Il s’agit fréquemment de problèmes mécaniques (anatomiques) qui gênent la descente de l’ovocyte ou la remontée des spermatozoïdes. Dans certains cas, cette forme d’infertilité est due à la présence d’un polype ou d’un fibrome de l’utérus, ou d’adhérences liées à une infection sexuellement transmissible mal soignée ou chronique, ou à une endométriose (la présence de petits fragments de muqueuse utérine dans les trompes et dans l’abdomen).

Quels sont les facteurs de risque des troubles de la fertilité féminine ?

Certains facteurs de risque d’infertilité ont été identifiés chez la femme.

  • L’âge : la fertilité féminine diminue avec l’âge. Par exemple, pour les femmes qui n’ont jamais eu d’enfant, la probabilité d’être enceinte au cours d’un seul cycle menstruel est de 25 % à 25 ans, 16 % à 27 ans et 4 % à 30 ans. De plus, le risque de fausse couche ou d’anomalie chromosomique de l’embryon augmente avec l’âge de la mère.
  • Les problèmes de poids : les femmes obèses ou très maigres ont davantage de difficultés à concevoir. Les femmes anorexiques n’ont souvent plus de règles et ne peuvent pas avoir d’enfant.
  • Le tabagisme réduit également la fertilité féminine.
  • L’excès d’activité sportive est parfois à l’origine de règles irrégulières, voire absentes, et de problèmes de fertilité.
  • Certains antécédents médicaux peuvent influer sur la fertilité féminine : infections sexuellement transmissibles mal soignées, traitements anticancéreux, par exemple.
  • Enfin, le stress intense et durable peut avoir une influence négative sur la fertilité des femmes.
Qu'appelle-t-on troubles mixtes de la fertilité ?
Dans 15 à 20 % des cas, la difficulté à avoir un enfant résulte de l’addition de troubles de la fertilité chez l’homme et chez la femme. Avec un partenaire différent, plus fertile, la conception pourrait avoir lieu, mais la conjugaison de deux fertilités faibles rend les choses plus difficiles.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité