En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Le développement affectif et intellectuel des enfants

Mis à jour : Vendredi 07 Août 2009

Même si chaque enfant grandit et s'épanouit à son rythme, ils franchissent tous des étapes communes. Les connaître permet d'accompagner son enfant et de s'assurer que son développement se fait d'une façon cohérente et harmonieuse.

Le développement affectif et intellectuel des enfants de moins de 3 ans

Avant trois ans, l'enfant découvre le monde et apprend à maîtriser le langage.

développement de l'enfant

Le développement psychique de la naissance à six mois

Les premiers mois, la vie du bébé se résume à manger, dormir et gazouiller. Il est très dépendant de ses parents, physiquement et affectivement. Vers six à huit semaines, il commence à être sélectif dans ses sourires et reconnaît ses proches. Entre quatre et six mois, il se reconnaît dans un miroir, mais n’a pas encore conscience de regarder une image. Cette notion s’acquiert vers l’âge de dix-huit mois.

Le développement psychique de six mois à deux ans

Lorsqu’il atteint six mois, l’enfant regarde autour de lui et découvre le monde. Il commence à reconnaître les éléments de son entourage. Vers huit mois, il traverse une phase particulière : il réalise que sa mère et lui sont deux êtres distincts. Cette prise de conscience est à l’origine d’une angoisse de séparation (l’angoisse du huitième mois) qui se traduit par des peurs, par exemple une grande timidité devant les personnes étrangères. C’est également l’âge où le bébé commence à s’attacher à des objets fétiches (le doudou, voir encadré) dont il ne se sépare jamais. Cet attachement à un objet lui permet de calmer l’angoisse qui naît de sa différenciation en tant qu’individu.

Vers les neuf mois, il commence à rechercher les objets cachés ; il comprend que les choses continuent d’exister, même hors de sa vue. À cet âge, il commence également à saisir ce qu’on lui dit, notamment le sens du mot « non ». Vers dix-huit mois, il entre dans la période d’opposition qui peut durer jusqu’à l’âge de trois ans : il maîtrise parfaitement le « non » qui lui permet d’affirmer sa personnalité et son autonomie… au grand dam de ses parents ! Heureusement, cette période ne dure qu’un temps et la patience est de mise.

Vers les vingt à vingt-quatre mois, il est capable de reproduire une situation, même lorsque celle-ci ne se déroule pas devant ses yeux : il est à l’âge de la représentation mentale. Cette capacité va étendre considérablement son répertoire de jeux.

Choisir son doudou
Si votre bébé a choisi pour doudou un vieux foulard plutôt qu'une jolie peluche, ne cédez pas à la tentation de lui faire changer d'avis. Le choix d'un doudou est un des premiers actes autonomes de l'enfant et doit être respecté comme tel. Par cet acte créateur, votre enfant a fait un grand pas dans l'acceptation du fait qu'il est un être unique, différent de vous. Prenez grand soin de son doudou mais ne le lavez pas trop souvent, son odeur compte aussi. Dans la mesure du possible, essayez d'en avoir plusieurs exemplaires que vous ferez tourner régulièrement pour qu'ils vieillissent tous en même temps.

Le développement psychique de deux à trois ans

À partir de l’âge de deux ans, l’enfant marche, court, saute ; le monde devient un véritable terrain de jeu. D’abord plutôt égocentrique, il apprend petit à petit la notion de partage et apprend à jouer avec les autres enfants et non plus à côté d’eux. Il n’est plus le centre de son petit monde, il réalise qu’il existe d’autres individus avec lesquels il peut interagir et partager. Il réalise également qu’il y a une différence entre les sexes.

Son vocabulaire s’étoffe, il peut constituer quelques phrases simples. Il formule quelques demandes (manger, boire, etc.) et commence à poser des questions en utilisant les pronoms « je », « tu », « moi ». Il commence à maîtriser les articles et les adverbes. Son vocabulaire s’accroît de façon exponentielle.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité