En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Pertes vaginales et grossesse

Mis à jour : Mercredi 10 Septembre 2014

Dès le tout début de la grossesse, des pertes vaginales plus abondantes peuvent être observées. Elles sont normales et traduisent le changement hormonal qui accompagne la grossesse. Néanmoins, il est utile de surveiller l'aspect de ces pertes pour dépister rapidement une éventuelle mycose ou infection.

À quoi ressemblent les pertes vaginales pendant la grossesse ?

femme enceinte chez son médecin

Les pertes vaginales (également appelées « pertes blanches » ou « leucorrhée ») qui se produisent pendant la grossesse ont le même aspect que celles qui surviennent hors de la grossesse : laiteuses ou transparentes, blanches ou jaune clair, sans odeur. Mais elles sont plus abondantes qu’à l’accoutumée. La femme enceinte a la sensation d’être constamment mouillée.

Cette augmentation du volume des pertes vaginales peut survenir dès la troisième semaine suivant la conception, parfois avant même que la femme ait conscience d’être enceinte.

Pourquoi les pertes vaginales sont-elles abondantes pendant la grossesse ?

Il existe au moins trois raisons pour lesquelles les pertes vaginales sont plus abondantes pendant la grossesse.

L’augmentation des concentrations sanguines d’estrogènes avec la grossesse provoque une accélération du renouvellement des cellules de la paroi du vagin. Les cellules éliminées forment une partie importante des pertes vaginales.

De plus, l'augmentation de la circulation sanguine autour de l'utérus, du vagin et de la vulve, nécessaire à la mise en place du placenta et du fœtus, congestionne la paroi du vagin et contribue également à la production de pertes blanches.

Enfin, l'augmentation du taux sanguin de progestérone stimule la production de mucus par le col de l'utérus. Ce mucus est éliminé dans les pertes blanches.

Dans les huit à dix jours qui précèdent l’accouchement, le bouchon qui ferme le col de l’utérus (le « bouchon muqueux ») est éliminé sous forme de glaires blanches, parfois tachées de sang.

Quand doit-on consulter pour des pertes vaginales inhabituelles ?

Lorsque les pertes vaginales prennent une odeur désagréable, lorsqu’elles ont un aspect mousseux, jaunâtre ou verdâtre, ou lorsqu’elles sont grumeleuses (comme du lait caillé), il est préférable de consulter rapidement son médecin, ces signes pouvant indiquer le développement d’une infection locale par des champignons microscopiques (mycose).

De plus, en cas de fortes démangeaisons ou de douleur en urinant, une consultation médicale s’impose.

Lorsque les pertes vaginales prennent une couleur brunâtre, cela peut signaler des saignements vaginaux qui, eux aussi, justifient de consulter rapidement son médecin.

Comment éviter les irritations et les infections génitales pendant la grossesse ?

Parfois, il arrive que l’abondance de pertes vaginales amène les femmes enceintes à adopter des mesures d’hygiène trop irritantes (douches vaginales, savon antiseptique, déodorants, etc.). Cette irritation chronique de la vulve et du vagin peut favoriser le développement d’infections locales.

Pour éviter ces désagréments :

  • utilisez un savon alcalin et doux (par exemple à la glycérine), évitez les douches vaginales, les déodorants, les liquides et savons antiseptiques, ou les bains moussants parfumés ;
  • évitez de porter des protège-slips, en particulier ceux qui sont parfumés ;
  • utilisez une lessive hypoallergénique pour vos sous-vêtements et n’hésitez pas à lancer un deuxième cycle de rinçage ;
  • portez de préférence des sous-vêtements en coton et changez-les aussi souvent que nécessaire.

Attention, la cigarette, outre ses dangers pour la grossesse et le fœtus, semble contribuer à l’apparition d’infections génitales et urinaires chez la femme enceinte.

Source: « Le grand livre de ma grossesse » Collège national des gynécologues et obstétriciens, Eyrolles, 2012.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité