En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

La gestion des problèmes de santé en centres de loisirs

Mis à jour : Vendredi 24 Juin 2016

Chaque année en France, des millions d'enfants profitent des activités proposées par les centres de vacances et de loisirs. Supervisés par le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, ces centres d’accueil collectif de mineurs (ACM) veillent à la sécurité et au suivi sanitaire des enfants pendant leur séjour.

Ce que vous devez savoir

Pendant les vacances et les temps de loisirs (temps périscolaire), beaucoup d'enfants passent une partie de leur temps dans des centres d'accueil collectif de mineurs. Trois types d’accueils sont couramment proposés : les séjours de vacances (centres de vacances ou colonies de vacances), les accueils de loisirs (centre de loisirs ou centres aérés) et l'accueil de scoutisme. Ils offrent aux enfants l’occasion de pratiques d’activités diversifiées (sportives, artistiques, culturelles...) afin de vivre des moments de découverte et de prise d’autonomie. Les associations, les municipalités, les comités d’entreprises sont les principaux organisateurs de ces offres de vacances collectives.

Qui se charge de la santé des enfants ?

Dans ces centres, le suivi sanitaire des enfants est assuré par l’un des animateurs, titulaire de l’attestation de formation aux premiers secours (PSC1 : Prévention et Secours Civiques de niveau 1), sous l’autorité du directeur du centre.

    Sa mission consiste notamment à :
  • collecter auprès des parents les renseignements médicaux relatifs à leur enfant, ainsi que, le cas échéant, les certificats médicaux ;
  • informer le reste du personnel du centre des éventuelles allergies médicamenteuses ou alimentaires ;
  • suivre les enfants sous traitement et s’assurer de la prise des médicaments ;
  • veiller à ce que les médicaments soient conservés sous clef, sauf s’ils doivent être en permanence à la disposition de l’enfant ;
  • tenir à jour le registre dans lequel sont précisés les soins donnés aux enfants et notamment les traitements médicamenteux ;
  • tenir à jour les trousses de premiers secours.

Le directeur du centre s’assure du respect de la confidentialité des informations médicales.

Les renseignements à fournir

    Au moment de l’inscription dans un centre, les parents doivent fournir divers renseignements médicaux sur leur enfant, remis sous enveloppe cachetée au responsable du centre, qui pourraient avoir une incidence sur les activités et le séjour :
  • la copie des pages du carnet de santé relatives aux vaccinations (notamment diphtérie, tétanos et poliomyélite) ou une attestation du médecin ;
  • les antécédents médicaux ou chirurgicaux, ou tout autre élément d’ordre médical susceptible d’avoir des répercussions sur le déroulement du séjour ;
  • les pathologies chroniques ou aiguës en cours : au besoin, vous devrez fournir les coordonnées du médecin traitant de l’enfant. Vous devrez préciser s’il y a un traitement à prendre durant le séjour ou s’il s’agit d’un traitement à prendre uniquement en cas de crise. Les ordonnances du médecin devront être jointes, avec les conditions et les modalités d’utilisation des médicaments. Enfin, vous devrez remettre au responsable les médicaments dans leur emballage d’origine avec la notice d’utilisation, le nom et le prénom de l’enfant étant inscrits sur l’emballage. A la fin du séjour, ils vous seront restitués et vous serez tenus informés des événements santé survenus ;
  • un certificat médical de non contre-indication peut être demandé pour certaines activités sportives (plongée sous-marine, natation, vol libre, etc.).
Accueil des jeunes souffrant de handicap ou de troubles de la santé
De plus en plus de centres accueillent les enfants souffrant de handicap ou de troubles de la santé. L’équipe dirigeante et les animateurs devront être tenus informés auparavant des caractéristiques du handicap de l’enfant afin de leur permettre d’adapter l’organisation du centre et les activités, avec les précautions nécessaires.

Sources :

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité