Protéger ses enfants à la montagne

Mis à jour : Vendredi 25 Septembre 2009

La montagne est un milieu exigeant qui expose enfants comme adultes à l'altitude, à des conditions climatiques difficiles et changeantes, ainsi qu'à de nombreux types d'accidents. Sports d'hiver ou randonnées d'été demandent une préparation adaptée pour que les enfants puissent en profiter en toute sécurité.

Les enfants et l'altitude

enfant au ski

L’altitude ne convient pas aux très jeunes enfants : leur organisme immature a du mal à s’acclimater à la raréfaction de l’oxygène et aux basses températures. Chez les nourrissons, le risque de mort subite augmente. Pour ces raisons, les médecins déconseillent les séjours au-dessus de 1 200 mètres pour les enfants de moins de six mois, au-dessus de 2 000 mètres pour les enfants de moins de un an, au-dessus de 2 500 mètres pour les moins de deux ans et au-dessus de 3 000 mètres pour les moins de dix ans. À partir de dix ans, l’enfant est physiquement apte à supporter l’altitude. Bien sûr, ces recommandations ne concernent que les enfants qui n’y sont pas habitués. Dans de nombreux pays, des enfants naissent et grandissent à très haute altitude sans souci particulier.

Les changements d’altitude rapides (téléphériques, par exemple) sont déconseillés aux enfants souffrant de rhinopharyngite ou d’otite, la variation brutale de pression pouvant provoquer des douleurs aiguës des tympans.

Le mal aigu des montagnes

Le mal aigu des montagnes peut apparaître dès 2 000 mètres d’altitude et touche également les enfants. Il est dû à la baisse de la quantité d’oxygène disponible dans l’atmosphère. L’enfant souffre de maux de tête, de vertiges, de fatigabilité exagérée et d’essoufflement. S’il poursuit son ascension, le mal de tête devient sévère et s’accompagne d’une toux sèche, de difficultés à respirer, de troubles de la conscience et de vomissements. De petits œdèmes (gonflements) apparaissent au niveau du visage ou des mains. Une descente à plus basse altitude devient urgente. Sinon, il peut s’ensuivre de très graves accidents comme l’œdème pulmonaire, mortel en quelques heures, ou un coma.


Quel sport d'hiver pour votre enfant ?

À partir de trois ans, l’enfant peut se lancer dans ses premières glissades en ski alpin. Les jardins des neiges offrent l’encadrement nécessaire pour une initiation des enfants au ski en toute sécurité (zone réservée, terrain et méthodologie adaptés). Les séances de ski sont brèves et proportionnelles aux capacités des enfants. Elles mélangent jeux et savoir théorique. Le ski y reste, avant tout, une activité ludique. À partir de cinq ans, les capacités physiques de l’enfant sont plus développées : le ski est abordé plus sérieusement et l’enfant peut obtenir son premier Flocon, puis ses différentes Étoiles. À cet âge, l’enfant peut également s’initier au surf des neiges.

Quelles précautions prendre aux sports d'hiver ?

  • Aux sports d’hiver, les blessures sont fréquentes chez les enfants, en particulier au niveau de la tête et des jambes (fractures, entorses du genou). Le choix et le bon état du matériel sont importants pour prévenir ces blessures : choisissez des skis et des chaussures en bon état, adaptés à la taille, au poids et au niveau de l’enfant.
  • Demandez à un professionnel de s’assurer du bon réglage des fixations : une entorse du genou sur deux est due à une fixation mal réglée.
  • Les enfants skieurs doivent impérativement porter un casque, ce qui divise par deux le risque de traumatisme crânien. Les enfants, qui skient plus près du sol et avec une tête proportionnellement plus lourde qu’un adulte, sont très exposés à ce type d’accident.
  • Les enfants sont très sensibles au froid intense de la montagne, amplifié par le vent, particulièrement lorsqu’ils restent immobiles. L’équipement vestimentaire de votre enfant doit le protéger sans laisser de zones découvertes entre le pantalon et l’anorak ou entre les gants et l’anorak. Préférez la combinaison, très pratique, confortable et imperméable à la neige. Complétez la tenue par des sous-vêtements chauds, une écharpe, des moufles ou des gants étanches attachés aux manches, et une cagoule plutôt qu’un bonnet. Il ne faut pas que ses pieds soient trop enserrés dans les chaussures. Une fine couche d’air constitue un excellent isolant.
  • Prévoyez suffisamment de vêtements de rechange : après une journée dans la neige, même les vêtements dits imperméables sont souvent humides.
  • Protégez la peau et les yeux de votre enfant des rayons du soleil. Les ultraviolets sont plus dangereux en montagne, car ils sont moins filtrés par l’atmosphère. La neige est une surface très réfléchissante qui renvoie 85 % des ultraviolets (contre 20 % pour le sable). De plus, le froid fait souvent oublier les dangers du soleil. Appliquez toutes les deux heures de la crème protectrice d’un indice 30 au minimum sur son visage et utilisez un bâton de matières grasses contenant un filtre UV sur ses lèvres.
  • Protégez ses yeux de l’ophtalmie des neiges (une inflammation des yeux due à une trop forte lumière) avec une paire de lunettes intégrales ; attachez-les avec un cordon pour éviter que votre enfant ne les perde.
  • Répétez-lui régulièrement les règles de conduite et les consignes de sécurité spécifiques aux sports d’hiver. Les enfants sont souvent plus téméraires et imprudents que les adultes.

Quelle randonnée pour votre enfant ?

En été, les activités ludiques pour les enfants ne sont pas toujours au rendez-vous. En effet, la plupart d’entre eux ne trouvent qu’un intérêt limité aux journées de randonnée, qui leur paraissent monotones et répétitives. Vous devrez donc faire preuve d’imagination pour éviter que l’ennui ne s’empare de votre enfant. Prévoyez des excursions courtes avec un but intéressant (un lac, une cabane, des marmottes, par exemple) et consacrez le reste de la journée à des activités plus récréatives telles que plan d’eau, jeux de plein air, visites de grottes, découverte de la nature et des animaux sauvages, canoë, etc.

Quelles précautions prendre en randonnée de montagne ?

Lorsque vous emmenez votre enfant en randonnée, prenez toujours en compte l’altitude, son âge et ses capacités physiques. La marche fatigue très vite les enfants. Ils se déshydratent, ont trop froid ou trop chaud et, fréquemment, n’osent pas se plaindre avant qu’il ne soit trop tard. Prévoyez des excursions de courte durée et d’une difficulté raisonnable. Faites des haltes régulières pour qu’ils puissent se reposer, boire, se restaurer et s’amuser un peu.

N’oubliez pas de protéger votre enfant du soleil : crème solaire à indice de protection fort, chapeau à larges bords et lunettes sont de rigueur. Chaussez-le de bonnes chaussures de montagne montantes et antidérapantes pour éviter les glissades. Soyez attentifs aux plantes et champignons vénéneux, ainsi qu’aux insectes piqueurs.

La montagne est dangereuse et tous les sentiers ne sont pas bons à prendre pour les néophytes. Préparez soigneusement vos randonnées, ainsi que le matériel adéquat (trousse de secours, provisions, vêtements contre le soleil, le froid et la pluie, lampe de poche, boussole, sifflet, couteau multifonction, etc.). Ne laissez pas vos enfants vagabonder seuls ; au besoin, donnez-leur la main. Avant de partir, renseignez-vous sur la météo, le temps peut changer rapidement en altitude et les orages sont violents. Si le tonnerre gronde, éloignez-vous des arbres isolés, n’ouvrez pas de parapluie et n’utilisez pas votre téléphone portable.