En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.x

Comment dorment les enfants ?

Mis à jour : Lundi 23 Novembre 2009

Au fur et à mesure que l'enfant grandit, il passe moins de temps à dormir, plus de temps à découvrir le monde, et se cale peu à peu sur le rythme des adultes. Néanmoins, il est important de continuer à respecter son horloge interne pour favoriser son sommeil et sa bonne santé.

De quatre mois à un an

un enfant dort

Les horaires de l’enfant se stabilisent lorsqu’il atteint l’âge de quatre mois. Il dort de quinze à dix-huit heures par jour, avec des nuits complètes de neuf à douze heures. Vers six mois, le bébé dort de quatorze à dix-huit heures par jour avec une courte sieste le matin, une plus longue en début d’après-midi et une troisième plus courte en fin d’après-midi. Si possible, conservez deux siestes par jour au moins jusqu’à l’âge de un an. Même s’il ne semble pas toujours dormir, allongez-le dans son lit, il se reposera tout de même. Au-delà de un an, la sieste du matin devient inutile pour la plupart des enfants : une longue sieste dans l’après-midi suffit.

Essayez de coucher votre enfant à heures régulières, tant le soir que pour les siestes. Le soir, mettez-le au lit tôt, entre 20 heures et 21 h 30 selon votre rythme à vous, mais sans attendre qu’il présente des signes de fatigue. Idéalement, le couchage doit se faire lorsque l’enfant montre des signes d’endormissement ; il bâille, se frotte les yeux, suce son pouce ou son doudou, demande un câlin, etc.

Le matin, si vous devez réveiller votre enfant pour l’emmener à la crèche ou chez la nourrice, essayez de le réveiller entre deux cycles de sommeil, même si cela revient à le réveiller plus tôt qu’il n’est nécessaire pour être prêt à l’heure. Mieux vaut un sommeil plus court qu’un réveil dans une phase de sommeil profond, qui laissera votre enfant grognon et fatigué toute la journée. Ce conseil est applicable à tout âge.

De un à trois ans

À partir de un an, votre enfant peut rechigner à aller se coucher parce qu’il a du mal à décrocher des activités de la journée. Pour faciliter l’endormissement, il est important de disposer d’un moment de disponibilité complète où l’ensemble des petits rituels du coucher seront respectés : par exemple la toilette, la mise en pyjama, la lecture d’une histoire, une berceuse, un câlin ou le coucher du doudou. Douceur et fermeté sont nécessaires pour faire comprendre à l’enfant qu’il est temps de dormir. C’est également à cet âge que les enfants commencent à avoir des cauchemars ou des terreurs nocturnes, en particulier dans un lieu étranger, ou si les rituels du coucher n’ont pas été respectés.

Vers l'âge de deux ans, un enfant dort entre douze et quatorze heures par jour, réparties en dix ou douze heures par nuit et une sieste de deux heures. Ce petit somme de l’après-midi doit être maintenu le plus souvent et le plus longtemps possible.

De trois à six ans

À cet âge, l’enfant entre à l’école maternelle, il est donc important de le coucher un peu plus tôt le soir, vers 19 ou 20 heures, pour se caler sur les horaires de l’école. Certains enfants de cet âge connaissent une peur irrationnelle d’aller se coucher, parfois liée à des moments d’angoisse vécus dans l’état de semi-conscience qui précède le sommeil : chute dans le vide, secousse du corps, sensation de paralysie, etc. Le lendemain, l’enfant se souvient de ces illusions sensorielles qui peuvent nourrir une peur d’aller se coucher. Parlez-en avec lui pour le rassurer.

Le passage à l'heure d'été
Tout changement dans le rythme du sommeil a un impact sur l’enfant. Ainsi, certains enfants ont parfois du mal à s’adapter au passage à l’heure d’été et montrent des difficultés à s’endormir, de la fatigue ou de la nervosité, parfois pendant plusieurs semaines. Mais l’heure d’été a également des effets positifs : en allongeant la durée du jour, elle favorise la pratique d’activités physiques et sportives bénéfiques pour la santé… à condition qu’elles ne se fassent pas au détriment du temps de sommeil.

De six à douze ans

Entre six et douze ans, le sommeil de l’enfant ressemble beaucoup à celui d’un adulte. Il dort moins de douze heures et ne fait plus de sieste l’après-midi. Il se dépense beaucoup pendant la journée et s’endort généralement facilement le soir. La durée du sommeil varie selon l’enfant. S’il montre des signes d’irritabilité en journée, ou s’il fait de longues grasses matinées en fin de semaine, c’est sans doute qu’il ne dort pas assez la nuit.

Actualités

L'augmentation du stress est associée à une diminution significative de la fertilité, d'où l'importance de la relaxation, la détente, le positivisme, certes loin d'être toujours faciles à mettre en oeuvre... (illustration).

Fertilité de la femme : l’influence du stress varie en fonction des phases du cycle

Le Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé à l'occasion des 40 ans de la loi Veil légalisant l'IVG en France.

Nouvelles mesures pour améliorer l’accès à l’IVG en 2016

La prise de la pilule affecterait temporairement les ovaires et la fertilité